Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Coûts et impacts sur le marché des poulets à croissance lente

16 Janvier 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage, #Alimentation

Coûts et impacts sur le marché des poulets à croissance lente

 

Jason Lusk*

 

 

Poulets 'Ranger Gold'

 

 

Je viens juste de terminer un nouveau document de travail (disponible ici) avec mon collègue agro-économiste Nathan Thompson, de Purdue, et Shawna Weimer, future professeure adjointe de science avicole à l'Université du Maryland.

 

Les lecteurs se rappelleront peut-être de mon billet d'il y a quelques mois sur la demande des consommateurs pour des poulets à croissance lente. Ce nouvel article met l’accent sur les coûts pour les producteurs du passage au poulet à griller à croissance lente. Voici la motivation du document (références supprimées pour plus de lisibilité) :

 

« Bien que les poulets de chair modernes ne vivent que six semaines environ, on craint que les pattes de l’oiseau ne soient pas en mesure de supporter de manière adéquate les poids corporels plus importants, ce qui entraîne une douleur et une incapacité à adopter des comportements naturels. À la suite de ces conclusions, les organisations de défense des animaux ont commencé à faire pression sur les détaillants de produits alimentaires pour qu’ils utilisent des races à croissance plus lente, les organismes de réglementation européens ont encouragé la production de poulets à croissance lente, les médias nationaux ont commencé à se concentrer sur la question et certaines normes et certains labels relatifs au bien-être des animaux ont commencé exiger des races de poulets à croissance lente. Quelques études sur la demande pour cette caractéristique ont été menées auprès des consommateurs, mais on en sait peu sur les coûts de production supplémentaires associés aux poulets à croissance lente. »

 

Nous avons obtenu des données de sociétés commerciales de sélection sur deux races de poulets à croissance lente (appelées Ranger Classic et Ranger Gold) et des données sur deux races modernes à croissance rapide (appelées Ross 308 et Cobb 500). Voici les courbes de croissance pour les quatre races de poulets de chair :

 

 

 

 

Les deux races à croissance lente sont, eh bien, à croissance plus lente. Les races à croissance plus lente mettent respectivement 54 jours et 59 jours pour atteindre 6 livres (2,7 kg), tandis que les races à croissance plus rapide atteignent toutes les deux ce poids cible en 41 jours environ.

 

Ces données de croissance sont combinées à des données sur la consommation alimentaire, les prix, les hypothèses relatives à la densité des élevages, etc., et nous calculons les coûts et les produits selon différents scénarios. Voici les principaux résultats du scénario le plus probable où les producteurs choisissent le nombre de jours d'alimentation des poulets de chair de manière à maximiser les produits nets et où les poulets à croissance lente sont élevés avec une densité plus généreuse que les poulets à croissance rapide, comme le dictent de nombreuses directives sur le bien-être des animaux.

 

 

 

 

Les deux systèmes de production à croissance rapide fournissent en moyenne environ 17,45 livres/pied carré/an (85,2 kg/m2/an ou 73%) de plus de poulet en poids paré par rapport aux deux systèmes de production à croissance lente. Ainsi, il faudrait beaucoup plus d'espace au poulailler, ou de mètres carrés, pour produire le même volume de poulet de races lentes comparées aux races à croissance rapide. Les coûts de production sont en moyenne de 0,54 USD/lb (1,19 USD/kg) pour les deux races à croissance lente et de 0,47 USD/lb (1,04 USD/kg) pour les deux races à croissance rapide, ce qui implique des coûts supérieurs de 14 % par kilogramme pour les races à croissance plus lente. Les races à croissance rapide sont nettement plus rentables, car elles génèrent des rendements environ deux fois plus élevés par mètre carré que les races à croissance plus lente. Nous avons calculé qu'il faudrait obtenir pour les poulets à croissance lente des primes sur les prix de gros de 0,285 USD/lb (0,63 USD/kg) et de 0,363 USD/lb (0,80 USD/kg) pour obtenir la même rentabilité que pour la race à croissance rapide la plus performante.

 

Nous utilisons également ces estimations pour calculer les impacts potentiels sur le marché qui se produiraient si l’ensemble de l’industrie passait de races de poulets à croissance rapide à des races à croissance lente. Selon le scénario le plus probable, nous calculons que la conversion en races à croissance lente augmenterait les prix du poulet au détail de 1,17 % et réduirait la quantité de poulets vendus au détail de 0,91 %, entraînant des pertes de profits à la production de 3,5 milliards de dollars par an. Nous calculons également que les consommateurs seraient perdants de 630 millions de dollars par an, en supposant que leur demande de poulet ne change pas en réponse au passage de la croissance rapide à une croissance lente. Une augmentation de la disposition à payer des consommateurs de 8,5 % serait nécessaire pour compenser l'effet négatif sur les bénéfices des producteurs.

 

________________

 

* Jayson Lusk est un économiste de l'agriculture et de l'alimentation. Il est actuellement professeur distingué et chef du Département de l'Économie Agricole de l'Université de Purdue.

 

Source : http://jaysonlusk.com/blog/2018/11/1/the-cost-and-market-impacts-of-slow-growth-broilers

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article