Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox » sur la Théière Cosmique

31 Janvier 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Glyphosate (Roundup), #Activisme

« Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox » sur la Théière Cosmique

 

Glané sur la toile 299

 

 

Les décryptages des malversations médiatiques de l'Envoyé Spécial faussement intitulé « Glyphosate : comment s'en sortir » – rappelons qu'il n'y a pas été question de ce sujet, même pas pendant une seconde – se suivent et, comme c'est curieux, se ressemblent, tout au moins sur le fond. Ce qui peut varier : la forme et le ton.

 

Sur la Théière Cosmique, M. Matt McOtelett a produit « Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox », un décryptage de « "Envoyé spécial" sur le glyphosate : nos réponses aux intox qui circulent sur les réseaux sociaux »

 

C'est, sur un ton mesuré, « Une réponse point par point aux airs d’écran de fumée ».

 

La conclusion :

 

« Le journalisme francophone peine à sortir du piège qu’il a lui-même tendu : il est devenu incontournable d’associer toutes les manœuvres possibles visant à faire peur lors du traitement de certains sujets, indépendamment de la réalité. Les accusations de Fake News fusent en tous sens et sont censées décrédibiliser par simple contact, niant toute forme de regard critique. Pire, la contradiction est purement et simplement impossible car immédiatement reléguée au rang de preuve de servitude aux intérêts financiers désignés coupables d’office de tout ce qu’on peut monter à leur encontre, si fragile et branlant que ce soit. En ce sens, Twitter et les réseaux sociaux montrent plus que jamais leurs limites quant à la possibilité d’échanges rationnels, construits et cordiaux ; ceci ajouté à l’injonction à la réponse immédiate, courte et sous forme de punch-line interdit toute forme de nuance et de compréhension du discours de l’autre et des enjeux importants à ses yeux.

 

Les sceptiques ne sont pas des machines de rationalité dotés de pouvoirs d’accès à l’information défiant l’entendement ; ainsi Matadon, Géraldine Woessner, Bunker D, la Chèvre Pensante ou La Théière Cosmique assument faire des erreurs et les corrigent lorsqu’elles leur sont signalées.

 

Cependant on peut difficilement nier une différence d’échelle et d’impact entre l’erreur du sceptique dont le discours est scruté par quelques milliers de personnes au mieux, et les erreurs diffusées à heure de grande écoute devant des millions de téléspectateurs. C’est pourquoi il ne semble pas inopportun ou déplacé qu’Envoyé Spécial assume également ses erreurs tant sur le fond que la forme, et envisage la remise en question ne serait-ce qu’un instant. On pourrait même peut-être se laisser aller à imaginer un fugace moment où toute contradiction ne serait pas réduite à l’expression du lobbyisme brutal d’industriels véreux et pourrait donc être reçue et envisagée comme possiblement un peu pertinente.

 

Si de tels miracles ne venaient pas à se produire à court terme, l’avenir de l’information grand public professionnelle francophone serait bien sombre. »

 

C'est peut-être un peu court, s'agissant des erreurs : la différence est plutôt entre des erreurs de bonne fois, assumées – au sens de reconnues et corrigées – et des erreurs tout aussi assumées – mais au sens de volontaires et maintenues malgré l'évidence.

 

Et nous ne sommes pas non plus sur la même longueur d'onde s'agissant de la conclusion de la conclusion : comme le prouvent cet Envoyé Spécial, et surtout les appuis que lui ont fourni le directeur de l'information de France Télévisions et la Société des Journalistes de France 2, le présent est déjà tellement sombre qu'on a du mal à envisager plus sombre que sombre.

 

Mais on peut rétorquer que le pire n'est jamais certain, ou encore que :

 

« Ce qu'il y a de pire, ce n'est pas la médiocrité proprement dite : c'est la médiocrité satisfaite d'elle-même ; c'est la médiocrité qui prend pour le but le point où elle s'arrête à mi-chemin et quelquefois même au premier pas. »

 

Émile de Girardin, Pensées et maximes (1867)

 

Mais sommes nous dans le champ de la médiocrité quand l'article a pour titre « ... l’escalade de l’intox » ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article