Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Consommation de produits biologiques et cancer

26 Octobre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #Agriculture biologique, #Alimentation, #Pesticides

Consommation de produits biologiques et cancer

 

Jason Lusk*

 

 

Il y a quelques jours, JAMA Internal Medicine a publié un article examinant la relation entre les niveaux déclarés de consommation de produits biologiques et le cancer dans un échantillon de 68.946 consommateurs français.

 

L'article et la couverture médiatique qui en découle sont frustrants à de nombreux égards, et c'est symptomatique de ce qui ne va pas avec beaucoup d’études nutritionnelles et épidémiologiques reposant sur des données d’observation autodéclarées, sans stratégie claire pour identifier les facteurs constituant des causes. Comme je l'ai écrit il y a quelques années :

 

« Heureusement, l'économie (du moins la microéconomie appliquée) a connu une révolution de crédibilité. Si vous assistez à un séminaire de recherche dans pratiquement n'importe quel département d'économie ces jours-ci, vous êtes presque certain d'entendre des questions telles que : "Quelle est votre stratégie d'identification ?" Ou : "Comment avez-vous géré l'endogénéité ou la sélection ?" En bref, la question est : comment savons-nous que les effets que vous signalez sont des effets de causalité et pas seulement des corrélations.

 

Il est grand temps de révolutionner la crédibilité en nutrition et en épidémiologie. »

 

Oui, oui, le titre de l'article indique bien « association » et non « liens de causalité ». Mais, bien entendu, cela n'a pas empêché les auteurs – dans le résumé – de conclure : « promouvoir la consommation d'aliments biologiques auprès de la population générale pourrait constituer une stratégie préventive prometteuse contre le cancer. » Ou CNN de titrer : « Vous pouvez réduire votre risque de cancer en mangeant des produits biologiques ».

 

Alors, premièrement, comment pourrait-il s’agir uniquement d’une corrélation et non d’un lien de cause à effet ? Les personnes qui consomment des produits biologiques sont susceptibles de différer de celles qui ne le font pas de bien des manières qui pourraient également affecter les résultats en termes de santé. Comme le montrent clairement les auteurs eux-mêmes dans leur étude, les personnes qui affirment manger beaucoup de produits biologiques ont des revenus plus élevés, sont plus instruites, ont moins tendance à fumer et à boire, mangent beaucoup moins de viande et ont en général un régime alimentaire plus sain que ceux qui disent qu'ils ne mangent jamais bio. Les auteurs tentent de « contrôler » ces facteurs dans une analyse statistique, mais cela pose deux problèmes. Premièrement, le diable est dans les détails et la manière dont ces facteurs de confusion sont mesurés et interagissent pourrait avoir des effets importants. Plus important encore, certains de ces « contrôles » manquants sont des éléments tels que la conscience que l'on a de sa santé en général, l'aversion pour le risque, le conformisme social, etc. Cela conduit à un deuxième problème plus fondamental. Ces facteurs non observés sont probablement fortement corrélés à la fois à la consommation de produits biologiques et au risque de cancer. Par conséquent, leur effet estimé sur les produits biologiques est probablement biaisé. Il y a de nombreux exemples de ce type de biais d'endogénéité, et ne pas bien réfléchir à la manière de le gérer peut entraîner des sous- ou des sur-estimations, et même inverser le signe de l'effet.

 

Pour illustrer cette hypothèse, supposons qu'une variable non mesurée telle que l'attention portée à sa santé régit à la fois les achats de bio et le risque de cancer. Une personne très soucieuse de sa santé va entreprendre toutes sortes d’activités qui pourraient réduire les risques de cancer – voir le médecin régulièrement, prendre des vitamines, faire attention à son alimentation, lire de nouvelles études diététiques, faire de l’exercice, etc. Une telle personne pourrait également manger plus de produits biologiques, d'où la corrélation. Le fait est que même si une personne aussi soucieuse de sa santé ne mangeait pas de produits biologiques, elle aurait toujours un risque de cancer moins élevé. Ce n’est pas le bio qui réduit le risque de cancer. Autrement dit, si nous prenions une personne qui ne fait VRAIMRNT pas attention à sa santé et que nous la forcions à manger beaucoup de produits biologiques, pourrions-nous nous attendre à ce que son risque de cancer baisse ? Si ce n'est pas le cas, il y a corrélation et non relation de cause à effet.

 

Dans l’idéal, nous aimerions mener un essai contrôlé randomisé (ECR) (un groupe constitué au hasard et nourri avec des produits biologiques et un autre groupe n'en consommant pas, et on compare les résultats) ; mais ces types d’études peuvent être très coûteuses et prendre beaucoup de temps. Heureusement, les économistes et d’autres ont proposé des moyens novateurs de s’attaquer aux problèmes des variables non observées et de l’endogénéité qui nous rapprochent de l’idéal des ECR, mais je ne vois aucun effort de la part de ces auteurs pour prendre ces problèmes au sérieux dans leur analyse.

 

Ensuite, il y a toutes sortes de détails préoccupants dans l'étude elle-même. La consommation de produits biologiques est une variable autodéclarée mesurée de manière très ponctuelle. On a demandé aux gens s’ils consommaient la plupart du temps des produits biologiques (on leur donnait 2 points), parfois (on leur donnait un point), ou jamais (on ne leur donnait pas de point), et on a fait une addition pour 16 catégories d’aliments allant des fruits aux viandes, en passant par les huiles végétales. Curieusement, lorsque les auteurs limitent leur variable d’alimentation biologique à des sources à base de plantes (probablement parce que c’est là que les risques liés aux pesticides sont les plus aigus), les effets sur la plupart des cancers diminuent. Il est également curieux qu’il n’y ait pas toujours de relation « dose-réponse » entre les scores de consommation biologique et le risque de cancer. En outre, lorsque les auteurs limitent leur analyse à des sous-populations particulières (telles que les hommes), la relation entre la consommation de produits biologiques et le cancer disparaît. Tamar Haspel, auteure spécialisée dans les domaines de l'alimentation et de l'agriculture écrivant pour le Washington Post, aborde certaines de ces questions et d'autres encore dans un fil de gazouillis.

 

Enfin, même si les effets estimés sont « vrais », quelle est leur ampleur et quelles sont leurs conséquences ? Les auteurs ont étudié 68.946 personnes, dont 1.340 ont fait l'objet d'un diagnostic de cancer au cours de l’étude, qui a duré environ 6 ans. Ainsi, la probabilité initiale de contracter un type de cancer ou un autre était de (1.340/68.946)*100 = 1,9 %, soit environ 2 personnes sur 100. Voyons maintenant le cas où les effets semblent être les plus importants et les plus cohérents, les lymphomes non hodgkiniens (LNH). Il y a eu 47 cas de LNH, ce qui signifie qu'il y avait une probabilité de (47/68.946)*100 = 0,068 % de contracter le LNH dans cette population au cours de cette période. Le LNH concernait respectivement 15 et 14 personnes des premier et deuxième quartiles des scores d'alimentation biologique, mais 16 personnes du troisième quartile avaient un LNH. Lorsque nous arrivons au quartile le plus élevé de l'échelle indiquée pour les aliments biologiques, le nombre de personnes atteintes de LNH est tombé à seulement 2. Après avoir effectué divers ajustements statistiques, les auteurs calculent un « ratio de risque » de 0,14 pour les personnes appartenant au dernier quartile par rapport aux premiers quartiles de consommation de produits biologiques, ce qui signifie qu'il y avait une réduction énorme de 86% du risque. Mais qu'est-ce que cela signifie par rapport à la ligne de base ? Cela signifie qu’on passe d’un risque de 0,068 % à un risque de 0,068*0,14 = 0,01 %, soit d'environ 7 sur 10.000 à 1 sur 10.000. Pour mettre ces chiffres en perspective, la probabilité générale qu'un individu de la population décède des suites d'un accident de voiture l'année prochaine est d'environ 1,25 sur 10.000 et d'environ 97 sur 10.000 au cours de sa vie. Le risque de mourir d'une chute dans les escaliers sur un an est de 0,07 sur 10.000 et de 5,7 sur 10.000 sur la vie entière.

 

En résumé, je ne dis pas que la consommation accrue de produits biologiques pourrait ne pas être liée de manière causale à une réduction du risque de cancer, en particulier en raison des mécanismes de causalité plausibles. Je pense plutôt que cette étude ne nous aide pas beaucoup à répondre à cette question fondamentale. Et, si nous obtenons finalement de meilleures estimations à partir d’études prenant les liens de cause à effet au sérieux et inversant ces conclusions, nous aurons sapé la confiance des consommateurs en encourageant ces types d’études (demandez simplement aux gens s’ils pensent que les œufs, le café, le chocolat ou les myrtilles augmentent ou réduisent les risques de cancer ou de maladie cardiaque).

 

________________

 

* Jayson Lusk est un économiste de l'agriculture et de l'alimentation. Il est actuellement professeur distingué et chef du Département de l'Économie Agricole de l'Université de Purdue.

 

Source : http://jaysonlusk.com/blog/2018/10/24/organic-food-consumption-and-cancer

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article