Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Destruction de la nature : un crime contre l’humanité » dans Libération

26 Juin 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme

« Destruction de la nature : un crime contre l’humanité » dans Libération

 

Glané sur la toile 259

 

 

Jadis, du haut de leur chaire, les curés réchauffaient les fois défaillantes avec des récits terrifiants de ce qui attendait les pécheurs dans les feux de l'Enfer. Aujourd'hui, les prêcheurs de l'écologisme nous décrivent l'enfer qui nous attend sur Terre si nous n'embrassons pas leur religion et ne suivons pas leurs préceptes.

 

« Destruction de la nature : un crime contre l’humanité » est une tribune de Mme Élise Rousseau, écrivaine naturaliste et auteure de « Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation », et M. Philippe J. Dubois, écologue, auteur de « Syndrome de la grenouille et de la Grande Amnésie écologique ».

 

Grandiose :

 

« Dans notre réseau professionnel et amical, des directeurs de grandes associations naturalistes, des responsables de réserves naturelles nationales, des naturalistes de terrain sont de plus en plus nombreux à le dire, en "off" : "C’est fichu !" Ils n’y croient plus. Pour eux, les politiciens, les industriels mais aussi le grand public, personne ne comprend la catastrophe environnementale qui s’est enclenchée. »

 

La description est cauchemardesque : « ...ils pensent que l’homme ne pourra pas faire machine arrière, c’est terminé. Nous courons à notre perte. »

 

En fait, comme dans tout thriller et tout boniment de marchand de snake oil, non :

 

« Il est possible de retourner la situation, si ceux qui nous gouvernent et si les journalistes, qui doivent alerter l’opinion, prennent leurs responsabilités. […] C’est à nous citoyens qu’il appartient de montrer le chemin, en faisant pression pour que l’environnement devienne une priorité absolue. »

 

Journalistes qui, soit dit en passant, « ont une grande part de responsabilité dans ce qui est en train de se passer, eux, qui sont censés donner l’alerte, eux, qui sont au courant des chiffres terrifiants de la situation écologique ». Il nous avait semblé que leur rôle était d'informer...

 

Et nous aurions même notre Sauveur si... :

 

« Nous appelons le gouvernement à écouter désormais Nicolas Hulot et à lui laisser la place et la marge de manœuvre promises. Nous sommes au-delà de l’urgence. Ceux qui auront contribué à la destruction de la nature, et donc des hommes, seront accusés, et peut-être même qui sait un jour jugés, pour "crime contre l’humanité". Car plus que la planète encore, c’est l’homme qui est aujourd’hui en danger. »

 

Pitié !

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
Ce qui est vraiment inquiétant, c'est le décalage entre d'un côté le diagnostic catastrophiste et de l'autre la détermination bornée à ne rien faire qui apporte une véritable solution.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Si par "la détermination bornée à ne rien faire qui apporte une véritable solution" vous entendez la détermination bornée à refuser les vraies solutions et promouvoir les mauvaises, je vous suis (du verbe suivre).
A
Après la ministre de la culture qui se met en tête de rééduquer les Français réactionnaires, puis « une lèpre qui monte » en Europe, d'après le Président de la République, voici venir le crime contre l'humanité avec la soi-disant « destruction de la nature » ... l'acte d'accusation sera bientôt prêt ...
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci, cher ami, pour le commentaire.<br /> <br /> Mais il me semble que les actes d'accusation sont rédigés depuis longtemps...<br />