Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

À propos des gènes de résistance aux antibiotiques dans l'air

2 Août 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Albert Amgar, #Santé publique

À propos des gènes de résistance aux antibiotiques dans l'air

 

Albert Amgar*

 

 

« Des gènes de résistance aux antibiotiques dans l'air », source CIDRAP News du 30 juillet 2018.

 

De nouvelles recherches sur les polluants atmosphériques urbains menées par des scientifiques chinois ont détecté des gènes de résistance aux antibiotiques dans l'air de 19 villes.

 

Malgré l'émergence de préoccupations importantes en matière de santé publique, la présence de gènes de résistance aux antibiotiques (GRAs) dans l'air urbain n'a pas reçu beaucoup d'attention.

 

 

Abondance des gènes de résistance aux antibiotiques dans différentes villes dans le monde dont Tours et Paris en France.

 

À l'aide de filtres de climatisation automobile, les scientifiques ont prélevé des échantillons de particules aéroportées totales dans 19 villes de 13 pays. Les analyse des échantillons ont révélé la présence de 30 gènes de résistance aux antibiotiques conférant une résistance à sept classes courantes d'antibiotiques : les quinolones, les bêta-lactamines, les macrolides, les tétracyclines, les sulfonamides, les aminoglycosides et la vancomycine. Parmi les 19 villes étudiées, Pékin présentait la plus grande diversité de GRAs, avec 18 GRAs, tandis que San Francisco affichait le plus haut niveau global de GRAs. Les gènes fournissant une résistance aux bêta-lactamines et aux quinolones étaient les types de GRAs les plus abondants dans les 19 villes.

 

En outre, les scientifiques ont examiné la dynamique longitudinale de la résistance aux antibiotiques aéroportée à Xi'an, Chine, et ils ont constaté que de 2004 à 2014, l'abondance relative du gène de résistance aux quinolones qepA et du gène de résistance aux bêta-lactamines blaTEM dans des particules fines augmentait respectivement de 26% et 178%. Cette constatation, note-t-ils, correspond à une augmentation de 109% de l'utilisation des quinolones et à une augmentation de 427% de l'utilisation des céphalosporines à l'hôpital central de Xi'an Hushuan entre 2008 et 2010.

 

Bien que les conséquences doivent être explorées davantage, les auteurs de l'étude disent que les résultats mettent en évidence la menace potentielle pour la santé publique des GRAs aéroportés.

 

« L'augmentation de l'abondance des GRAs en suspension dans l'air pourrait inévitablement conduire à une augmentation secondaire du risque d'inhalation des GRAs par les habitants de la ville », écrivent les auteurs. « Différents des produits chimiques, les GRAs pourraient se transmettre aux personnes et aux espèces bactériennes, augmentant ainsi la sensibilité de l'homme ou de l'environnement à la résistance bactérienne. »

 

L'étude a été publiée le 25 juillet dans Environmental Science and Technology. L’article est disponible intégralement et gratuitement.

 

On pourra lire le dossier d’information de l’Inserm, Résistance aux antibiotiques. Un phénomène massif et préoccupant ;et aussi celui de l’Institut Pasteur de Paris.

 

 

(a) Les profils d'abondance relative des GRAs issus de 7 types d'antibiotiques et (b) le nombre de sous-types de GRAs aéroportés détectés dans 19 villes différentes dans le monde; et (c) la corrélation des abondances relatives des types de GRAs aéroportés dans la présente étude avec la consommation globale d'antibiotiques en 2010 rapportée précédemment avec cinq types d'antibiotiques courants. Les valeurs notées en (a) sont les logarithmes de base 2 des abondances relatives correspondantes ; les carrés gris dans (a) représentent celles avec des concentrations de GRAs inférieures à la limite de détection par qPCR.

______________

 

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d'une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n'exerce plus aujourd'hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments. Désormais, je l'accueille avec plaisir.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article