Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L’agriculture « à haut rendement » impacte moins l’environnement qu’on ne le pensait auparavant – et pourrait contribuer à préserver des habitats

20 Septembre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #Agronomie

L’agriculture « à haut rendement » impacte moins l’environnement qu’on ne le pensait auparavant – et pourrait contribuer à préserver des habitats

 

 

Traduction du communiqué de presse de l'Université de Cambridge à propos de « The environmental costs and benefits of high-yield farming » (coûts et bénéfices environnementaux de l'agriculture à haut rendement » d'Andrew Balmford, Tatsuya Amano, […] Rowan Eisner.

 

 

L’agriculture « à haut rendement » coûte moins cher à l’environnement qu’on ne le pensait auparavant – et pourrait contribuer à épargner des habitats

 

 

De nouvelles découvertes suggèrent qu'une agriculture plus intensive pourrait être l'option « la moins mauvaise » pour nourrir le monde tout en sauvant ses espèces – à condition que l'utilisation de tels systèmes « efficaces en termes de surfaces » empêche une conversion supplémentaire de la nature sauvage en terres agricoles.

 

Nos résultats suggèrent que l'agriculture à haut rendement pourrait être exploitée pour répondre à la demande croissante de nourriture sans détruire davantage le monde naturel.
Andrew Balmford

 

Une nouvelle étude a montré que l’agriculture qui semble être plus écologique mais utilise davantage de terres, peut avoir des coûts environnementaux plus élevés par unité de nourriture que l’agriculture « à haut rendement » qui utilise moins de terres.

 

Il est de plus en plus évident que le meilleur moyen de répondre à la demande alimentaire croissante tout en préservant la biodiversité est de produire autant de nourriture que possible de la terre que nous exploitons, afin de « préserver de la charrue » davantage d’habitats naturels.

 

Toutefois, cela implique des techniques d'agriculture intensive censées créer des niveaux disproportionnés de pollution, de pénurie d'eau et d'érosion des sols. Une étude publiée aujourd'hui dans la revue Nature Sustainability montre que ce n'est pas nécessairement le cas.

 

Les scientifiques ont mis au point des mesures pour certaines des « externalités » majeures – telles que les émissions de gaz à effet de serre et l'utilisation d'engrais et d’eau – générées par les systèmes agricoles à haut rendement ou à faible rendement et comparé les coûts environnementaux de la production d'une unité de nourriture réalisée de différentes façons.

 

Des recherches antérieures ont comparé ces coûts par unité de superficie. L’agriculture à haut rendement ayant besoin de moins de terres pour produire la même quantité de nourriture, les auteurs de l’étude affirment que cette approche surestime son impact sur l’environnement.

 

Leurs résultats tirés de quatre grands secteurs agricoles suggèrent que, contrairement à la perception de nombreuses personnes, une agriculture plus intensive utilisant moins de terres peut aussi produire moins de polluants, causer moins de pertes de sol et consommer moins d’eau.

 

Cependant, l’équipe à l’origine de l’étude, menée par des scientifiques de l’Université de Cambridge, avertit que si les rendements plus élevés servent simplement à augmenter les bénéfices ou à faire baisser les prix, ils ne feront qu’accélérer la crise d’extinction que nous constatons déjà.

 

« L’agriculture est la principale cause de perte de biodiversité sur la planète », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Andrew Balmford, professeur de sciences de la conservation au Département de zoologie de Cambridge. « Les habitats continuent d'être défrichés pour laisser la place aux terres agricoles, laissant toujours moins d'espace pour la faune. »

 

« Nos résultats suggèrent que l'agriculture à haut rendement pourrait être mise en œuvre pour répondre à la demande croissante de nourriture sans détruire davantage le monde naturel. Cependant, si nous voulons éviter une extinction massive, il est essentiel que l’agriculture économe en terres soit associée à des mesures soustrayant une plus grande partie de la nature sauvage de la charrue. »

 

Les scientifiques de Cambridge ont mené l’étude avec une équipe de recherche de 17 organisations du Royaume-Uni et du monde, y compris des collègues de Pologne, du Brésil, d’Australie, du Mexique et de Colombie.

 

L’étude a analysé des informations provenant de centaines d’enquêtes portant sur quatre vastes secteurs alimentaires, représentant un pourcentage important de la production mondiale de chaque produit : riz paddy asiatique (90 %), blé européen (33 %), bœuf latino-américain (23 %) et produits laitiers européens (53 %).

 

Des exemples de stratégies à haut rendement comprennent des systèmes de pâturage améliorés et de races améliorées dans la production de bœuf, l'utilisation d'engrais chimiques sur les cultures et le maintien prolongé des vaches laitières en étable.

 

Les scientifiques ont trouvé que les données étaient limitées et que des recherches supplémentaires sur le coût environnemental des différents systèmes agricoles étaient urgentes. Néanmoins, les résultats suggèrent que de nombreux systèmes à haut rendement sont moins préjudiciables à l'environnement et, surtout, utilisent beaucoup moins de terres.

 

Par exemple, lors d'essais sur le terrain, l'azote inorganique a stimulé les rendements avec peu ou pas de « pénalité » sous forme de gaz à effet de serre et une consommation d'eau plus faible par tonne de riz. Par tonne de bœuf, l’équipe a constaté que les émissions de gaz à effet de serre pourraient être réduites de moitié dans certains systèmes où les rendements sont augmentés par l’addition d’arbres pour fournir de l’ombre et du fourrage aux bovins.

 

L’étude n’a porté sur l’agriculture biologique que dans le secteur laitier européen, mais a constaté que, pour la même quantité de lait, les systèmes biologiques entraînaient au moins un tiers de perte de sol de plus et occupaient deux fois plus de terres que les élevages laitiers conventionnels.

 

L'un des co-auteurs, le Pr. Phil Garnsworthy de l'Université de Nottingham, qui a dirigé l'équipe laitière, a déclaré : « Dans tous les systèmes laitiers, nous trouvons qu'un rendement laitier plus élevé par unité de terre conduit généralement à une plus grande efficacité biologique et économique de la production. Les producteurs laitiers devraient se réjouir de l’information selon laquelle des systèmes plus efficaces ont moins d’impact sur l’environnement. »

 

David Edwards, expert en conservation et co-auteur de l'Université de Sheffield, a déclaré : « Les systèmes biologiques sont souvent considérés comme beaucoup plus respectueux de l'environnement que l'agriculture conventionnelle, mais nos travaux ont suggéré le contraire. En utilisant plus de terres pour produire une même quantité, la production biologique risque en fin de compte d’accroître les coûts environnementaux. »

 

Les auteurs de l’étude affirment que l’agriculture à haut rendement doit être associée à des mécanismes qui limitent l’expansion de l’agriculture si l’on veut en tirer des avantages environnementaux. Ces mécanismes pourraient inclure un zonage strict d'utilisation des terres et des subventions rurales restructurées.

 

« Ces résultats ajoutent à la preuve que la préservation des habitats naturels par le recours à une agriculture à haut rendement pour produire de la nourriture est la moins mauvaise façon d’avancer », a ajouté M. Balmford.

 

« Lorsque l’agriculture est fortement subventionnée, les paiements publics pourraient dépendre d’une augmentation des rendements alimentaires des terres déjà cultivées, tandis que d’autres terres seraient retirées de la production et restaurées comme habitats naturels pour la conservation de la faune et pour le stockage du carbone et des eaux de crue. »

 

___________

 

Source : https://www.cam.ac.uk/research/news/high-yield-farming-costs-the-environment-less-than-previously-thought-and-could-help-spare-habitats

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
De plus en plus guignolesque les billets de ce blog !!!<br /> <br /> Franchement seppi heureusement que l'hyper débilité ne tue pas!
Répondre
S
Merci à ceux qui ont répondu à ce « commentaire » avant que je n'ai eu le temps de le mettre en réserve. Qui sait, un jour… Comme vous avez répondu, je laisse le "commentaire" d'origine, ce qui montrera aux lecteurs de passage ce que l'espèce à 46 chromosomes est aussi capable de produire.<br />
Y
encore un ""sachant"" avec zéro argument pour valider son idéologie et qui donc n'a plus que l'insulte pour dénigrer ses détracteurs avec comme simple justification, son incompétence crasse sur le sujet concerné. Vraiment tous dans le même moule les anti "on ne sait plus quoi" (et on s'en fou).<br /> "l'hyper débilité ne tue pas!" Alors t'es rassuré le momo??
L
pourtant dès le départ ,les choses semblent simple il faut moins de terre si les rendements sont supérieurs...<br /> ceci dit vous avez toujours la carte diabolisation à jouer..vous pouvez toujours affirmer que tel résidu de pesticide est pire que tout et en conclure que vous avez raison...<br /> <br /> si il y a UNE question que vous devez poser avent de crier au guignolesque c'est quelle est LA métrique qui permet de dire ça c'est mieux que ça pour l'environnement.. je pense que c'est difficile sinon impossible. et il me semble que vous devez toujours mettre en balance l’intérêt de l'homme et une sacralisation de l'environnement dont l'objet est d'ailleurs sujet à question..<br /> Rien d’Évident à ce que le maintien d'un monde sauvage est "quelque part un jour" favorable à l'humanité.<br /> <br /> le monde en noir et blanc c'est pratique pour insulter , mais c'est simpliste<br /> si vous ne vous rendez pas compte que cotre dénonciation de l'agriculture intensive repose sur un ensemble de présupposés pro nature on ne peut pas avancer.. vous etes alors un simple idéologue certain de détenir la vérité..
J
Décidément les études se suivent et démontrent que l'AB ne tient pas ses promesses d'un moindre impact écologique. Une autre méta-analyse très complète va paraître en Octobre dans Annual Review of Resource Economics Ses conclusions vont elles aussi dans le même sens. Elle est consultable ici → http://sci-hub.tw/10.1146/annurev-resource-100517-023252
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Oui, vous avez raison, à un bémol près : la science militante !
F
@Momo et à part des insultes émaillées de fautes d'orthographe, vous avez quelque chose à dire?
M
@lemiere jacques,<br /> <br /> Hé pan dans le mille, encore un qui viens nous parler de l'AB sans strictement rien y connaitre !!!<br /> En plus des billets guignolesques; les commentaires de certain imcompêtants en AB <br /> sont plutôt sulfureux .<br /> <br /> Pour votre gouverne de non sachants, d' ignares idéologiques pro-agriculture hyper destructrice, l'AB c'est vraiment tout autre chose qu'un simple label .<br /> <br /> Rien que cet écri,t refléte parfaitement à lui seul le très haut degré de débilité de certains auteurs irresponssables mais surtout à la botte du chimique .
L
ce n’est m^me pas sujet à discussion AB est juste un label..<br /> <br /> deux personnes peuvent avoir les m^mes pratiques agricoles mais une des deux peut ne pas avoir le label bio par exemple .si il n'en fait pas la demande...donc...<br /> <br /> ce qui est en jeu est la vison traditionnelle de la voie vers le progrès avantages/:inconvénients qui s'oppose à ne stratégie de diabolisation/sacralisation absolument arbitraire...