Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Ernte in Gefahr », des agriculteurs allemands communiquent sur la nécessité des pesticides

24 Mars 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie, #Pesticides

« Ernte in Gefahr », des agriculteurs allemands communiquent sur la nécessité des pesticides

 

 

 

(Source)

 

 

En France, nous avons des chercheurs qui affirment que les herbicides n'assurent pas un rendement plus élevé chez le blé et éliminent des espèces rares – « Herbicides do not ensure for higher wheat yield, but eliminate rare plant species » est le titre d'une étude de Sabrina Gaba, Edith Gabriel, Joël Chadœuf, Florent Bonneu et Vincent Bretagnolle qui a trouvé refuge dans Scientific Reports.

 

Incroyable ? En effet, c'est proprement ahurissant ! M. Philippe Stoop en administre la preuve sur Forumphyto avec « Inutile, le désherbage ?? Quand l’agroécologie nie l’agronomie… et l’écologie ». Mais cela a été injecté dans les travaux de la Mission parlementaire d´Information sur les Produits Phytopharmaceutiques

 

 

Injecté avec une certaine arrogance, sinon une arrogance certaine. De l'article de M. Stoop (et à 3:00 dans la vidéo) :

 

« Cela amène à une question finale et logique de Mme Toutut-Picard, Députée et Présidente de la Mission : "Comment se fait-il que les agriculteurs, qui sont loin d’être bêtes, surtout les français (sic), persistent dans ce genre de pratiques ?" Réponse de M. Bretagnolle : "Demandez-leur cet après-midi, parce que je n’ai pas la réponse à cette question justement." »

 

Pourtant, les agriculteurs savent – depuis des temps immémoriaux car c'est bien pour cela que l'on laboure et que l'on bine – et les institut de recherche appliquée et de vulgarisation produisent des chiffres, dont certains figurent dans l'article de M. Stoop.

 

 

(Source)

 

Voici un autre graphique parlant d'Arvalis :

 

 

 

Mais les propos de M. Bretagnolle, n'est-ce pas ce que certains parlementaires veulent entendre... pour sous-tendre des décisions, non pas politiques, mais politiciennes qui seraient funestes pour l'agriculture française ?

 

 

Les agriculteurs allemands sont aussi confrontés à une pression médiatique si facilement dépeinte en opinion publique.

 

Ils ont répondu par un programme « Ernte in Gefahr » (récolte en danger) ou encore « Schau ins Feld » (jette un coup d'œil dans le champ. C'est simple : réserver un are ou deux (ou plus), bien visible et de préférence en un endroit fréquenté, et le laisser sans traitements phytosanitaires ; planter une pancarte ; prendre aussi des photos (pas toujours facile !) ; et communiquer.

 

C'est un exemple à suivre.

 

 

(Source)

 

 

Cette image suggère un aparté sur la flexibilité de la communication : canal A (Vincent Bretagnolle et al.) : les herbicides ne servent à rien (et sont même nuisibles) ; canal B (les activistes anti-OGM, anti-glyphosate, etc.) : des millions d'hectares de terres ont été « stérilisées » par les « super-mauvaises herbes) aux États-Unis d'Amérique).

 

 

Des essais ont montré dans le passé les pertes issues de la renonciation aux produits phytosanitaires : 60 à 72 % pour le blé dur d'hiver, le blé tendre d'hiver et le tournesol, et même 86 % pour la betterave sucrière.

 

 

Cet agriculteur montre une betterave sucrière « normale » et, dans l'autre main, deux betteraves issues de la parcelle non traitée (source).

 

 

Et, pour conclure, une version autrichienne. Les intervenants insistent bien sur l'aspect quantité, mais aussi celui de la qualité attendue par les consommateurs :

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Excellent initiative, les parcelles non traitées :-)
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Si seulement les professionnels français pouvaient reprendre l'idée...