Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

France 2 : « Du thé infusé aux pesticides ? » Non, de l'info infusée à l'infox !

29 Janvier 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Pesticides

France 2 : « Du thé infusé aux pesticides ? » Non, de l'info infusée à l'infox !

 

 

Samedi, 26 janvier 2019, France 2 diffusait un « Tout compte fait » dont on nous dit sur Youtube qu'il est « présenté par Julian Bugier tous les samedis à 14h00 sur France 2, [et] vous dévoile les coulisses d'un monde qui change. » Encore un, est-on incité à dire, qui se prend pour un Zorro du paysage télévisuel. Enfin, il ne tire pas dans la même catégorie que Mme Élise Lucet...

 

Le sujet : « Comment éviter les pesticides dans nos assiettes ? »... Un titre putaclic ou putazap... Avec deux séquences : « Du thé infusé aux pesticides ? » (c'est ici si on veut visionner à part) et « Labels bio : sont-ils vraiment fiables ? » (ici à part).

 

 

Le premier titre est aussi racoleur. D'autant plus que cette question n'occupe qu'une dizaine de minutes sur les quelque 25 de la séquence et qu'elle est précédée par des questions bien plus intéressantes – et préoccupantes – liées aux allégations de santé.

 

Le deuxième est – forcément – neutre... Le bio, c'est bon, c'est bien connu... Et on quitte l'émission en sachant mieux comment manger sain.

 

Enfin... le bio français, c'est bon... le bio d'importation (l'espagnol étant pris pour exemple), c'est moins bon, voire détestable... les labels plus exigeants comme Bio Cohérence, c'est le top...

 

Mais retour aux pesticides infusés dans le thé.

 

Le commentaire est à peine biaisé. À la minute 20:15, on apprend que les feuilles de thé « traitées aux pesticides » ne sont pas lavées. D'où une grave question à la minute 20:48 : « Alors, une fois que nous le trouvons dans nos rayons, reste-t-il contaminé par ces pesticides ? »

 

Question intéressante, pour laquelle les auteurs du reportage – qui se laisse regarder par ailleurs... non, ce n'est lucéférien... – auraient pu solliciter des avis de spécialistes. Mais non ! Ils succombent à la manie des « tests », ici sur dix produits.

 

Et alors ? Et alors ?

 

Eh, eh, Zorro Fanfan est arrivé.

 

Enfin, pas tout de suite. Commentaire en off :

 

« Pour les décrypter [les résultats], nous avons fait appel à Générations Futures, une association spécialisée dans la lutte contre les pesticides. [...] »

 

Les « journalistes » de France 2 pourraient-ils comprendre qu'une organisation de ce type n'est pas neutre – elle est affligée en fait d'un énorme conflit d'intérêt ? Un conflit d'intérêt augmenté par le fait que la petite entreprise sert de faux-nez au biobusiness pour la promotion de celui-ci par le dénigrement de l'agriculture conventionnelle. Et c'est sans parler de la compétence et de la crédibilité de son représentant, M. François Veillerette, affublé dans le reportage du titre de président (non, la présidente est Mme Maria Pelletier, une éminente figure du biobusiness).

 

Mieux encore, on apprend :

 

« Dans le cadre de son action, il a commandé ces études en partenariat avec nous [...] »

 

Ah bon ? Ce partenariat n'est pas signalé dans le générique... Vive la transparence... Voilà un sujet pour Mme Élise Lucet...

 

Et, comme il fallait s'y attendre, on sort l'adjectif magique :

 

« […] et les résultats sont édifiants. Sur les dix produits, analysés, deux seulement sont exempts de pesticides [...] »

 

Pour les durs de la comprenette :

 

« […] et les huit autres ont tous des résidus de pesticides. »

 

Tremblez donc, braves gens... Mais non...

 

« Attention, ce n'est pas illégal car aucun ne dépasse le seuil autorisé par l'Europe. Cependant, certaines marques contiennent plusieurs substances chimiques différentes. [...] »

 

Mais si, braves gens ! Tremblez (admirez au passage le conditionnel) !

 

« […] Selon François Veillerette, ce ne serait pas anodin pour notre santé. »

 

On passe alors la parole à ce Monsieur qui, dans son style habituel marmonne et bafouille... Ah, l'effet cocktail... Ah, l'effet cocktail qui se réaliserait avec des résidus de pesticides provenant d'autres sources... Il n'oublie pas de balbutier ces autres mot magiques que sont « cancérogène » et « perturbateur endocrinien ».

 

En fait, l'impression qui se dégage est que les marmonnements et bafouillages sont encore plus prononcés que d'habitude, l'intéressé ayant dû être pleinement conscient de ce qu'il faisait : de la désinformation et de l'enfumage caractérisés.

 

On peut en effet voir brièvement une partie des résultats – sans nul doute aussi bien choisis que ne le furent en leur temps les rats de Séralini.

 

 

 

 

Entre deux marmonnements, la voix off débite sa litanie :

 

« Anthraquinone, bifenthrine, chlorfénapyr, cyperméthrine... des dizaines d'insecticides pour la plupart [...] »

 

Le téléspectateur n'aura pas eu le temps de voir que, pour les deux premiers, on n'aura trouvé que des « traces » et que, pour les deux autres, les résidus représentent respectivement 0,022 et 11,6 % de la limite maximale de résidus (en outre pour des quantités de produit consommé de l'ordre de quelques grammes). De surcroît, la cyperméthrine est aussi un insecticide à usage domestique...

 

On nous avait certes prévenu que tout cela était dans les limites autorisées – fixées avec des marges très protectrices pour la santé – mais toute la séquence est construite dans l'intention de faire peur au téléspectateur.

 

Avec, pour ponctuer le tout, la mise en difficulté du patron d'une « marque haut de gamme ».

 

Même si cela n'est pas aussi outrancier et caricatural que les infox de Mme Élise Lucet, cela atteint le niveau du détestable.

 

Mais c'est peut-être le genre d' « enquête » ou d' « investigation » ce que veut le directeur de l'information de France Télévisions Yannick Letranchant,..

 

 

Post scriptum 1

 

Pour la transition vers le deuxième sujet, la voix off annonce :

 

« Au niveau mondial, la production de thé biologique est encore marginale : seulement 1 % de la production planétaire. »

 

Personne, dans la rédaction – pas même ceux qui se sont rendus au Sri Lanka et ont entendu un producteur de thé – ne s'est interrogé sur le pourquoi de cette situation.

 

Est-il si difficile de comprendre que produire sans protection des plantes efficace est une gageure, particulièrement dans les pays tropicaux ? Et plus particulièrement encore dans les zones de production de thé ?

 

 

Post scriptum 2

 

Aucun mot sur le classement par le CIRC des boissons chaudes (dont le thé) en « cancérogène probable ».

 

 

Post scriptum 3

 

Aucun mot non plus sur des contaminants autrement plus problématiques que les résidus de pesticides, tels que les alcaloïdes pyrrolizidiniques. Mais il ne faut pas paniquer, le risque est de contracter un cancer na-tu-rel...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Peut-être à joindre avec votre post scriptum 2 le lien suivant : https://www.iarc.fr/wp-content/uploads/2018/07/pr244_F.pdf
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

C'est fait.
G
Je ne sais si je dois vous conseiller de regarder la dernière émission de VoxPop sur Arte. Ce sera mauvais pour votre tension artérielle. Moi qui aimais bien cette émission. Ca ressemble à du E. Lucet : https://www.arte.tv/fr/videos/083974-003-A/vox-pop/
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

"Vox Pop - Le magazine d’investigation"... Mais bon, Arte, c'est une chaîne pour bobos branchés...
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire et le lien.

J'ai vu…

Malheureusement, avec la dernière décision de la Cour de Justice de l'Union Européenne, il est maintenant possible de parler d'OGM à propos de variétés issus d'une mutation induite.
M
On à le droit à la plupart des poncifs. OGM éponge à pesticides, on n'a pas assez de recul, principe de précaution, Conf paysanne, Faucheur volontaire, affirmation pourri sur la génétique par une faucheuse inculte et Corinne Lepage. Le match pseudo impartial au début, d'un coté les citoyens inquiet (forcement gentil) et de l'autre les industrielles (les méchants), mais pas d'avis de scientifique. Pourquoi j'ai regardé ça ?