Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La présence de STEC et de Campylobacter chez des ovins et caprins laitiers montre l'importance de la pasteurisation, selon une étude néerlandaise

22 Juin 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Albert Amgar, #Alimentation, #Santé publique

La présence de STEC et de Campylobacter chez des ovins et caprins laitiers montre l'importance de la pasteurisation, selon une étude néerlandaise

 

Albert Amgar*

 

 

« La présence de STEC et de Campylobacter chez les ovins et caprins laitiers montre l'importance de la pasteurisation, selon une étude néerlandaise », source Outbreak News Today.

 

Des chercheurs de l'Institut national néerlandais pour la santé publique et l'environnement (RIVM) et de l'Autorité néerlandaise de sécurité des aliments et des consommateurs (NVWA) ont montré que deux types de bactéries pathogènes qui peuvent causer de la diarrhée chez l'homme (STEC et Campylobacter) sont présents dans des exploitations laitières d’ovins et de caprins, selon un communiqué de presse de RIVM (néerlandais traduit par ordinateur) du 14 juin 2018.

 

Dans une étude sur des animaux, 181 élevages de chèvres laitières et 24 élevages d’ovins laitiers ont été examinés. Les STEC (E. coli producteurs de shigatoxines) et Campylobacter ont été retrouvés dans la plupart d’entre eux. Les STEC sont apparus dans pratiquement toutes les exploitations laitières étudiées. Campylobacter a été mis en évidence dans une exploitation caprine sur trois (33 %) et presque toutes les exploitations ovines (96 %). Ces bactéries sont beaucoup moins retrouvées parmi les éleveurs et les membres de leur famille.

 

Listeria était moins courant, avec environ 9 % chez les caprins et environ 17 % des exploitations d’ovins. La bactérie n'a pas été retrouvée chez les personnes étudiées. Les personnes courent le risque d'être infectés par Listeria en mangeant du fromage à pâte molle au lait cru. L'étude a également porté sur les bactéries comme Salmonella et celles producteurs de BLSE (bêtalactamases à spectre élargi). Celles-ci n'étaient pas très courantes dans les exploitations laitières étudiées.

 

Les résultats montrent que la pasteurisation du lait et les règles d'hygiène après la visite d'une exploitation laitière de chèvres ou d’ovins laitiers sont des règles importantes pour prévenir des cas de maladie.

 

Les bactéries retrouvées se situent dans les intestins des animaux et pénètrent ainsi dans le fumier. Une petite quantité de fumier peut contaminer le lait cru ou le fromage au lait cru. La contamination peut être évitée en buvant uniquement du lait pasteurisé. De plus, les personnes d'une exploitation laitière peuvent être infectées si elles entrent en contact avec des animaux ou leur environnement. Les visiteurs peuvent réduire le risque de maladie en se lavant les mains après un contact avec les animaux ou leur environnement.

 

En France, compte tenu des rappels récents notamment de reblochons, il a été indiqué :

 

Les autorités sanitaires rappellent que par précaution, le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants ; il faut préférer les fromages à pâte pressée cuite (type Emmental, Comté, etc.), les fromages fondus à tartiner et les fromages au lait pasteurisé.

 

La même recommandation vaut pour les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées.

 

A noter que dans la fiche d’information sur « E. coli, qu'est-ce que c'est ? » dont j’ai déjà rappelé les carences et oublis ici, il n’est pas fait mention que « le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants ; il faut préférer les fromages à pâte pressée cuite (type Emmental, Comté, etc.), les fromages fondus à tartiner et les fromages au lait pasteurisé. »

 

Rappelons enfin, qu’en France, depuis de l’année 2018,

 

13 rappels de produits alimentaires ont eu lieu pour la présence de E. coli producteurs de shigatoxines, 11 ont concerné des produits laitiers et 2 de la viande hachée).

 

Au niveau du RASFF de l’UE, depuis le début de l’année 2018, concernant les produits alimentaires d’origine France, il y a eu

 

11 notifications pour la présence de E. coli ou E. coli producteurs de shigatoxines (dont 7 ont concerné des produits laitiers).

 

______________

 

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d'une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n'exerce plus aujourd'hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments. Désormais, je l'accueille avec plaisir.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article