Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Néonicotinoïdes : « science » et « information » militantes de MM. Goulson et Foucart

3 Juin 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Néonicotinoïdes, #Article scientifique

Néonicotinoïdes : « science » et « information » militantes de MM. Goulson et Foucart

 

 

 

 

 

La revue Science – oups ! Cédons au tic journalistique : la prestigieuse revue Science – a publié un quelque chose le 1er juin 2018.

 

 
La « science » interpellation de l'opinion rencontre le « journalisme » fabrication de l'opinion

 

M. Stéphane Foucart, du Monde Planète (et lauréat de deux prix journalistiques décernés par des jurys comportant des membres de la rédaction du Monde, donc affligés d'un conflit d'intérêts) s'est précipité le jour même. C'est que l'« information » est conforme à son idéologie... et le réseau de copains a bien dû fonctionner. Cela a donné : « Haro scientifique mondial sur les néonicotinoïdes », avec en chapô :

 

« Dans la revue "Science", plus de 200 spécialistes appellent à interdire sans délai ces insecticides impliqués dans l’effondrement de la biodiversité terrestre et aquatique. »

 

 
Trois paragraphes dans une revue en principe scientifique

 

Le « quelque chose » est une lettre de trois paragraphes – « Call to restrict neonicotinoids » (appel à restreindre les néonicotinoïdes) – signée par le chercheur militant militant chercheur Dave Goulson (voir par exemple ici et ici) et quelque 230 autres personnes (242 selon le compte Twitter de M. Goulson).

 

Dans le premier paragraphe, les auteurs font une description sinistre des néonics. Nous avons été particulièrement impressionné par la phrase suivante :

 

« Parce que [les néonicotinoïdes] sont des neurotoxiques, ils sont hautement toxiques pour les insectes, une classe d’organismes qui représentent la majorité des formes de vie terrestres décrites, et qui inclut de nombreuses espèces d’une importance vitale pour les humains, comme les pollinisateurs et les prédateurs des ravageurs des cultures. »

 

Impressionné parce que la logique nous échappe...

 

Dans le second,

 

« Les scientifiques soussignés estiment que l'équilibre des preuves suggère fortement que ces produits chimiques nuisent aux insectes bénéfiques et contribuent à la perte massive actuelle de la biodiversité mondiale. En tant que tel, il y a un besoin immédiat d'accords nationaux et internationaux pour limiter fortement leur utilisation, et pour empêcher l'homologation de produits agrochimiques nuisibles similaires à l'avenir. »

 

Le premier paragraphe assénait une affirmation, le second expose une opinion... Quoi qu'il en soit, le message est clair : on est dans le champ du militantisme. C'est le droit des auteurs de se positionner dans ce registre... mais c'est dans une revue en principe scientifique. C'est aussi le droit de la revue de se décrédibiliser.

 

Bref, on passe dans le troisième paragraphe au mode Philippulus :

 

« L'absence de réponse urgente à ce problème risque non seulement le déclin continu de l'abondance et de la diversité de nombreux insectes bénéfiques, mais aussi la perte des services qu'ils fournissent et une fraction substantielle du patrimoine de biodiversité des générations futures. »

 

Notre traduction est sur le mode « garbage in, garbage out ». Que 230+ personnes aient pu signer ce gobbledygook (charabia) est étonnant.

 

 

Fier d'avoir contribué à un gloubiboulga...

 

 

Un haro « scientifique » ? De « spécialistes » ?

 

Le titre du Monde est en partie bien choisi : cela fait un bout de temps que c'est « haro sur les néonicotinoïdes ».

 

Mais, à l'évidence, ce haro n'est pas « scientifique ». Que les signataires soient – ou prétendent être – des scientifiques ne donne pas un caractère scientifique à la chose qu'ils ont signée.

 

On ne peut du reste que pouffer de rire en lisant l'inférence « neurotoxiques => hautement toxiques », et ce, « pour les insectes » (et, précisons le, pas pour les mammifères, au moins dans les conditions normales d'emploi).

 

Est-il « mondial » et sont-ce des « spécialistes » ?

 

 

 

 

Notons avant de répondre à cette question que ces « spécialistes » n'« appellent pas à interdire », les néonics, mais à « limiter fortement leur utilisation ». L'« information » du Monde Planète, que voulez-vous...

 

La liste des signataires se trouve ici. Le lecteur ne sera pas surpris : les signataires ne sont pas tous des « spécialistes » faisant autorité pour l'une ou l'autre des affirmations de cette lettre, et encore moins pour le contenu dans son ensemble.

 

Ainsi, il paraît douteux que l'on mène des recherches sur les néonicotinoïdes et leurs effets sur les insectes à l'Institut de Hautes Études Internationales et du Développement de Genève.

 

Mais on trouve aussi quelques personnalités intéressantes :

 

  • Un certain Christopher Portier qui signe comme professeur invité de l'Université de Maastricht – en oubliant ses nombreux chapeaux d'activiste ;

     

  • La Prof Ewa Rembiałkowska de l'Université des Sciences de la Vie de Varsovie qui nous est connue pour ses recherches promouvant l'agriculture biologique ;

     

  • Thomas Bøhn, professeur-chercheur au GenØk – Centre pour la Biosécurité de Tromsø (Norway), un anti-OGM notoire ;

     

  • Dr Michael Antoniou, du King’s College London, autre anti-OGM et anti-pesticides notoire ;

     

  • Dr Eva Novotny, maintenant à la retraite, anti-OGM notoire ;

     

  • Prof Dr. Damián Verzeñassi, de l'Université Nationale de Rosario, Argentine, dont on dira ici qu'il a été un des « témoins » de la mascarade du Tribunal Monsanto ;

     

  • John Fagan, PhD Professor of Molecular Biology and Dean, School of Sustainability Department of Physiology and Health Department of Sustainable Living College of Sustainability Maharishi University of Management Fairfield, Iowa, USA ; nous ne traduirons pas... le pedigree de cet homme est impressionnant (voir notamment ici)... la méditation transcendantale s'invite dans l'activisme contre les néonics, après s'être invitée dans celui contre le glyphosate (voir ici)...

     

  • Dr Stephanie Seneff, une chercheuse en informatique du MIT, célébrissime auteure de corrélations loufoques censées démontrer que certaines substances comme le glyphosate génèrent toutes sortes de maladies ; le plus drôle est encore que cette signature figure dans la même liste que Michael Antoniou et Robin Mesnage qui ont, à juste titre, éreinté ses travaux ;

     

  • Jonathan Latham, directeur exécutif de The Bioscience Resource Project, et rédacteur-en-chef de Independent Science News ;

     

  • Pr Charles Sultan... l'endocrinologie pédiatrique au service de l'activisme anti-néonics ;

     

  • Dr Maarten F.I.J. Bijleveld van Lexmond, qui signe comme président du Groupe de Travail sur les Pesticides Systémiques, ce groupe qui a posé des conclusions a priori pour construire ensuite des articles « scientifiques » censés les étayer ;

     

  • Dr Robin Mesnage, maintenant chez Michael Antoniou après avoir longtemps été chez « qui vous savez » (chut... risque de procédure bâillon...) ;

     

  • Prof Dr Jeroen P. van der Sluijs, un autre membre du Groupe de Travail sur les Pesticides Systémiques ;

     

  • Dr. Susan E. Kegley, Principal et CEO de l'entreprise Pesticide Research Institute, Inc., précédemment au service de Pesticide Action Network North America.

 

Il y a quelques signatures françaises, dont une... chut...

 

À l'heure où nous écrivons, seul le Monde Planète de... s'est fait l'écho de ce non-événement.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
>À l'heure où nous écrivons, seul le Monde Planète de... s'est fait l'écho de ce non-événement. Grand merci donc de pallier ce manque de publicité pour ce type d'information.<br /> >br /> si les insecticides ne sont pour rien dans la disparition des insectes, il va nous falloir trouver d'autres coupables.... A-t-on déjà ciblé Poutine et la Russie ?
Répondre
S
Merci pour ce commentaire fort désobligeant et fielleux. La cuirasse de bienséance feinte se fend...<br />