Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Small n’est pas toujours beautiful : la permaculture, une nouvelle croyance… » de M. Pascal Perri

14 Juin 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Agronomie

« Small n’est pas toujours beautiful : la permaculture, une nouvelle croyance… » de M. Pascal Perri

 

Glané sur la toile 254

 

 

Dans « Small n’est pas toujours beautiful : la permaculture, une nouvelle croyance… », M. Pascal Perri répond sur son site Stop Intox – Le Correcteur d'Infos à « La fierté est dans le pré » (derrière un péage), publié le 24 mai dans Valeurs Actuelles.

 

Selon un schéma largement exploité par les commentateurs qui pensent avoir la solution miracle à tous les maux de l'agriculture, Mme Charlotte d’Ornellas, la journaliste de VA, avait pris :

 

« ...deux exemples d’exploitations agricoles au modèle économique bien distinct, dont la ferme biologique du Bec Hellouin (Normandie, Eure) qui pratique la permaculture. Cette ferme ferait actuellement vivre 10 personnes qui y travaillent et consomment ses produits. Un modèle familial, très local, qui prône le retour à des pratiques agricoles anciennes, "à la main", par opposition à l’agriculture moderne, "industrielle", subissant de plein fouet les dures lois du capitalisme. »

 

M. Perri poursuit :

 

« On pourrait presque croire à cette vision bucolique et désuète, à l’idée qu’un autre monde et qu’une autre agriculture sont possibles, et pourtant… »

 

On pourrait corriger : ce n'est pas : « On pourrait presque croire... », mais : « On croit... », tellement cette vision bucolique – et cette imposture intellectuelle qui consiste à comparer agriculture, au sens restreint, et maraîchage – est colportée dans les médias et sur les réseaux sociaux.

 

Et ce, malgré tous les décryptages. M. Perri nous en offre un de plus, bref :

 

« La communication savamment étudiée de la ferme du Bec Hellouin omet pourtant des informations essentielles pour qui voudrait se lancer à son tour dans la permaculture. La ferme est en effet aussi un centre de formation -Archipel, nom de la structure juridique-, dont les stagiaires travaillent sur l’exploitation. Elle profite donc d’une main d’œuvre bon marché voire gratuite. Dans le milieu de la permaculture, certaines analyses expliquent les limites de ce système.

 

[...]

 

Une analyse rapide démontre que ce modèle économique repose pour l’essentiel sur la rentabilité du centre de formation et donc son remplissage, et accessoirement sur la production de la ferme. »

 

En fait, il n'y a pas que la « communication savamment étudiée de la ferme du Bec Hellouin ». Il y a aussi, hélas, l'INRA...

 

M. Perri conclut :

 

« La permaculture suscite un réel engouement – parfois sans discernement – à tel point qu’elle en devient une croyance. Rien n’empêche d’encourager les modèles de production dits « alternatifs », de les tester et les analyser pour en tirer des leçons constructives et améliorer les pratiques agricoles. Cependant, il faut veiller à la crédibilité des démarches menées et se méfier des trouvailles exceptionnelles comparables au moteur à combustion qui fonctionne avec de l’eau. En économie, comme en physique et certainement en agronomie, il n’y malheureusement jamais de miracle… »

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Je suis parfaitement d'accord avec votre analyse sur le modèle économique de la permaculture qui séduit nombre de personnes qui vont avoir de cruelles désillusions sur le plan du revenu.Par contre, cela peut constituer un modèle de jardinnage intelligent.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Je suis assez d'accord avec vous. Mais quand on lit des opuscules qui prétendent traiter de permaculture, on se rend compte que ce n'est guère plus que du jardinage avec quelques trucs.<br />
K
l annee derniere de memoire l inra a publie un compte rendu sur la ferme du bec hellouin avec des chiffres, en resume par compilation la ferme permet de degager un revenu equivalent au smic, sauf que pour faire ce calcul, l inra a extrait les meilleures chiffres de production, quelques parcelles avec un rendement elevee pour l extrapoler a toute l exploitation sauf que les chiffres globaux de toute l exploitation ne donnent pas les memes resultats
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Je partage en grande partie le constat.<br />
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Ces articles de l'INRA/AgroParisTech sont un sujet que je traiterai un jour. Mais cela a déjà été fait par Mme Catherine Stevens. Cela lui a valu une réponse courroucée du chercheur de l'INRA... preuve qu'elle avait tapé juste.<br /> <br /> On trouvera beaucoup de références ici :<br /> <br /> http://www.forumphyto.fr/2016/09/13/la-ferme-du-bec-hellouin-la-permaculture-adoubee-par-linra/<br />
Y
l'INRA n'est plus une institut de recherche national agronomique mais un repère de d'idéologues (qui la dirige avec Mr huygue en tête) prêt a détourner la science pour nous faire avaler leur certitudes idéolobobobio.<br /> On à aussi Le CNRS avec des "branquignoles" qui nous expliquent maintenant, droit dans leurs bottes, que le désherbage des cultures a toujours pénalisé les rendements (.si, si c'est vrai et le branquignol le dit même devant des caméras).<br /> Il reste ARVALIS , qui ne dit pas de bêtise mais fait très attention a rester "politiquement correcte dans ses discours en public( mais dans le privé ils se lâchent et leurs constats sont alarmant/dramatique pour l'agriculture française). Ils sont obligé, tous les ans de remettre des essais en place qui coutent des fortunes dont ils connaissent avec certitude les résultats (nul) mais pour lesquels les politique(qui finance) veulent "que cela marche" .Exemple: mélange de variétés en blé tendre qui permettrait de baisser les IFT alors que depuis des dizaines d'année tous les essais ont démontrés que cela n'amenait rien du tout "technicoéconomiquement" (avec une puissance statistique certaine du fait des centaines d'essais cumulés maintenant).Pourtant dans la bobo sphère cela est toujours mis comme une solution "qui marche" et Arvalis a la charge(et l'obligation semble t il) de se "débrouillé" pour trouver des preuves de l'intérêt de cette pratique!!!!
A
Il y a aussi la ferme de la Bourdaisière en Touraine, également chouchou des media, qui se fait tailler un costard dans terre de Touraine :<br /> http://www.maisondesagriculteurs37.fr/index.php?page=actu-detail&id=6027&retour=accueil<br /> <br /> Sans oublier le billet de Yann Kindo<br /> https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/170218/de-l-exploitation-en-milieu-fermier-ecolo
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Oui, la Ferme de la Bourdaisière mérite un article.<br />
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Errare humanum est. <br />