Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Soutien à l'essai sur le terrain du Riz Doré aux Philippines

8 Août 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Riz doré

Soutien à l'essai sur le terrain du Riz Doré aux Philippines

 

André Heitz*

 

 

Incidence de la carence en vitamine A dans le monde

 

 

Les autorités des Philippines (le Ministère de l'Agriculture et le Bureau de l'Insustrie des Plantes) ont lancé une consultation qui constitue une part importante de la procédure d'approbation en vertu d'une circulaire conjointe publiée en 2016. Il y a apparemment un délai de 30 jours pour les observations du public ; des auditions publiques sont tenues les 18 et 19 juillet 2018 dans deux lieux différents.

 

La Cornell Alliance for Science a lancé un appel, « Un essai en plein champ du Riz Doré a besoin d'observations favorables ». Voici ma réponse.

 

Elle m'a ensuite signalé que les Philippins souhaitent essentiellement recueillir des observations de contributeurs locaux. Mais ma contribution a fait l'objet d'un accusé de réception.

 

Et elle contient des considérations de nature plus générale. Donc je publie quand même.

 

 

J'écris de France pour apporter mon soutien à un essai sur le terrain du Riz Doré.

 

 

RÉSUMÉ

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale. Il s'agit :

  • de gens

  • de santé publique

  • de développement

  • de respecter des engagements

  • d'envoyer un message au peuple des Philippines et au-delà

  • d'envoyer un message aux activistes

  • de répondre à une responsabilité envers l'humanité.

 

L'auteur est un agronome de formation, et a travaillé pour le système des Nations Unies, essentiellement dans la promotion du développement scientifique et technologique, pour une bonne partie de sa carrière dans le domaine des semences et des variétés végétales.

 

 

* * * * *

 

 

Dans la décision relative à l'essai sur le terrain il s'agit de gens

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale.

 

Il s'agit de gens.

 

Des gens des Philippines et, au-delà, des pays qui dépendent du riz pour leur principale source de nourriture.

 

L'essai sur le terrain permettra aux Philippines, et même au monde entier, d'en savoir plus sur l'apport potentiel du Riz Doré à l'allégement, voire à la solution, d'une situation qui affecte les gens et fait beaucoup de victimes parmi les enfants, les femmes enceintes et les mères.

 

 

Dans la décision relative à l'essai sur le terrain il s'agit de santé publique

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale.

 

Il s'agit de santé publique.

 

Ceux qui suivent les développements dans ce domaine savent avec certitude que le Riz Doré sera un nouvel élément de la boîte à outils des Philippines pour lutter contre la carence en vitamine A.

 

Probablement pas le lendemain du feu vert pour la mise en culture du Riz Doré, après qu'il aura passé tous les tests de sûreté et de sécurité et prouvé sa valeur en termes d'agronomie et de nutrition, mais le moment venu.

 

Mais pour qu'il y ait un « moment venu », il est indispensable que le Riz Doré surmonte l'obstacle statutaire de l'essai sur le terrain.

 

 

Dans la décision relative à l'essai sur le terrain il s'agit de développement

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale.

 

Il s'agit de développement.

 

Le Prix Mondial de l'Alimentation 2018 – considéré comme le Prix Nobel pour l'alimentation et l'agriculture – a été décerné au Dr Lawrence Haddad et au Dr David Nabarro en reconnaissance de leur plaidoyer pour l'amélioration de la nutrition des mères et des enfants pendant la grossesse et les deux premières années de la vie, la période la plus critique dans le développement d'un enfant.

 

Tous deux ont soutenu avec force que l'investissement dans la nutrition maternelle et infantile revient à investir dans le développement.

 

Le Dr Haddad – un économiste britannique et un chercheur en politique alimentaire qui est actuellement le directeur exécutif de l'Alliance Mondiale pour une Nutrition Améliorée – a déclaré :

 

« [...] si vous ignorez la nutrition, vous ignorez le développement. Les enfants qui entrent sur le marché du travail et souffrent de malnutrition ne réussiront pas aussi bien à l'école ou sur le marché du travail, ils n'auront pas d'esprit d'entreprise et vous n'obtiendrez pas cette transformation industrielle. »

 

Malheureusement, cela est un peu court dans le cas de la carence en vitamine A : de nombreux enfants – un investissement de leurs parents et de la Nation – n'entreront pas sur le marché du travail.

 

Le Dr Nabarro est maintenant professeur à l'Institut de l'Innovation en Santé Mondiale à l'Imperial College de Londres et a travaillé avec l'Organisation Mondiale de la Santé et les Nations Unies sur les questions de santé et de faim, notamment en tant que coordinateur du Mouvement pour le Renforcement de la Nutrition de septembre 2010 à septembre 2015. Il a dit en apprenant la nouvelle du Prix Mondial de l'Alimentation :

 

« Les dirigeants politiques du monde entier ont pris conscience de cela et ont constaté qu'investir dans le développement des jeunes enfants et la nutrition précoce est un investissement important dans leur avenir national. »

 

Les dirigeants politiques des Philippines ont rejoint le Mouvement pour le Renforcement de la Nutrition.

 

En fait, les Philippines n'ont pas eu besoin de l'ONU pour comprendre l'importance vitale d'une bonne nutrition pour le développement. Le Conseil National de la Nutrition a en effet été créé dès 1978 en tant que partie intégrante du Plan de Développement des Philippines.

 

La décision concernant l'essai sur le terrain du Riz Doré devrait être considérée comme une composante de ce plan.

 

 

Dans la décision relative à l'essai sur le terrain il s'agit de respecter des engagements

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale.

 

Il s'agit de respecter des engagements.

 

En juillet 2017, les Philippins ont célébré un Mois National de la Nutrition. Parmi les objectifs de la campagne, il y avait :

 

« Encourager l'industrie alimentaire, y compris les agriculteurs [...] à produire et à proposer des aliments plus sains

 

Plaider en faveur de l'adoption de lois/politiques nationales et locales conduisant à un environnement favorable à une alimentation saine. »

 

Dire « oui » à l'essai sur le terrain signifie – à terme, si et quand toutes les conditions sont remplies – permettre aux agriculteurs et à l'industrie alimentaire en général de produire un élément des régimes alimentaires qui est non seulement « plus sain », mais qui aussi sauve les vies.

 

Dire « oui » est aussi une contribution à l'objectif de la Loi sur les 1000 Premiers Jours.

 

Selon un article de presse, le rapport N° 145 du Comité sénatorial ou la Loi sur la Santé de la Mère et du Nourrisson a considéré les 1000 premiers jours d'un enfant comme une « fenêtre d'or » pour le développement, avec comme effet potentiel la prévention du retard de croissance et comme opportunité l'amélioration du développement cognitif.

 

La « fenêtre d'or » a besoin du Riz Doré.

 

 
Dans la décision relative à l'essai sur le terrain il s'agit d'envoyer un message au peuple des Philippines et au-delà

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale.

 

Il s'agit d'envoyer un message au peuple des Philippines et au-delà.

 

En plus d'honorer les engagements du Mouvement pour le Renforcement de la Nutrition et d'agir conformément aux buts et objectifs du Conseil National de la Nutrition, du Plan de Développement des Philippines et de la Loi sur les Premiers 1000 Jours, une décision positive sur l'essai sur le terrain du Riz Doré enverrait un signal important aux populations des Philippines et au-delà qui souffrent dans une certaine mesure des ravages de la carence en vitamine A ou qui risquent de perdre un enfant à cause d'un état de santé évitable.

 

Pour déployer ses effets bénéfiques, le Riz Doré devra être soutenu, promu et déployé de manière appropriée, bien sûr si et quand toutes les exigences sont remplies. Permettre la mise en essai du Riz Doré sur le terrain équivaut à annoncer l'intention du Gouvernement et de l'Administration de répondre à un problème vital de santé publique et de développement avec des politiques rationnelles au bénéfice de la population.

 

Il est important de noter à ce stade qu'au-delà des études scientifiques, les effets bénéfiques du Riz Doré ont déjà été reconnus par le Bangladesh – qui a atteint le stade de la mise en circulation des variétés pour permettre aux agriculteurs de les cultiver – et par les évaluations positives de la sécurité sanitaire des aliments par Food Standards Australia New Zealand (février 2018), Santé Canada (16 mars 2018) et la Food and Drug Administration des États-Unis (24 mai 2018).

 

Pour être clair, les effets bénéfiques profitent aux populations des pays en développement consommateurs de riz, et non aux populations des pays développés où la carence en vitamine A est, au mieux, un problème de santé d'un passé lointain.

 

En outre, pour être clair, la contribution du Riz Doré à la réduction de la carence en vitamine A est gratuite. Les semences de Riz Doré seront simplement substituées aux semences « conventionnelles » sans frais supplémentaires pour les petits agriculteurs et, dans le cas des variétés-lignées (non hybrides), les agriculteurs pourront produire leurs propres semences.

 

 

Dans la décision relative à l'essai sur le terrain il s'agit d'envoyer un message aux activistes

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale.

 

Il s'agit d'envoyer un message aux activistes.

 

L'évolution dans le monde en dit long : plus de 18 millions d'agriculteurs ont cultivé 189,8 millions d'hectares d'OGM, principalement dans les pays en développement.

 

Aux Philippines, les cultures génétiquement modifiées sont devenues une réalité de la vie courante. En 2017, avec 642.000 hectares, le maïs biotechnologique – en très grande majorité un maïs résistant à des insectes et tolérant un herbicide – a occupé 46 % de la superficie totale cultivée en maïs. Cela représente peut-être une baisse de 21 % par rapport aux 812.000 hectares semés en 2016, apparemment en raison de problèmes de semences contrefaites ; cependant, la contrefaçon (et la contrebande de semences et les plantations illégales dans d'autres régions) témoigne de l'existence de la demande des agriculteurs.

 

En outre, de 2002 à décembre 2015 – lorsque la Cour Suprême des Philippines a conclu sur la base d'actions introduites par des militants à la nullité de l'Ordonnance Administrative N° 8 (DA-AO8) –, les autorités ont approuvé 88 « événements » pour l'alimentation humaine et animale et la transformation pour huit cultures.

 

Pourtant, les décideurs du monde entier ont fait l'objet de diverses tactiques des activistes, et continuent à les subir, pour empêcher ou retarder la diffusion de technologies et de solutions de pointe dans le domaine de l'agriculture et de la production alimentaire en ce qui concerne les semences et les variétés végétales. Cette rédaction alambiquée fait référence aux variétés génétiquement modifiées, mais aussi aux « nouvelles techniques d'amélioration des plantes » pour lesquelles CRISPR/Cas9 constitue un exemple courant, et même aux techniques bien établies depuis des décennies comme l'amélioration par mutations induites par des produits chimiques ou l'irradiation.

 

Cependant, il a été démontré que tous leurs arguments sont fallacieux, ridicules, futiles, faux ou sans fondement.

 

Que les activistes réussissent dans certaines régions, en particulier dans une Union Européenne riche, bien nourrie et réfractaire au risque au point de craindre même sa propre ombre, ne devrait pas être une raison pour les pays en développement, en particulier ceux confrontés à d'importants défis de santé publique, de dire « non » aux cultures biotechnologiques, et au Riz Doré en particulier.

 

Une décision positive au sujet de l'essai sur le terrain du Riz Doré enverrait un signal « game over » clair et retentissant, et nécessaire.

 

 

Dans la décision relative à l'essai sur le terrain il s'agit de répondre à une responsabilité envers l'humanité

 

Les activistes se sont engagés dans une obstruction même dans le cas de solutions salvatrices (enfin, des solutions qui sauvent la vie des autres, et non des leurs qui sont plutôt agréables et confortables).

 

C'est le moment de souligner que de nombreuses organisations activistes, bien qu'originellement fondées avec les meilleures intentions (mais mal définies), finissent cyniquement par servir leurs propres intérêts plutôt que de poursuivre un mandat et une mission supérieurs honnêtement perçus. Assurer leur existence continue avec un flux confortable de dons et de subventions signifie également servir les agendas de leurs donateurs.

 

L'activisme est devenu une affaire lucrative. Qu'environ 100 membres des différentes ONG qui composent le réseau Stop Golden Rice ! se réunissent pour une « conférence » de trois jours au luxueux Madison 101 Hotel and Tower à Manille devrait être un signe que les soi-disant mouvements « de base » se sont élevés dans la classe VIP.

 

C'est un business qui a jeté l'éthique par-dessus bord. Le Riz Doré illustrerait la contribution du génie génétique à la solution d'un problème urgent de santé publique causant des centaines de milliers de morts ? Le Riz Doré mettrait en évidence la stupidité des attitudes et des politiques anti-OGM d'une Union Européenne nantie, bien nourrie et réfractaire au risque (au point de craindre son ombre) ? Il faut s'opposer au Riz Doré...

 

Ce serait une tâche fastidieuse de réfuter, une fois de plus, tous les arguments qui, une fois de plus, seront mis en avant pour saborder l'avancement du Riz Doré à l'étape suivante aux Philippines. Il y a, à ce stade, une réponse plus appropriée.

 

Presque tous les lauréats du Prix Nobel vivants de chimie, de médecine et de physique ont signé une lettre ouverte intitulée « Soutenir l'agriculture de précision (OGM) » :

 

« NOUS DEMANDONS AUX GOUVERNEMENTS DU MONDE de rejeter, en particulier, la campagne de Greenpeace contre le Riz Doré et, plus généralement, les campagnes contre les cultures et les aliments améliorés grâce à la biotechnologie ; et de faire tout en leur pouvoir pour s'opposer aux actions de Greenpeace et pour accélérer l'accès des agriculteurs à tous les outils de la biologie moderne, en particulier aux semences améliorées grâce à la biotechnologie. Il faut faire cesser l'opposition fondée sur l'émotion et le dogme, contredite par les faits.

 

Combien de morts faut-il encore parmi les gens pauvres dans le monde avant que nous ne considérions que nous sommes face à un "crime contre l'humanité" ? »

 

Il ne faut pas se laisser distraire par les multiples références à Greenpeace : c'est un appel aux Gouvernements.

 

Pour ce qui est de notre sujet, « gouvernement » signifie le Bureau de l'Industrie des Plantes.

 

L'essai sur le terrain n'a pas seulement pour objet de satisfaire à une exigence légale.

 

Il s'agit de répondre à une responsabilité envers l'humanité.

 

 
Qui suis je ?

 

Agronome de formation, j'ai passé ma vie professionnelle dans le système des Nations Unies : d'abord à l'Union Internationale pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV), qui travaille en étroite collaboration avec l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), puis au sein de cette dernière. Promouvoir et défendre les droits et les intérêts des fonctionnaires internationaux a longtemps été une sorte de deuxième emploi et, pendant deux ans, le premier.

 

La promotion du développement scientifique et technologique – et par extension du développement social –, en particulier dans le domaine des semences et des variétés végétales, ainsi que des ressources génétiques, a été la pierre angulaire de ma vie professionnelle.

 

Je suis fermement convaincu que l'un des principaux objectifs de la politique doit être d'alimenter et de nourrir la population mondiale actuelle et de veiller à ce que nos enfants et petits-enfants puissent relever les défis d'une population croissante. Ma modeste contribution à titre de retraité consiste à tenir un blog en français sur l'alimentation, l'agriculture et la santé publique et à contribuer à d'autres blogs et journaux.

 

Et, de temps en temps, comme dans le cas présent, contribuer aux débats de politique publique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Plouf 09/08/2018 12:16

Bravo pour votre courage et votre persévérance. Peu de voix osent malheureusement porter au public les vérités des sciences et techniques.

Seppi 09/08/2018 13:32

Bonjour,

Merci pour vos compliments.