Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Norovirus et les toilettes des restaurants

1 Mai 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Albert Amgar, #Santé publique

Norovirus et les toilettes des restaurants

 

Albert Amgar*

 

 

« Norovirus et les toilettes des restaurants », source Extraits de l’article de Doug Powell du barfblog paru le 28 avril 2018.

 

[...] Norovirus est la cause la plus importante de maladies d'origine alimentaire plus que tout autre micro-organisme aux Etats-Unis (mais aussi en France – aa). Parce que souvent la maladie s’arrête d’elle même, et est rarement fatale, norovirus attire peu l'attention. C'est aussi un micro-organisme remarquablement difficile à étudier. Une des raisons pour lesquelles il a été difficile de l'étudier est qu'il n'y avait aucun moyen de cultiver le micro-organisme en dehors de son hôte humain. Cela signifiait que toute personne voulant faire des recherches avec l'organisme devait avoir un stock de selles congelées contenant le virus.

 

[...]

 

Parce que nous voulions nous assurer que nos données étaient représentatives, nous avons collecté des données provenant de neuf comtés différents dans le New Jersey. Cela s'est avéré être beaucoup plus difficile que vous ne le pensez. Le New Jersey est un Etat home rule.

 

Cela signifie que la santé publique fonctionne au niveau municipal, avec un minimum de surveillance de la part de l'État. Notre première tâche consistait à compiler des listes d'établissements de restauration commerciale dans les trois régions du New Jersey.

 

[...] Finalement, les équipes dans les trois États, New Jersey, Ohio, Caroline du Sud, ont recueilli assez d'écouvillons et envoyé les prélèvements au CDC pour analyse.

 

Le résultat final de tout ce travail a été publié dans le Journal of Food Protection. Bien que notre objectif était de visiter 750 établissements alimentaires commerciaux, nous avons visité 751 établissements, dans lesquels 1.044 toilettes et 4.163 surfaces ont été écouvillonnées. Quatre échantillons ont été recueillis dans chaque toilette : (i) sous le siège des toilettes là où il se connecte à la cuvette, (ii) sur le bouton de la chasse d’eau, (iii) sur la poignée intérieure de la porte ou, s’il n'y avait pas de porte aux toilettes, la poignée intérieure de la porte extérieure, et (iv) sur le bouton d'eau chaude du robinet du lavabo.

 

Au final, 61 (1,5 %) des 4.163 écouvillons ont été présumés positifs pour le norovirus humain, et 9 d'entre eux ont été confirmés par séquençage. Ceci est similaire à ce que d’autres ont trouvé.

 

Près de la moitié (30) des écouvillons positifs ont été retrouvés sur le dessous du siège de toilette. Environ 20 % ont été trouvés sur le bouton de la chasse d'eau des toilettes (13) et la poignée intérieure de la toilette ou de la porte extérieure (11). Seulement 11 % (7) des écouvillons positifs ont été retrouvés sur la poignée du robinet du lavabo. Nos résultats suggèrent que les zones plus éloignées des toilettes sont moins susceptibles de contenir une contamination par norovirus ; les surfaces des toilettes (en particulier la face inférieure du siège) seraient les plus proches des vomissements et des épisodes diarrhéiques au cours desquels un grand nombre de particules de norovirus pourraient être éliminées.

 

Les chaînes de restaurants avaient des prélèvements significativement plus positifs que les restaurants n’appartenant à aucune chaîne (p = 0,0273). Les toilettes unisexes avaient significativement plus de prélèvements positifs que les toilettes pour femme (p = 0,0163). Les toilettes avec un pain de savon avaient des prélèvements significativement plus positifs que les toilettes munies de savon liquide (p = 0,0056) et en mousse (p = 0,0147), mais notez que seulement 3 toilettes sur 751 utilisaient du savon en pain. Les toilettes contenant une poubelle fixée au distributeur d'essuie-mains présentaient des échantillons nettement plus positifs que les toilettes munies d'une poubelle autonome (p = 0,0004).

 

Bien que le financement de NoroCORE ait récemment pris fin, je sais qu'il y aura des publications continues pendant plusieurs années qui serviront à faire progresser notre compréhension des norovirus et les moyens par lesquels on peut les maîtriser.

 

Référence. Cortney M. Leone, Muthu Dharmasena, Chaoyi Tang, Erin Dicaprio, Yuanmei Ma, Elbashir Araud, Hannah Bolinger, Kitwadee Rupprom, Thomas Yeargin, Jianrong Li, Donald Schaffner, Xiuping Jiang, Julia Sharp, Jan Vinjé, and Angela Fraser (2018) Prevalence of Human Noroviruses in Commercial Food Establishment Bathrooms. Journal of Food Protection: May 2018, Vol. 81, No. 5, pp. 719-728.

 

Un des points importants à retenir de l’étude est que « la surveillance environnementale de routine de la contamination par norovirus humain pendant les périodes de non-infestation n'est pas une méthode efficace de la surveillance du risque d'infection par norovirus. »

 

NB : A noter que l’Anses vient de communiquer sur le sujet des virus avec cette information, « Virus dans l’alimentation : un nouveau mandat national de référence pour le Laboratoire de sécurité des aliments de l’Anses », il était temps…

 

Cela étant on apprend :

 

« La référence nationale sur les virus dans les aliments est partagée en France : l’Ifremer sur les virus dans les coquillages, le Laboratoire de Montpellier du Service Commun des Laboratoires du ministère chargé de l’économie sur les virus dans les denrées d’origine végétale et l’Anses sur les virus dans les denrées d’origine animale hors coquillages. »

 

Ce partage des compétences ne va-t-il pas nuire à l’efficacité comme le partage des responsabilités sanitaires entre le ministère de l’agriculture et la DGCCRF ?

 

On lira aussi Aliments et norovirus inside ! et Coquillages & norovirus inside en France : hausse des rappels et des notifications au RASFF de l'UE depuis le début de l'année 2018.

 

 

______________

 

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d'une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n'exerce plus aujourd'hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments. Désormais, je l'accueille avec plaisir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article