Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Verger de pommes : une feuille de route selon M. Daniel Sauvaitre

29 Septembre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie, #Politique

Verger de pommes : une feuille de route selon M. Daniel Sauvaitre

 

Glané sur la toile 271

 

 

Faisons dans la facilité, en espérant que son profil sur Overblog – qui est aussi notre hébergeur – soit à jour :

 

« Je [M. Daniel Sauvaitre] suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel. »

 

Puisqu'il a un profil sur Overblog, il a forcément un blog.

 

Dans « Perspectives pour l’arboriculture en France à l’aune des politiques publiques passées, présentes et à venir. L’exemple de la pomme », il nous livre ses réflexions sur ce que devraient être les politiques publiques pour l'arboriculture française. Mais pas seulement, bien des propos sont applicables à l'ensemble de la production agricole et alimentaire.

 

Il y a, notamment, six paragraphes percutants sur les produits phytosanitaires et un autre sur le stockage de l'eau. On les lira sur son blog.

 

Voici, pour vous mettre en appétit, une réflexion de portée plus large :

 

« En dehors de cela, des lois et des règles simples qui laissent aux acteurs de l’économie toute la latitude nécessaire pour qu’ils trouvent entre eux les bonnes façons de produire et d’échanger.

 

Au moment où une partie de l’Europe est vent debout contre les nationalismes et les Etats qui s’affranchissent des règles communes, il devient indispensable que cette exigence vaille aussi pour les homologations de produits phytosanitaires. Il est inconcevable que la France puisse à la fois dénoncer la réapparition de frontières et de lois nationales incompatibles avec l’union européenne et s’en donne à cœur joie elle-même quand il s’agit d’interdire sur son territoire ce qui est autorisé dans les autres pays de l’Union de par le système mis en place avec son accord.

 

Puisque nécessairement cela conduit les producteurs à revendiquer la clause de sauvegarde pour que les productions issues de pays qui autorisent ce qui devient interdit en France ne puissent entrer. Ce qui n’est rien d’autre qu’un rétablissement de frontières chez soi que l’on dénonce chez les autres. »

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article