Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Témoin de la révolution du coton GM en Inde

27 Janvier 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Inde, #OGM

Témoin de la révolution du coton GM en Inde
 

Justin Cremer

 

 

Balwinder Kang dans une ferme de l'Illinois. Photo Robert Hazen

 

Balwinder Kang a un message simple pour ceux qui pensent que les agriculteurs indiens comme lui ne devraient pas être autorisés à utiliser les dernières technologies : venez sur ma ferme et jugez par vous-même.

 

« À toutes les personnes qui s'opposent à cette technologie, je leur demanderais de séjourner avec moi, et pour un cycle de culture, pour voir comment les agriculteurs vivent et voient la différence qu'apporte la technologie », a déclaré M. Kang.

 

Kang a déclaré que les critiques de la biotechnologie, qu'ils soient des fonctionnaires ou des activistes qui « n'ont jamais été à la ferme », ne réalisent pas l'impact positif que les semences génétiquement modifiées (GM) peuvent avoir sur les moyens de subsistance d'un agriculteur.

 

Kang, lui, le sait de première main. Il cultive à plein temps depuis 1984 et a connu une révolution en ce qui concerne le cotonnier GM. Au début, les coûts de ses cultures de coton augmentaient année après année alors que les rendements diminuaient. En raison de l'augmentation des attaques de ravageurs, la qualité de sa production « est allée de mal en pis ».

 

« Nous perdions de l'argent et nous nous endettions lentement. Nous ne voyions aucune issue et chaque fois que je rencontrais d'autres agriculteurs, le seul sujet de discussion était de savoir comment survivre. Je pensais que je devais abandonner l'agriculture », a-t-il dit.

 

Croyant que, au fond, « chaque agriculteur est un joueur », Kang a décidé de s'inscrire pour participer aux essais sur le cotonnier Bt. La différence était immédiatement apparente, même si Kang restait sceptique.

 

« La première année a été bonne, mais cela pouvait être juste un coup de chance », a-t-il rappelé.

 

Mais quand les meilleurs résultats ont été au rendez-vous l'année suivante, le joueur a décidé de tenter sa chance avec le cotonnier Bt quand il a été autorisé pour la culture commerciale. Il a investi dans un semoir et a même acheté des semences Bt pour certains de ses collègues agriculteurs.

 

« Certains agriculteurs étaient convaincus, d'autres non. Mais l'année suivante, quand ils ont vu mon rendement et la qualité du coton, et vu que les coûts baissaient, la plupart d'entre eux ont été convaincus », a-t-il dit.

 

Kang a dit qu'avant de se tourner vers le cotonnier Bt, qui offre une résistance inhérente au ver de la capsule, ses collègues et lui effectuaient environ 36 traitements avec des insecticide dans un cycle de culture de 160 jours.

 

« C'était du poison dans l'atmosphère. Qu'avions-nous créé pour notre prochaine génération? Nous polluions l'environnement et nos enfants grandissaient dans ces fermes, respirant le même air », a-t-il dit.

 

Ayant été témoin du succès avec le cotonnier, Kang a été déçu de voir que la nouvelle technologie de semences n'ait pas été étendue à d'autres cultures.

 

« Il y a toujours cette propagande massive contre l'utilisation des semences GM. Nous n'avons pas de brinjal (aubergine) Bt, nous n'avons pas de maïs Bt ou de maïs résistant à la sécheresse, ou de canola », a-t-il dit.

 

Kang attribue une grande part de responsabilité au gouvernement indien qui, selon lui, « ne se soucie pas des agriculteurs dans notre pays » et fait la sourde oreille aux appels des agriculteurs pour l'accès aux nouvelles technologies. Kang est particulièrement contrarié par le fait que le brinjal Bt – déjà cultivé avec succès au Bangladesh voisin – ne soit pas mis à la disposition des agriculteurs indiens, malgré des essais de terrain locaux réussis, et que la moutarde GM n'ait pas été autorisée, même après des investissements gouvernementaux.

 

« Le gouvernement a dépensé de l'argent, des tests ont été menés et les règlements sur la biosécurité ont été respectés, mais elle n'est toujours pas diffusée. La moutarde est une culture semée principalement dans les zones qui n'ont pas beaucoup d'irrigation, comme le Rajasthan d'où je viens. Si les agriculteurs avaient accès à une technologie qui augmente les rendements jusqu'à 20% grâce à la résistance à la sécheresse, ils auraient au moins une source de revenus », a-t-il dit.

 

À l'heure actuelle, les agriculteurs dépendent entièrement des pluies qui peuvent venir ou ne pas venir.

 

« Ces agriculteurs sont les plus pauvres et ils dépendent de la pluie pour leur survie. Chaque année, ils ont besoin de pluie, sinon ils ne savent pas d'où viendra leur prochain repas », a déclaré M. Kang.

 

Kang estime que plus de 97% des producteurs de coton indiens utilisent actuellement des variétés génétiquement modifiées et que le succès du cotonnier devrait servir de feuille de route pour l'adoption d'autres cultures génétiquement modifiées.

 

« Tel est l'impact d'une culture. Si nous avions accès à toutes ces technologies et à différentes cultures GM, cela ferait une énorme différence pour les agriculteurs », a-t-il déclaré.

 

C'est pourquoi il aimerait accueillir des sceptiques dans sa ferme. C'est un autre pari que le joueur autoproclamé pense pouvoir gagner.

 

« Je pense que je serai capable de les convaincre qu'ils ont eu tort et de les faire changer d'avis », a-t-il dit.

 

______________

 

Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/witnessing-indias-gmo-cotton-revolution

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article