Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Commission « pesticides » du Parlement Européen : un nouveau Tribunal Monsanto ?

7 Février 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Monsanto, #Union européenne, #Politique

Commission « pesticides » du Parlement Européen : un nouveau Tribunal Monsanto ? (première partie)

 

L'année 2018 est l'année de tous les dangers pour l'évaluation des substances et la décision politique y afférente

 

 

 

« ...scrutinise the #MonsantoPapers scandal and fix the system by which pesticides... » ? Le verdict précède l'instruction !

 
 
Youpie ! Une commission « Monsanto »

 

Comme prévu, le Parlement Européen vient de décider la création d'une « commission spéciale sur la procédure européenne d’autorisation des pesticides ». Elle est :

 

« ...dotée des compétences suivantes, strictement définies:

 

a)  analyser et évaluer la procédure d’autorisation des pesticides dans l’Union, y compris la méthode utilisée et sa qualité scientifique, l’indépendance de la procédure vis-à-vis des entreprises, et la transparence du processus de prise de décisions ainsi que ses résultats;

 

b)  analyser et évaluer, selon une approche fondée sur des données factuelles, les éventuelles lacunes de l’évaluation scientifique de l’approbation, ou du renouvellement de l’approbation, de substances actives telles que le glyphosate par les organes et organismes compétents de l’Union européenne, ainsi que le respect par lesdits organes et organismes des règles, lignes directrices et codes de conduite de l’Union en vigueur;

 

c)  analyser et évaluer, en particulier, si la Commission a agi conformément aux dispositions du règlement (CE) nº 1107/2009 lorsqu’elle a pris des décisions relatives aux conditions de l’approbation du glyphosate et du renouvellement de l’approbation du glyphosate;

 

d)  analyser et évaluer les éventuels conflits d’intérêts à tous les niveaux de la procédure d’approbation, y compris au niveau des organismes nationaux de l’État membre rapporteur en charge du rapport d’évaluation élaboré conformément au règlement (CE) n° 1107/2009;

 

e)  analyser et évaluer si les organes et organismes de l’Union chargés de l’évaluation et de la classification des substances actives disposent des ressources humaines et financières suffisantes pour pouvoir s’acquitter de leurs obligations; analyser et évaluer la possibilité de commander et/ou de réaliser des recherches et essais indépendants, ainsi que leur financement;

 

f)  formuler toutes les recommandations qu’elle jugera nécessaires en ce qui concerne la procédure d’autorisation des pesticides dans l’Union pour parvenir à un degré élevé de protection de la santé humaine et animale ainsi que de l’environnement; effectuer des visites et organiser des auditions avec les institutions et organes ou organismes de l’Union européenne pertinents, ainsi qu’avec des institutions nationales et internationales, des organisations non gouvernementales et des organismes privés ».

 

 

Illustration d'un état d'esprit par l'illustration

 

 

L'activisme anti-technologie, anticapitaliste et anti-européen a gagné

 

Les légendes urbaines – soigneusement entretenues par certains milieux, dont une certaine presse – veulent que les pouvoirs politiques soient à la botte, captifs, pris en otage par les « lobbies » de l'industrie, ici de l'agrochimie et, plus spécialement, par Monsanto. On peut en rire quand on sait que le renouvellement de l'autorisation du glyphosate n'a été adopté que pour cinq ans, alors que la proposition initiale – en accord avec les rapports d'évaluation – était de quinze ans.

 

La réalité est que le Parlement Européen a succombé à la nébuleuse activiste qui a saisi le glyphosate comme outil pour s'en prendre à nos structures politiques, économiques et sociales.

 

Les activistes anti-technologie et anticapitalistes ont gagné, au moins la première manche. Et l'anti-européanisme ? Il y a au Parlement Européen des membres qui – se prétendant acquis à la cause de l'unité européenne – n'ont de cesse de critiquer les autres institutions de l'Union – ici la Commission, l'EFSA et dans une moindre mesure l'ECHA – et de saborder leur crédidibilité afin de conforter la leur. Il y a les « eurosceptiques », et il y a pire : leurs idiots utiles.

 

 

Pas d'autre sujet qui se prête à la démagogie ?

 

 

En France, dès le 5 octobre 2017...

 

Le Parlement Européen n'est pas le seul...

 

En effet, en France, sur le fond des manœuvres journalactivistes des « Monsanto Papers » et répondant aux lobbies anti-pesticides et anti-européens, la Commission des Affaires Européennes de l’Assemblé Nationale a chargé le 5 octobre 2017 l'Office Parlementaire d'Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (alors présidée par le député LREM et mathématicien Cédric Villani) d'une mission sur « l'indépendance et l'objectivité des agences européennes chargées d'évaluer la dangerosité des substances mises sur le marché ».

 

Et Mme Sabine Thillaye (LREM), présidente de la commission, a déclaré ce jour-là, à l'issue de la séance : « Alors que sont publiés les ‘Monsanto papers’, il me semble important qu’un travail soit conduit pour mieux contrôler les agences européennes, notamment leurs relations supposées avec l’industrie chimique et agrochimique »... une condamnation avant procès, en quelque sorte...

 

On peut penser que l'OPECST sera en mesure de produire un rapport objectif. Il a maintenant à sa présidence et vice-présidence l'expérience politique et la rationalité scientifique en les personnes de MM. Gérard Longuet et M. Cédric Villani (qui fut aussi co-auteur d'une analyse des différences entre les évaluations du CIRC et de l'EFSA pour le compte de la Commission Européenne).

 

Le Parlement Européen a produit cette vidéo sous le titre : « Setting up a special committee on the Union’s authorisation procedure for pesticides: extracts from the vote and illustrative shots ». Faut-il croire que la proposition a été adoptée à l'unanimité (la vidéo ne montre pas de vote contre ou d'abstention alors alors que les conservateurs britanniques se sont déclarés opposés...). Voir quelqu'un verser un bidon de glyphosate dans un pulvé sans précautions est aussi fort étonnant. Notez aussi ce briefing (en anglais), bien fait.