Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glyphosate : la peste brune verte (ou verte brune ?) sévit à FR3 Occitanie

27 Septembre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Glyphosate (Roundup), #Politique

Glyphosate : la peste brune verte (ou verte brune ?) sévit à FR3 Occitanie

 

 

Le député Jean-Baptiste Moreau a une alternative au glyphosate… Rassurez-vous, c'est du chanvre à usage industriel

 

Additif du 29 septembre 2018 : il semble que non !

 

 

L'Assemblé Nationale a procédé le 12 septembre 2018 à une « nouvelle lecture » en séance publique du projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », après l'échec de la Commission Paritaire Mixte qui avait été chargée, le 3 juillet 2018, de trouver un accord sur le texte entre les deux Chambres.

 

Il va de soi que plusieurs propositions d'amendement visant à interdire le glyphosate – dès l'entrée en vigueur de la loi ou à une date ultérieure – ont été déposées. Avec des certains cas des exposés sommaires à faire pleurer des statues de marbre ou de bronze.

 

La France Insoumise (proposition No 674) ne doit pas savoir que le glyphosate est utilisé depuis près de 40 ans, y compris par des utilisateurs amateurs :

 

« L’urgence écologique interdit tout délai de tergiversation, c’est pourquoi nous proposons son interdiction immédiate. »

 

Voici aussi les explications pour l'une des trois propositions de Mme Delphine Batho (No 901) :

 

« L’interdiction du glyphosate doit être inscrite dans la loi résultant des États généraux de l’alimentation.

 

Malgré l’annonce du Président de la République que le glyphosate serait interdit en France "dès que des alternatives seront trouvées, et au plus tard dans trois ans", aucun acte gouvernemental, ni circulaire, ni décret, ni article de loi n’a concrétisé cet engagement.

 

Il va sans dire que le glyphosate fait l’objet d’un intense lobbying des firmes de l’agrochimie dont l’affaire des Monsanto Papers a illustré les pratiques. Elles ont d’ailleurs réussi a obtenir au niveau européen le renouvellement de l’autorisation de cette substance, malgré son classement comme cancérigène probable par l’Organisation Mondiale de la Santé. Et lorsque le présent amendement d’interdiction du glyphosate a été déposé en première lecture à l’Assemblée nationale, les firmes de l’agrochimie en avait connaissance... avant les députés !

 

La représentation nationale ne doit céder à aucune forme de pression ou d’interférence et doit prendre ses responsabilités pour protéger la santé des agriculteurs et des citoyens.

Les engagements réitérés du gouvernement de parvenir à une sortie du glyphosate sans en passer par la loi, grâce au volontariat, ne sont pas crédibles. En effet l’ensemble du plan Ecophyto basé sur la même logique volontaire s’avère un échec complet. Une disposition législative s’avère donc indispensable.

 

La représentation nationale doit en outre tirer les conséquences du jugement historique rendu le 10 août dernier aux États-Unis en faveur du jardinier Dewayne Lee Johnson, victime du glyphosate qui a obtenu la condamnation de la firme Monsanto à une amende de 289 millions de dollars. Ce jugement reconnaît le lien entre exposition au glyphosate et cancer. Il établit également que les risques pour la santé publique étaient connues de la firme.

 

Dans ces conditions, toute tergiversation et tout nouveau report de la décision d’interdiction du glyphosate expose désormais les pouvoirs publics à ce que leur responsabilité soit mise en cause, y compris sur un plan judiciaire, par les victimes.

 

C’est pourquoi l’auteure du présent amendement invite solennellement chaque député à voter enfin cette décision très attendue par une large majorité de citoyens. »

 

La nième tentative peut bien réussir là ou les (n – 1) précédentes ont échoué. Ce ne fut pas le cas.

 

 

 

 

« La représentation nationale ne doit céder à aucune forme de pression ou d’interférence », qu'elle avait écrit Mme Batho ? Il va de soi que quand Mme Batho fait l'article pour la première manifestation organisée – pour le plus grand profit du biobusiness – par Nous Voulons des Coquelicots, le faux-nez de Générations Futures, il ne s'agit d'aucune forme de pression ou d'interférence...

 

 

 

 

Mais il y a une autre forme de pression.

 

Que des gazouilleurs mettent en ligne la liste des députés qui ont voté contre l'inscription de l'interdiction du glyphosate dans la loi, c'est la manifestation – intouchable – de la liberté d'expression. Qu'une organisation mette en ligne tout aussi sélectivement, en omettant de remercier ceux qui ont signé la proposition et voté pour... c'est son droit de montrer son indigence politique et civique. Cette liste est de toute manière publique (voir ici pour le vote sur la proposition No 901 de Mme Delphine Batho).

 

 

 

 

Mais que faut-il penser quand FR3 Occitanie publie un « Découvrez quels sont les députés d'Occitanie qui ont (encore) voté contre l'interdiction du glyphosate » ? Cela se rapporte à la proposition No 198, déposée par M. François-Michel Lambert et huit autres du groupe La République en Marche !, rejetée par 35 voix pour, 42 contre et 3 abstentions.

 

Le morceau de choix :

 

« Parmi, les députés qui ont voté contre, deux de notre région : la Montpelliéraine Coralie Dubost (3ème circonscription de l'Hérault) et la Tarnaise Marie-Christine Verdier-Jouclas (2ème du Tarn). Deux parties de notre région et deux circonscriptions qui comptent de nombreuses exploitations viticoles. »

 

Une information équilibrée – que l'on est en droit d'exiger d'un média du service public – aurait consisté à présenter l'ensemble des votes des « régionaux de l'étape ». Ce qui a été livré, c'est une information au mieux partisane ; au pire, ce sont deux noms livrés à la vindicte publique.

 

Nous penchons pour le pire. Ce sont des méthodes de Gringoire, Je Suis Partout, etc.

 

 

Et qu'aurait dit le député J.B. Moreau il y a 10 ans, quand il utilisait encore du glyphosate ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lig 29/09/2018 16:09

Concernant les abeilles, ça n'a pas l'air au point, ce glyphosate :

https://www.facebook.com/notes/gds/le-glyphosate-serait-aussi-un-tueur-dabeilles/1101279133369462/

http://www.pnas.org/content/early/2018/09/18/1803880115

Seppi 01/10/2018 10:28

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Non, les effets du glyphosate sur l'humain ont été étudiées -- par la vraie science et les sciences alternatives -- à peu près sous toutes les coutures. Pour l'aspect flore intestinale, il y a en particulier une belle carabistouille de l'Institut Ramazzini. Je veux dire par là que les résultats -- qui sont ce qu'ils sont -- ont été torturés pour en faire un appel anxiogène à financements.

lig 01/10/2018 10:23

L'article de presse :

https://www.nouvelobs.com/planete/20180924.OBS2850/le-glyphosate-serait-aussi-un-tueur-d-abeilles.html

On se poser la question concernant l'humain, puisque seul l'aspect cancérigène du glyphosate me semble avoir été étudié, pas l'aspect flore intestinale de l'humain.

Seppi 01/10/2018 10:04

Bonjour,

Merci pour ce commentaire.

Le premier lien est vers l'article de presse que je décrypte.

Le deuxième lien est vers l'article scientifique que je décrypte.