Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'éducation ne met pas fin aux problèmes de sécurité des aliments, selon une étude

2 Juin 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Albert Amgar, #Santé publique

L'éducation ne met pas fin aux problèmes de sécurité des aliments, selon une étude

 

Albert Amgar*

 

 

Résumé (nous découpons en paragraphes) :

 

 

Les jeunes sont un public clé pour l'éducation en matière de sécurité des aliments. Ils adoptent souvent des comportements à risque en matière de manipulation et de préparation des aliments pour les autres et ils ont une expérience et des connaissances limitées en matière de pratiques de manipulation sécuritaire des aliments.

 

Notre objectif était d'étudier l'efficacité d'un programme de formation des manipulateurs d'aliments afin d'améliorer les comportements sécuritaires en matière de manipulation des aliments chez des élèves du secondaire en Ontario, Canada. Cependant, comme aucune école n'a accepté de fournir de groupe témoin, nous avons évalué si les comportements changeaient après la réalisation du programme d'intervention et si les changements étaient conservés pendant la période scolaire.

 

Nous avons mesuré 32 comportements en matière de sécurité des aliments, avant intervention et lors d'évaluations de suivi au bout de 2 semaines et de 3 mois à l'aide d'observations en personne des étudiants (n = 119) inscrits en seconde et terminale en classes aliments et nutrition (n = 8) et qui ont individuellement préparé des recettes de cuisine. Nous avons examiné les changements de comportements chez les élèves lors de trois périodes, en utilisant un modèle de régression linéaire à effets mixtes afin de modéliser les tendances du score total de la manipulation des aliments (sur 32 comportements possibles) et des sous-scores pour l'item « nettoyer » (17 comportements), « séparer » (14 comportements), et « cuire » (1 comportement), en ajustant les caractéristiques des élèves.

 

Au départ, les élèves (n = 108) présentaient en moyenne 49,1% (15,7 comportements sur 32, écart-type = 5,8) de comportements corrects en matière de manipulation des aliments, et seuls 5,5% (6) des 108 élèves utilisaient un thermomètre pour vérifier la cuisson d'un poulet (comportement de l'item « cuire »). Tous les quatre types de score de comportement ont augmenté significativement ~ 2 semaines après l'intervention et sont restés inchangés ~ 3 mois plus tard.

 

Les caractéristiques des élèves (par exemple, avoir suivi un cours de manipulation des aliments) n'étaient pas un prédicteur significatif du nombre total de comportements correctement exécutés lors de la manipulation des aliments ou lors des comportements « nettoyer » ou « séparer », et la fréquence à propos de l'item « cuire » et la capacité de décrire soi-même l'item « cuire » ont été les seules caractéristiques significativement associées à l'utilisation d'un thermomètre alimentaire (« cuire » ).

 

Malgré l'augmentation significative de comportements corrects, les élèves ont continué à utiliser des pratiques à risque post-intervention, suggérant que le risque maladie d'origine alimentaire demeure.

 

Référence. Kenneth J. Diplock, Joel A. Dubin, Scott T. Leatherdale, David Hammond, Andria Jones-Bitton, and Shannon E. Majowicz. 2018. Observation of High School Students’ Food Handling Behaviors: Do They Improve following a Food Safety Education Intervention? Journal of Food Protection: June 2018, Vol. 81, No. 6, pp. 917-925.

 

Merci à Ben Chapman du barfblog de m'avoir signalé l'article.

 

Dans une analyse de l'article parue dans Food Safety News, « Une étude suggère que l'éducation ne met pas fin aux problèmes de sécurité des aliments », par Kelsey M. Mackin, il est rapporté :

 

Une étude récemment publiée conclut que l'éducation a augmenté de manière significative la manipulation sécuritaire des denrées alimentaires chez des lycéens, mais elle a également montré aux élèves que des pratiques à risque continues peuvent entraîner des maladies d'origine alimentaire.

 

Rappelons que les items cités dans l'article font partie des 5 clés pour des aliments plus sûrs, un document de l'OMS. Une excellente version nous est proposée par nos amis suisses, voir ici.

 

______________

 

*Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d'une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n'exerce plus aujourd'hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments. Désormais, je l'accueille avec plaisir.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article