Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

OGM, Gilles-Éric Séralini, trois études d'envergure et l'Obs : l'analyse d'Anton Suwalki sur Imposteurs

19 Juillet 2018 , Rédigé par Seppi

OGM, Gilles-Éric Séralini, trois études d'envergure et l'Obs : l'analyse d'Anton Suwalki sur Imposteurs

 

Glané sur la toile 265

 

 

Notre ami Anton Suwalki se fait un peu rare... dommage. Mais les récents événements en matière de recherche sur les OGM et de désinformation dans l'Obs l'ont inspiré. Cela a produit : « Etudes européennes et française sur les OGM : Séralini aggrave son cas » sur Imposteurs.

 

Nos analyses se rejoignent sur bien des points. Mais sa conclusion est originale. La voici, avec le contexte :

 

« Autre chose étrange : alors que les « surfactants » présents dans les herbicides sont réputés n’avoir eux-mêmes aucune action herbicide (ils servent à favoriser la pénétration du produit actif dans la plante), Séralini prétend que l’un deux, le POEA, utilisé seul (plant de tomate F sur la photo), a une action herbicide et même plus efficace que les produits glyphosate + POEA. A la limite, on pourrait même en conclure que le glyphosate, le produit réputé actif, réduit l’efficacité du POEA.

 

 

Photo publiée dans Toxicology Reports

 

 

On pourrait ainsi se dire que l’équipe de GES a fait là une découverte révolutionnaire : les fabricants s’embêtent depuis des décennies avec des formulations d’herbicide compliquées, ils ajouteraient des métaux lourds sans aucune utilité (juste pour empoisonner les gens, peut-être), alors qu’il leur suffisait d’utiliser le surfactant seul, qu’ils croyaient inerte !

 

Seulement, il y a un problème, et même un gros problème : que le POEA ait un tel effet herbicide rendrait impossible l’utilisation d’herbicides glyphosate + POEA sur des plantes GM tolérantes au glyphosate. J’ai eu beau tenter de documenter de telles contre-indications, je n’en ai pas trouvé. Encore une contradiction que l’équipe du CRIIGEN aura du mal à expliquer. Tout cela mis bout à bout permet de réaliser qu’avec ou sans les études GRACE, G-TwYST et GMO90plus, les travaux de Séralini et du CRIIGEN sont définitivement irrrecevables. »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
+100
Répondre
J
Bravo
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre « bravo » qui s'adresse en fait à Anton Suwalki.