Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Enfants sans bras ou main de l'Ain : du grand journalisme dans l'Express, de la grande instrumentalisation dans le Monde de...

17 Octobre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Santé publique

Enfants sans bras ou main de l'Ain : du grand journalisme dans l'Express, de la grande instrumentalisation dans le Monde de...

 

 

N'y aurait-il pas des agrégats suspects de gagnants ?

 

 

Une « contre-enquête » de l'Express quand il n'y a pas eu « enquête » ?

 

L'Express a publié une « contre-enquête » de M. Michel Feltin-Palas, « L'autre mystère des bébés sans bras de l'Ain ».

 

Erreur sémantique grossière ! Y a-t-il eu, précédemment, une « enquête » ? Nous pensons que non : il n'y a eu qu'une série de manipulations et d'instrumentalisations.

 

Mais une chose est sûre : l'auteur nous livre une véritable enquête et met sur la table un ensemble de faits que les esprits rationnels pouvaient supputer auparavant, tant les ficelles des diverses instrumentalisations sont grossières.

 

En bref, du grand journalisme comme on aimerait en voir plus souvent.

 

Et si cela permettait de dégonfler le ballon des thèses complotistes et de mettre une sourdine aux accusations portées contre Santé Publique France et, surtout, de permettre un examen sérieux des cas dans l'intérêt de la santé publique et des familles concernées, ce serait encore meilleur.

 

Extrait – pas le meilleur pour la sérénité mais introduction pour la suite :

 

« Et comme si ce drame humain ne suffisait pas, les autorités tenteraient "d'étouffer un scandale sanitaire". C'est en tout cas la conviction d'Emmanuelle Amar. Depuis le début des années 2010, cette épidémiologiste lyonnaise tempête, alerte, dénonce. Les chiffres ne sont-ils pas impressionnants ? Dans le département de l'Ain, sept bébés ont été victimes cette maladie rarissime dans un rayon de 18 kilomètres entre 2009 et 2014. Comment croire au hasard ? "Les cas observés sont 58 fois supérieurs au nombre de cas attendus !", résume-t-elle. A priori, elle est bien placée pour le savoir : c'est elle qui dirige le REgistre des Malformations En Rhône-Alpes, le Remera. A priori seulement car son analyse est intégralement réfutée par d'autres scientifiques tandis que sa personnalité suscite, pour le dire gentiment, d'innombrables critiques.

 

 

Le Monde de M. Stéphane Foucart insiste

 

Comment ? « ...son analyse est intégralement réfutée par d'autres scientifiques » ?

 

M. Stéphane Foucart – par qui le prétendu scandale est arrivé – revient dans le Monde Planète avec « Enfants sans bras : les mauvais calculs de Santé publique France ». En chapô :

 

« Sollicités par "Le Monde", des biostatisticiens jugent qu’un rapport écartant un excès de malformations dans l’Ain contient des erreurs "grossières". »

 

Ben voyons... quand des scientifiques réfutent, le Monde de M. Stéphane Foucart convoque trois « biostatisticiens » à la barre du tribunal de l'opinion publique – celle qu'il veut forger et qui sert si bien le programme électoral de M. Yannick Jadot, tête de liste d'EELV pour les élections européennes.

 

« Des erreurs méthodologiques "grossières", "indignes", des marges de confiance "ubuesques"… Le Monde a soumis à trois biostatisticiens le rapport publié jeudi 4 octobre par l’organisme de sécurité sanitaire Santé publique France (SpF), statuant sur un nombre suspect d’enfants naissant sans bras, ou sans main, dans le centre de l’Ain : les trois scientifiques, dont deux ont demandé au Monde de garantir leur anonymat, formulent des critiques assassines à l’encontre du rapport rassurant de l’agence. »

 

Oui, mieux vaut être anonyme quand on assassine...

 

 

Du relativisme de l'anonymat

 

Le plus grotesque est le complotisme basé sur... l'anonymat :

 

« En revanche, le rapport sur la situation dans l’Ain écarte toute anomalie statistique. Mais, au contraire des deux autres et en contravention avec les usages de l’expertise scientifique, il n’a pas été signé par ses auteurs. Interrogée par Le Monde, SpF a dans un premier temps expliqué que leurs noms n’apparaissaient pas dans le rapport en raison d’un oubli, puis dans un second temps que l’auteur était… SpF. »

 

L'anonymat ? Interdit à SpF – dans un contexte d'hystérisation de l'information – mais sans problème pour dénonciateurs du Monde.

 

C'est un point qu'a aussi relevé le Journal International de Médecine (JIM) dans « Agénésie des membres supérieurs dans plusieurs localités françaises : débat autour des méthodes statistiques ». Avec ironie :

 

« La proximité géographique pas prise en compte par SPF ?

 

En tout état de cause, la bataille d’experts a commencé. Ainsi, dans le Monde (qui pourrait ne pas être totalement exempt de certains biais dans son approche…), trois biostatisticiens (dont deux anonymement, ce qui ne paraît pas gêner le journaliste du Monde qui pourtant paraît reprocher à SPF l’anonymat de son rapport sur les enfants de l’Ain !) se montrent très sévères vis-à-vis de l’approche adoptée par SPF. »

 

 
Le sophisme de la critique de la partie pour contester le tout

 

Mais la véritable indigence déontologique tient dans le propos même, l'instrumentalisation de ce qui ne devrait être qu'un détail : qu'il y ait ou non un « agrégat » dans un secteur de l'Ain ne change rien au problème de fond : des enfants sont nés avec une malformation.

 

C'est le constat. Que fait-on ensuite ? C'est la vraie question.

 

La communication de Santé Publique France ne semble pas exemplaire sur ce point :

 

« Aujourd’hui, suite à l’investigation des sept cas rapportés dans l’Ain nés entre 2009 et 2014, l’analyse statistique ne met pas en évidence un excès de cas par rapport à la moyenne nationale, et Santé publique France n’a pas identifié une exposition commune à la survenue de ces malformations. L’absence d’hypothèse d’une éventuelle cause commune ne permet pas d’orienter des investigations complémentaires. »

 

Mais qui réfléchit à ce que des esprits mal tournés peuvent faire de son texte ? Les esprits mal tournés ont télescopé la première partie de la première phrase et la dernière phrase... La désinformation, les accusations peuvent fleurir...

 

« Enfants et veaux malformés dans l’Ain : “vers un scandale sanitaire” » s'étrangle LyonCapitale...

 

 

Des veaux malformés ?

 

Un Lyon Capitale qui, après avoir correctement décrit la zone incriminée comme étant dans "un rayon de dix-sept kilomètres autour du village de Druillat (à dix kilomètres à vol d'oiseau d'Ambérieu-en-Bugey)" n'hésite pas à situer ensuite, dans le même article, l'épicentre à Chalamont...

 

Dans « Y a-t-il vraiment eu des veaux malformés nés dans l'Ain ? » du 16 octobre 2018,

 

« Lyon Capitale apporte la preuve incontestable que plusieurs veaux porteurs de malformations sont nés dans un Gaec du village de Chalamont. »

 

Extrait :

 

« Dans ce mail, daté du 25 octobre 2016, Laurence Brémond, chef du service Santé et Protection Animale à la DPPP (direction départementale de la protection des populations) de l'Ain reconnaît que des veaux nés malformés ont été signalés dans le département. "Nous avons effectivement eu des signalements de malformations sur des veaux."

 

Le mail est adressé en réponse à une demande du Professeur Gérard Keck, de l'unité "Pharmacie-Toxicologie" de VetAgroSup Lyon (établissement d’enseignement supérieur agricole assurant la formation de futurs vétérinaires et agronomes) et membre du conseil scientifique du Remera (le Registre des malformations en Rhône-Alpes qui a déclenché l'alerte au sujet de ces malformations congénitales). Le Professeur avait demandé à la DPPP, dix-neuf jours plus tôt, une "note sur les observations chez les animaux veaux et autres qui (leur) sont remontés". »

 

Selon l'Expresse :

 

« De même, la présence de veaux malformés à Chalamont est totalement démentie par Pascale Ecorce, vétérinaire dans la commune. "Aucun événement de ce type n'a eu lieu ici, précise-t-elle à l'Express. À ma connaissance, un seul veau est né sans queue dans la région, mais c'était à 30 km et il faut savoir qu'il s'agit d'un événement tout à fait banal." »

 

LyonCapitale fait état de « de plusieurs veaux, tous nés dans un Gaec de Chalamont ». Soit. Mais c'est en un seul lieu, dans une seule exploitation. Et ce lieu se trouve en périphérie de la zone de 17 km autour de Druillat censée être celle de l'agrégat de cas humains.

 

L'implication d'un membre du conseil scientifique du REMERA incite à la prudence dans l'interprétation de l'information. Mais point besoin de théorie du complot ou, plus prosaïquement, de tentative d'étayer par tous les moyens les thèses de Mme Emmanuelle Amar. C'est en effet tout de même curieux :

 

« Dans ce mail, daté du 25 octobre 2016, Laurence Brémond, chef du service Santé et Protection Animale à la DPPP (direction départementale de la protection des populations) de l'Ain reconnaît que des veaux nés malformés ont été signalés dans le département. "Nous avons effectivement eu des signalements de malformations sur des veaux.»

 

C'est bien vague, n'est-il pas ? Et encore :

 

« Car il s'agit bien de plusieurs veaux, tous nés dans un Gaec de Chalamont et rapidement euthanasiés (le nombre exact de naissances de veaux malformés par année n'est pas connu "les recherches complémentaires (n'ayant) pas abouti à plus de détails" explique le Remera). »

 

Serait-ce un GAEC d'éleveurs à la mémoire courte ?

 

 

° o O o °

 

 

Un commentateur a écrit sur le site du Monde :

 

« Sur des sujets aussi difficiles,il faut éviter les controverses et les jugements péremptoires et excessifs. Il faut tout simplement reprendre le dossier et mettre une autre équipe de statisticiens sur le cas, ce que fait de Rugy. Le rôle des médias n’est pas d’accréditer la brève de comptoir: “Le gouvernement nous cache la vérité pour satisfaire les lobbys des industriels, c’est un scandale!” »

 

Nous partageons.

 

 
Post scriptum

 

Cela vient de tomber, sur RTL, se fondant essentiellement sur l'article du Monde : « Bébés nés sans bras dans l'Ain : des scientifiques accréditent la thèse d'une contamination ». Le délire continue ! Mais cette fake news est tellement grossière qu'on se prend à penser à Joseph Goebbels...

 

 

Pourquoi ce grand vide dans un grand Sud-Ouest ? Un agrégat de malchanceux?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
l'AFP joue aussi un rôle trouble.ce soir dans sa dépêche suite aux déclarations du directeur de santé publique france va a présenter la directrice de remera comme une scientifique !!!
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

En fait de dépêche, il y en a deux :

https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Polemique-autour-de-celle-qui-a-revele-l-affaire-des-bebes-sans-bras-1582287

https://www.lepoint.fr/societe/bebes-sans-bras-de-l-ain-le-directeur-general-de-sante-publique-france-denonce-une-campagne-calomnieuse-19-10-2018-2264326_23.php

Accoler "scientifique" à "Emmanuelle Amar", c'est devenu un gimmick. Une manière subtile de diffuser de l'information "orientée" ?

Que Mme Amar soit une "scientifique" ou pas ne change rien au fond du problème.
U
Il y a de rares journalistes qui font correctement leur travail :

https://twitter.com/GeWoessner?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Eembeddedtimeline%7Ctwterm%5Eprofile%3AAlerteEnvironne&ref_url=http%3A%2F%2Falerte-environnement.fr%2F
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour le lien. Ce qui manque, c'est la source de ce que GW rapporte.

Affaire à suivre...