Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le maïs Bt pourrait aider à combattre la légionnaire d'automne en Afrique, déclare un scientifique

24 Janvier 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Afrique

Le maïs Bt pourrait aider à combattre la légionnaire d'automne en Afrique, déclare un scientifique

 

Iowa State University News Service

 

 

 

 

Bien que le sentiment anti-OGM freine le progrès agricole dans les pays en développement, un agronome de la Iowa State University espère que ses recherches permettront de clarifier le consensus scientifique et de susciter une acceptation plus large de la technologie en Afrique.

 

Un article récemment publié dans la revue universitaire Global Food Security a analysé des dizaines d'études scientifiques antérieures sur la sécurité du maïs Bt, une plante génétiquement modifiée (GM) capable de résister à des ravageurs. L'étude a confirmé la conclusion selon laquelle la plante GM est sans danger pour l'homme et l'environnement. Walter Suza, professeur adjoint d'agronomie à l'Iowa State et co-auteur de l'étude, a déclaré que le maïs Bt pourrait aider les agriculteurs africains à lutter contre un ravageur émergent capable de dévaster leurs cultures, mais que la crainte des plantes génétiquement modifiées en Afrique a ralenti l'adoption de la technologie.

 

« Mon espoir est que les décideurs africains prennent en main ce document et mettent en œuvre cette technologie qui a été testée pendant de nombreuses années », a déclaré Suza. « Il y a un réel besoin pour cela en Afrique. »

 

Le maïs Bt est un organisme transgénique modifié par le transfert d'un gène trouvé dans des bactéries du sol à des plants de maïs afin d'aider la culture à lutter contre des insectes nuisibles tels que la pyrale du maïs. Les agriculteurs américains ont d'abord reçu l'autorisation de semer du maïs Bt en 1996, lequel représentait 82 % de la superficie cultivée en maïs aux États-Unis en 2018, selon le Département Américain de l'Agriculture.

 

Suza, qui a grandi en Tanzanie et a travaillé sur des projets de sécurité alimentaire en Angola et au Zimbabwe, a déclaré qu'un manque de compréhension de la technologie GM, tant au niveau mondial que plus précisément en Afrique, avait freiné les progrès pour de nombreux agriculteurs africains. Suza a indiqué que 13 pays africains testent des cultures GM, mais que seule l'Afrique du Sud a approuvé la vente commerciale du maïs Bt aux agriculteurs.

 

Suza a déclaré que c’était un problème, car un ravageur émergent appelé la légionnaire d’automne se propage rapidement en Afrique et menace les récoltes de maïs. Il a déclaré que le maïs Bt pourrait aider à lutter contre le ravageur immédiatement, tandis que le développement d'une résistance par l'amélioration des plantes classique prendra des années [ma note : c'est à mon avis mission impossible par sélection classique]. Suza a travaillé avec une équipe de recherche pour examiner la littérature scientifique concernant la sécurité du maïs Bt. L'examen comprenait une évaluation des risques qui a conclu que le fait de retarder l'adoption de cultures génétiquement modifiées telles que le maïs Bt dans les pays en développement présentait des risques pour l'homme et l'environnement. L’étude cite 58 références sur un éventail de sujets, notamment l’application du génie génétique à l’agriculture, la sécurité alimentaire et environnementale des plantes Bt et l’importance de la sensibilisation à la biotechnologie.

 

Cette publication s’inscrit dans les travaux en cours de Suza en tant que directeur du programme E-Learning, d'enseignement à distance par voie électronique, de l'amélioration des plantes en Afrique ; le programme élabore des supports d’apprentissage en ligne destinés aux professeurs et aux étudiants des universités africaines afin de former une nouvelle génération de sélectionneurs de plantes. Le programme collabore avec l’Université Makerere en Ouganda, l’Université du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud et l’Université des sciences et technologies Kwame Nkrumah au Ghana, mais les modules du programme sont gratuits et accessibles à tous ceux qui le souhaitent. Les modules couvrent des sujets critiques tels que la sélection moléculaire de plantes et la génétique des plantes cultivées, en mettant l'accent sur les conditions spécifiques à l'Afrique.

 

« Je crois que tous les êtres humains ont à tout moment le droit à une nourriture suffisante et nutritive, mais le manque de capacités humaines et institutionnelles pour l'agriculture en Afrique est un obstacle majeur à la sécurité alimentaire », a déclaré Suza. « J'aide à améliorer la sécurité alimentaire en Afrique en dirigeant un projet visant à former la prochaine génération de scientifiques à la mise au point de variétés pour les cultures préférées des agriculteurs, nutritives et adaptées aux changements climatiques. »

 

Suza a déclaré que la prospérité de l'agriculture africaine et la sécurité alimentaire dépendaient de la collaboration entre les agriculteurs et les scientifiques africains, et non des acteurs externes et des considérations dictant l'orientation de l'agriculture africaine.

 

« Pour moi, c'est l'avenir, les Africains identifiant et développant leurs propres technologies pour faire face à leurs situations particulières », a-t-il déclaré.

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2018/12/tanzanian-scientist-bt-corn-help-combat-fall-armyworm-africa/

 

 

° o O o °

 

 

Risks and opportunities of GM crops: Bt maize example (risques et opportunités liés aux cultures GM : l'exemple du maïs Bt)

 

Andrea K. Carzoli, Siddique I. Aboobucker, Leah L. Sandall, Thomas T. Lübberstedt, Walter P. Suza

 

 

Points forts

 

  • L'évaluation des risques est appliquée à de nombreuses disciplines pour déterminer le danger potentiel.

 

  • Le développement du maïs Bt a fait l'objet d'examens et d'études minutieux.

 

  • Le maïs GM Bt réduit les pertes de rendement dues à des insectes nuisibles des familles des lépidoptères et des coléoptères.

 

  • Retarder l'adoption des cultures GM présente des risques pour l'homme et l'environnement.

 

 

Résumé

 

La croissance démographique mondiale anticipée souligne la nécessité de produire plus de nourriture sur moins de terres. Des technologies de pointe, y compris le génie génétique, peuvent aider à développer des variétés de plantes améliorées et à protéger les ressources naturelles. En dépit du potentiel des plantes génétiquement modifiées (GM) à rendre la production agricole plus efficace, elles restent une question polarisante pour des raisons de sécurité. Cet article donne un aperçu du processus d’évaluation des risques. La sécurité des protéines de Bacillus thuringiensis (Bt) est utilisée à titre d'exemple pour la manière dont l'évaluation des risques est appliquée aux plantes GM. Les risques associés aux plantes GM se sont avérés faibles, voire inexistants. Les pays en développement bénéficieraient des technologies GM en tant qu’outil permettant d’améliorer les rendements et de réduire les problèmes de production.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article