Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Derrière votre verre de lait, une histoire

8 Janvier 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage

Derrière votre verre de lait, une histoire

 

Georgina Gutierrez*

 

 

 

 

Je suis une productrice de lait qui aime raconter l’histoire derrière un verre de lait ! Chaque histoire sur la nourriture que nous mangeons est importante, mais je pense que c'est devenu encore plus important pour ceux d'entre nous qui élevons du bétail.

 

Par exemple : avez-vous déjà entendu dire que les humains sont la seule espèce à boire du lait après la petite enfance ?

 

En fait, il y a beaucoup de choses que seuls les humains font. Ce n’est pas nécessairement le but de cette question. Les gens qui disent cela n’essayent généralement pas de s’engager dans de petites discussions stimulantes. Au lieu de cela, ils ont souvent un programme pour fermer l'industrie laitière.

 

Plus tôt cette année, j’ai été tellement frustrée par ces affirmations stupides que je me suis promis de ne pas engager de débat à leur sujet.

 

Ces gens qui détestent le lait ne connaissent-ils pas les chats ?

 

J'ai consacré ma vie à l'industrie laitière. En tant que productrice de lait de cinquième génération, je travaille à plein temps depuis une décennie, aux côtés de mon père (vétérinaire) et de mon frère (agronome) sur la ferme construite par mon arrière-grand-père dans le centre du Mexique. Chaque jour, nous produisons plus de 14.000 litres de lait – et j'aime raconter l'histoire derrière chaque verre siroté par nos clients.

 

Gina est la première récipiendaire du prix Kleckner en provenance du Mexique.

 

C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis si reconnaissante de recevoir le prix Kleckner du Global Farmer Network (réseau mondial des agriculteurs) lors des manifestations centrées sur le Prix Mondial de l’Alimentation à Des Moines, dans l’Iowa. Cela me donnera une autre opportunité et une autre plate-forme auprès d'un public mondial pour raconter notre histoire des produits laitiers.

 

La première chose à savoir sur le lait, c’est que c’est plus qu’une boisson. C’est un aliment conçu par la nature pour être riche en nutriments. Il combine des protides, des lipides et des glucides de haute qualité, ainsi que des nutriments tels que le calcium, le potassium et les vitamines.

 

Le lait est tout simplement l'un des aliments les plus sains que vous puissiez consommer. Les enfants peuvent en bénéficier le plus, car le lait contribue à la croissance et au développement humains. Je crois fermement qu’un verre de lait par jour a le potentiel de changer la vie d’une personne. Une enfance bien nourrie change la donne, l'accès à des aliments sûrs et abordables est donc essentiel pour un avenir meilleur.

 

Malheureusement, les gens entendent beaucoup de mythes sur la production laitière. Ceux qui veulent arrêter l'industrie laitière racontent une fausse histoire sur la façon dont nous traitons nos animaux.

 

Quelle absurdité !

 

Il faut des vaches en bonne santé pour produire du bon lait et nous prenons donc grand soin des animaux de notre ferme. Nous leur donnons beaucoup de nourriture et beaucoup d'eau à boire. Nous nous assurons qu'ils profitent de suffisamment de repos. Nous les protégeons des prédateurs. Nous leur donnons les meilleurs soins médicaux quand ils sont malades, et seulement quand la vache en a besoin. Nous utilisons la technologie pour suivre la santé et les performances de chaque vache, identifier les problèmes individuels et les traiter en conséquence.

 

Nous prenons particulièrement soin d’elles lorsqu’elles s'apprêtent à mettre bas, en les soumettant à un régime qui les rend vigoureuses. Lorsqu'elles sont portantes, nous faisons des contrôles aux ultrasons pour nous assurer que tout va bien. Vous pourriez dire que nos vaches ont leurs propres gynécologues.

 

Les veaux reçoivent également leur propre régime. Les pédiatres aiment à dire que les 1.000 premiers jours de vie des enfants humains sont critiques, et il en va de même pour les bébés vaches. Nous voulons qu'elles deviennent saines et fortes. En fait, l’un de mes principaux travaux sur notre ferme consiste à veiller à ce que nos stocks soient bien approvisionnés et à jour afin que nous puissions suivre un plan nutritionnel conçu par mon père et utiliser les cultures fourragères produites par mon frère.

 

Je ne crois pas en la réincarnation, mais si je le faisais, je voudrais peut-être revenir comme vache laitière sur la ferme de ma famille. C’est ainsi que nous les traitons bien.

 

Nous avons des motivations économiques pour faire ces choses, mais pour nous, c’est bien plus qu’une simple question d’argent : nous aimons vraiment nos vaches, l’industrie laitière et nos communautés. Les producteurs laitiers travaillent depuis plusieurs générations pour améliorer les moyens de subsistance locaux et contribuer à la prospérité économique, car nous créons des emplois à l'intérieur et à l'extérieur de nos fermes. Pendant de nombreuses années, les villes se sont établies autour de fermes. De nombreuses infrastructures ont été construites dans les communautés par et pour les agriculteurs locaux. Mon arrière-grand-père a construit une école pour les enfants de ses employés car nous vivions au milieu de nulle part ! Cette école est toujours là et a beaucoup grandi.

 

Gina Gutierrez dans sa ferme laitière à Pachuca, au Mexique.

 

On ne peut pas faire ça tout seul. Nous dépendons de technologies innovantes dans tous les domaines de nos activités. Sur ma ferme, nous avons choisi des panneaux solaires (l’accès à l’électricité est essentiel pour la traite et le refroidissement du lait) et du compost (pour l’amélioration des sols et la litière) afin de le recycler et de valoriser les déchets. Nous comptons sur le commerce pour accéder à bon nombre de nos fournitures – de l'achat de maïs, de soja et de canola à l'achat de machines, de logiciels de gestion agricole et bien plus encore. Enfin, nous comptons sur nos clients, dont le soutien rend notre activité possible et dont la confiance en nos aliments est essentielle à notre succès.

 

Comme vous pouvez le constater, l’impact du secteur laitier est énorme car il est présent dans le monde entier et à de nombreux niveaux de la société. J'espère que le Kleckner Award m'aidera à atteindre ces niveaux afin que nous puissions tous travailler ensemble pour améliorer la nutrition et améliorer notre qualité de vie.

 

C’est l’histoire derrière votre verre de lait. J'espère que vous apprécierez de le boire autant que j'aime le produire.

 

_____________

 

* Georgina Gutierrez, productrice de lait, Mexique

 

Gina est une productrice de lait de cinquième génération. Sa ferme familiale est située dans la région centrale du Mexique et on y trait actuellement 420 vaches. La ferme a 40 hectares de cultures : maïs, orge, triticale et ray-grass mis en ensilage pour le bétail. Gina travaille avec son père, un vétérinaire responsable de la santé et de la nutrition des animaux, et son frère, un agronome, qui s'occupe des cultures. Gina est impliquée dans l'exploitation à plein temps depuis 2008.

 

En mai 2015, Gina a lancé une page Facebook pour la défense du secteur laitier. La Vida Láctea compte maintenant près de 30.000 adeptes. Elle a récemment terminé une maîtrise en droit des sociétés et fait partie de la catégorie des jeunes leaders du secteur laitier. Elle écrit régulièrement pour Ganadero et Hoard's Dairyman en espagnol. Gina a participé à la réunion du Comité de la Sécurité Alimentaire de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) à Rome. Elle est rentrée de Rome en novembre pour une réunion sur le thème : trouver des moyens de servir ceux qui ne sont pas suffisamment nourris et d’aider à résoudre les problèmes de surpoids et d’obésité dans notre société.

 

Cet article a par un premier lieu dans le Des Moines Register.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2018/10/the-story-behind-your-glass-of-milk/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article