Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Des activistes anti-OGM se réunissent pour attaquer le Riz Doré

3 Septembre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Riz doré, #Activisme

Des activistes anti-OGM se réunissent pour attaquer le Riz Doré

 

Mark Lynas

 

 

 

 

Ce texte ne date pas d'hier, ni même d'avant-hier (il a été publié à l'origine le 4 avril 2018). Mais il a acquis une nouvelle actualité.

 

 

Plus de deux douzaines de groupes anti-OGM se réunissent aux Philippines dans une dernière tentative pour arrêter le déploiement du Riz Doré, depuis longtemps proposé comme un moyen de lutter contre la carence en vitamine A potentiellement mortelle chez les jeunes enfants dans les pays asiatiques en développement tels que le Bangladesh, les Philippines et l'Indonésie.

 

Rassemblés pour une conférence de trois jours au luxueux Madison 101 Hotel and Tower à Manille – présenté sur Internet comme un « hôtel haut de gamme avec une ambiance contemporaine et élégante » et des chambres dotées d'une télévision à écran plat et d'un bain à remous –, environ 100 membres des ONG qui forment le Réseau Stop Golden Rice! ont organisé une manifestation hier devant le Ministère de l'Agriculture des Philippines. D'autres activités étaient prévues pour aujourd'hui.

 

Un grand nombre des groupes impliqués reçoivent des fonds de sources d'aide européennes officielles pour promouvoir à l'étranger une agriculture « paysanne » et « écologique ». Cependant, une grande partie de leur activité semble consister à s'opposer spécifiquement au génie génétique et aussi à essayer d'empêcher une modernisation plus générale de l'agriculture qui pourrait permettre une meilleure productivité des cultures, une sécurité alimentaire accrue et une utilisation réduite des produits chimiques.

 

L'un des principaux organisateurs est le réseau philippin MASIPAG, qui a été fortement critiqué par la communauté scientifique en 2013 pour avoir soutenu la destruction d'un champ expérimental de riz doré aux Philippines par des militants masqués. Malgré une lettre ouverte de scientifiques suédois en 2013, le gouvernement suédois a continué à financer MASIPAG, versant ces dernières années plus de 5 millions de couronnes (600.000 $) dans les caisses du groupe, dont une partie est expressément affectée à des activités tendant à « influencer le gouvernement ».

 

Après avoir été retardé pendant plusieurs années par des problèmes techniques, le Riz Doré est maintenant sur le point d'être déployé au Bangladesh et a récemment été approuvé pour la consommation par Food Standards Australia New Zealand. Le gouvernement canadien a également déclaré le mois dernier que le riz est sans danger pour la consommation humaine. Bien qu'il ne soit pas destiné aux consommateurs des pays développés, l'approbation a été sollicitée pour empêcher la perturbation du commerce si d'aventure le Riz Doré était présent de manière fortuite dans le riz usiné commercialisé internationalement.

 

La carence persistante en vitamine A est la principale cause de cécité infantile évitable dans les pays en développement et augmente le risque de décès par les infections courantes de l'enfance.

 

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, on estime que 250.000 à 500.000 enfants carencés en vitamine A deviennent aveugles chaque année, la moitié d'entre eux mourant dans les 12 mois qui suivent la perte de la vue.

 

Malgré les préoccupations de la communauté médicale internationale sur les dommages causés à des millions d'enfants par la carence en vitamine A et le consensus scientifique mondial sur la sécurité des cultures génétiquement modifiées, MASIPAG et d'autres groupes du réseau Stop Golden Rice! continuent de répandre des craintes infondées sur la sécurité du Riz Doré dans le but d'empêcher son introduction.

 

Dans un récent communiqué, MASIPAG a affirmé que l'IRRI et les « promoteurs d'entreprises » « ignoraient les données scientifiques cruciales sur les dangers des OGM pour la santé humaine ». Une affiche publicitaire produite par le réseau Stop Golden Rice! montre des grains de riz jaunes avec une tête de mort et déclare faussement que « des incertitudes et des menaces pour la santé planent sur les OGM ».

 

Au lieu d'accepter les nombreux articles scientifiques publiés sur la sécurité et l'efficacité du Riz Doré après revue par les pairs, MASIPAG a promu des « preuves » contraires produites par une seule « chercheuse indépendante » du nom de Madeleine Love, une militante anti-OGM de l'Australie.

 

Beaucoup d'opposants au Riz Doré souscrivent à une théorie du complot selon laquelle cela fait partie d'un complot des entreprises et des banques pour prendre le contrôle des semences et de l'agriculture d'une nation.

 

En réalité, même si Syngenta était un partenaire de recherche au début des années 2000, le Riz Doré est actuellement développé dans le secteur public par l'Institut International de Recherche sur le Riz et un réseau d'institutions gouvernementales et universitaires partenaires. Il sera fourni sans brevet et sans redevances aux agriculteurs les plus pauvres, sans but lucratif. Le financement est assuré par la Fondation Bill & Melinda Gates et d'autres donateurs internationaux et philanthropiques.

 

Un absent de marque de la dernière liste de militants contre le Riz Doré est le groupe environnemental international Greenpeace qui, dans le passé, a été fortement critiqué pour son opposition au projet. Bien que la liste actuelle des membres n'ait pas été publiée, selon une déclaration de 2017 du réseau Stop Golden Rice!, ses membres étaient alors les suivants :

 

RESIST! Agri-TNCs Network- Philippines,

MASIPAG (Magsasaka at Siyentipiko para sa Pag-unlad ng Agrikultura),

KMP (Kilusang Mangbubukid ng Pilipinas),

PNSFP (Philippine Network for Food Security Programs),

SIBAT (Sibol ng Agham at Teknolohiya),

HEAD (Health Action for Democracy),

PAN Phils (Pesticide Action Network-Phils),

TFIP (Philippine Task Force for Indigenous Peoples Rights),

CENDI (Community Entrepreneur Development Institute),

SRD (Center for Sustainable Rural Development) Vietnam,

SPFT (Southern Peasants Federation of Thailand),

AGRA (Alliance of Agrarian Reform Movement),

SERUNI National Women’s Alliance, Indonesia,

NWFA (National Women Farmers and Workers Association),

BAFLF (Bangladesh Agricultural Farm Labour Federation),

SHISUK (Shikha Shastha Unnayan Karzakram) Bangladesh,

APVUU (Andhra Pradesh Vyavasaya Vruthidarula Union),

ORRISSA (Organization for Rural Reconstruction and Integrated Social Services Activities), CREATE, India,

THANAL, India,

Save Our Rice Network, India,

PAN-INDIA (Pesticide Action Network-India),

GRAIN,

PAN-AP (Pesticide Action Network-Asia Pacific),

APC (Asian Peasants Coalition),

Consumers Union of Japan,

Women’s Development Federation WELIGEPOLA, Sri Lanka, and

MONLAR (Movement for Land and Agricultural Reform), Sri Lanka.

 

__________________

 

Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2018/04/anti-gmo-activists-convene-target-golden-rice/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article