Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'injustice économique de l'écologisme

3 Décembre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Politique

L'injustice économique de l'écologisme

 

Risk-monger*

 

 

Cet article est une reprise de mon ancien site dans le cadre du processus de mise à jour depuis la fermeture de cette page. C’était l’un de mes premiers articles, publié le 30 avril 2010 ; il décrivait avec une bonne précision la vague d’élitisme vert arrogant et suffisant qui, au cours de la dernière décennie, a étranglé les masses (le « peuple »), alors que la petite classe des écologistes riches a fait très fort pour écrire les règles à son profit.

 

Ce qui se passe aujourd'hui en France, en Belgique et ailleurs avec le mouvement des « gilets jaunes » était prévisible et parfaitement compréhensible. Les pauvres ont été contraints de payer pour que les riches puissent afficher leur vertu et montrer à quel point ils sont verts. Les riches roulent en voitures électriques subventionnées, alimentent leurs maisons en électricité avec des panneaux solaires et dégustent du chou kale biologique. Tout va bien pour eux. Les pauvres paient pour leurs privilèges avec des taxes sur le carburant plus élevées, des nuits froides du fait d'un réseau électrique inabordable et des factures alimentaires coûteuses. Les usines délocalisent – les riches n’ont pas besoin de travailler pour payer leur loyer. Les agriculteurs se débattent tandis qu'une classe politique urbaine et obscène leur enlève les outils nécessaires pour réussir. Il n’est pas étonnant que ceux qui galèrent aient revêtu un gilet jaune et se soient levés pour revendiquer les droits du peuple.

 

Mais les fanatiques dogmatiques qui sont derrière ces oppressions vertes ne s’intéressent pas au peuple – les écologistes pensent que les humains sont la cause du problème et que ce serait mieux pour la planète que les humains souffrent. Les articles arrogants du journal Le Monde dissimulent à peine leur mépris des paysans et semblent applaudir devant plus de sacrifices au profit de la Terre Nourricière. Une petite minorité de fanatiques dogmatiques imposent leur volonté et obligent les populations les plus pauvres à payer pour les grandes idées de leur fondamentalisme vert mal conçu. Par des pressions politiques, des campagnes de communication et des astuces de marketing, ces militants ont lésé des consommateurs, des familles nombreuses, des agriculteurs et des navetteurs en difficulté. Sont-ils allés trop loin ?

 

En 2010, j'ai appelé cette folie environnementale : « injustice économique ».

 

L'écologisme n'est pas la voix du peuple, c'est la volonté d'une bande arrogante de pharisiens élitistes qui affichent leur vertu, méprisent le peuple et n'ont aucun scrupule lorsque les «manants » souffrent. Qu'ils mangent de la brioche !

 

Il y a presque neuf ans, j'ai produit, je pense, une analyse pertinente.

 

 

L'injustice économique de l'écologisme

 

30 avril 2010

 

 

L'écologisme est un luxe pour les riches et un fardeau pour les pauvres. Ce n’est pas un fardeau au sens de l’injustice globale des effets sur l’environnement dont les participants à la Conférence de Copenhague de 2009 sur les changements climatiques avaient débattu. Non, l'injustice est que les pauvres ne peuvent pas se permettre les avantages des solutions environnementales mais doivent en payer le prix.

 

La plupart des écologistes des pays développés appartiennent résolument à la classe supérieure, prétendent être éduqués sur ces questions et n'hésitent pas à faire la leçon à d'autres sur ce que devraient être les choses. Ils peuvent se permettre d'acheter des produits biologiques et affirmer que nous devrions tous en acheter (sans réaliser que les 20 % les plus pauvres de la population n'ont déjà pas les moyens d'acheter les cinq portions quotidiennes de fruits et légumes nécessaires pour protéger leur corps contre le cancer). Ils appellent à fermer les usines et les industries car ils ne comprennent pas ce que cela signifie pour un ouvrier de la classe ouvrière d'avoir un travail. Ils plaident pour la fin de l’économie basée sur le carbone parce qu’ils peuvent se permettre d’acheter des voitures électriques.

 

L'injustice économique la plus obscène est les énergies renouvelables. Par exemple, le principal fournisseur d’électricité belge, Eandis, vient d’annoncer qu’il doit augmenter ses factures d’électricité de 20 % en moyenne afin de couvrir le coût des éco-crédits accordés aux personnes pour installer des panneaux solaires (et les primes dont ces personnes bénéficieront lors de la vente de l’électricité sur le réseau). Oui, des panneaux solaires… EN BELGIQUE ! Ironiquement, la Belgique dispose de suffisamment d’électricité nucléaire qui fournit un approvisionnement sûr et peu coûteux... si seulement les gens pouvaient penser rationnellement.

 

Qui a les moyens d'acheter des panneaux solaires et de bénéficier des généreuses subventions ? La frange riche et soucieuse de l'environnement de la population. Leur facture énergétique diminuera (ils pourraient même gagner de l’argent en revendant de l’électricité sur le réseau s'ils n’avaient pas autant de gadgets). Ainsi, la fraction la plus pauvre de la population belge est obligée de payer 20 % de plus pour son électricité afin que ses voisins aisés (d'accord, ils ne vivent pas côte à côte) puissent profiter d’une électricité gratuite, prendre une attitude moralisatrice et afficher leur suffisance de couleur verte. Que quelqu'un me tape dans la main !

 

J'ai écrit ailleurs que quelque chose n'allait pas du tout dans le plan de General Electric et Jeremy Rifkin visant à introduire un réseau électrique intelligent pour un monde basé sur les énergies renouvelables. Un tel réseau permettrait de rationner et de tarifier l'électricité en fonction de l'offre produite par les micro-générateurs des toits des maisons. Cela impliquerait que l’électricité devienne un article de luxe (et non un droit) à un prix établi en fonction des disponibilités. Les quartiers riches (avec leurs éco-bidules subventionnés) disposeraient alors d'une électricité abondante tandis que les quartiers pauvres seraient confrontés à des baisses de tension programmées et aux désavantages économiques qu'elles imposeraient. Ces intentions peuvent être pures, mais un tel raisonnement est très imparfait et plutôt obscène.

 

Il faut que cela cesse. Si nous subventionnons notre bonne conscience avec des solutions écologiques qui taxent les pauvres, nous ferions mieux de trouver un moyen d'équilibrer l'injustice économique que nous leur causons. La réponse est évidente : imposer une taxe aux environnementalistes.

 

______________

 

* David pense que la faim, le SIDA et des maladies comme le paludisme sont les vraies menaces pour l'humanité – et non les matières plastiques, les OGM et les pesticides. Vous pouvez le suivre à plus petites doses (moins de poison) sur Twitter et la page Facebook de Risk-monger.

 

Source : https://risk-monger.com/2018/12/02/the-economic-injustice-of-environmentalism/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alebert 04/12/2018 10:11

Des panneaux solaires et dégustent du chou kale et tomates biologiques, et ses oeufs....favorisant les Circuits courts et un JUSTE PRIX pour l'agriculteur (Les agriculteurs "seront dans la rue la semaine prochaine pour dire stop au matraquage", annonce la présidente de la FNSEA état généraux de l'Alimentation - Il ne faut pas qu'il cède à la pression de certains distributeurs qui font une pression inouïe pour empêcher les ordonnances de sortir" Christiane Lambert,)POUR une répartition des Richesses et MIEUX d' ECOLOGIE et non CONTRE L' ECOLOGIE pour 70% Français interrogé ..... On peu être un Gilet Bleu,comme un ami CRS Gilet Jaune ou Vert et vouloir PLUS d'équité et un JUSTE PRIX pour l'agriculteur devenu écoResponsable de A à Z,prônant les Circuits Courts
Tout va bien pour eux. Les pauvres paient pour leurs privilèges avec des taxes sur le carburant plus élevées,....Au lendemain des évênements de Samedi 1 Décembre à Paris,la bourse a augmenté d'1% et les + Riches continuent à acheter dans les boutiques de Luxe en s'enrichissant toujours plus grâce à l'optimisation fiscale via les Paradis Fiscaux,comme le Luxembourg pour les 1° de Cordée,dont on attend le RUISSELEMENT ! La France étant le - Carboné au MONDE, Ce que réclament les Gilets Jaunes,qu'ils gagnent 2500 euros ou - 1500 euros et dont la Voiture représente 25% du salaire (PV-Autoroute-Contrôle technique-Assurance-Carburants) c'est que CEUX qui polluent + payent le + c'est à dire aussi les BANQUES qui financent les projets d'énergie fossiles,alors que l'on doit en SORTIR et que l'on IMPOSE au PEUPLE de ROULER électrique et changer sa chaudière Fuel,sachant que ses BANQUES,que l'on a aidé en MILLIARDS,lors de la CRISE de 2008,qui ont réalisé 10 Mds€ de bénéfices dans les Paradis fiscaux depuis 2016,et que les plus pauvres,sont les premières victimes des frais bancaires aujourd'hui ! Si il est IMPORTANT d'avoir un Grenelle de la Fiscalité (Franck Riester, président d'Agir) promis par F.Hollande Hollande,il faut supprimer la CSG de 100 euros à des retraités qui gagnent - 1500 euros,quand d'autres à 6000 euros payent aussi 100 euros de CSG .Xavier Bertrand "Le pays est en DANGER,quand on écoute pas ces classes moyennes qui sont accablées de TAXES et engluée dans l'Usine à Gaz d'un MILLEFEUILLE Administratif... Il faut une prime de Pouvoir d'achat de 500 euros pour chacun des Français,qui sera BON pour l'état et pour le chef d'entreprise"

Seppi 06/12/2018 17:43

Bonjour,

Merci pour votre commentaire (Murps).

Je n'ai rien, au contraire, contre l'écologie politique intelligente… mais c'est une denrée introuvable en France… tous bords politiques confondus.

Murps 04/12/2018 15:03

Je ne veux pas mieux d'écologie, je ne veux pas d'écologie du tout.
L'écologie actuelle est obscurantiste, anti-sciences, manipulatrice, affairiste, anti-économique, anti-industrielle, et pour tout dire elle est devenue un mouvement anti-humaniste portant les germes du totalitarisme.

Je n'ai que faire d'une prime de 500 euros qui sera financée par les prouts du licorne...

Je suis ravi que les banques financent des centrales qui fourniront une électricité bon marché pour tous, et d'une manière générale qu'elles financent ce qu'elles veulent au nom de la liberté d'entreprise.
D'autre part ce n'est pas en cassant la figure aux plus aisés qu'on améliorera la condition des plus pauvres.