Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Si les vaccins sont une escroquerie pour se faire du fric, pourquoi ne vaccine-t-on pas systématiquement contre des maladies comme le choléra ?

2 Janvier 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Santé publique, #critique de l'information

Si les vaccins sont une escroquerie pour se faire du fric, pourquoi ne vaccine-t-on pas systématiquement contre des maladies comme le choléra ?

 

Fallacy Man*

 

 

Les opposants aux vaccins – les antivax – insistent sur le fait que les vaccins sont simplement une escroquerie de la part de grandes entreprises qui ne craignent pas d'empoisonner les enfants au nom du profit. Ils insistent sur le fait que les vaccins sont dangereux/inutiles et que les médecins et les institutions de santé ne les « promeuvent » que parce qu'ils ont été corrompus par des compagnies avides d'argent. Pour « preuve », ils citent souvent le fait que le nombre de vaccins qu'un enfant reçoit a augmenté au fil du temps et ils prétendent que l'augmentation a pour seul but de permettre aux entreprises d'augmenter leurs profits (en réalité, c'est uniquement pour protéger les enfants contre plus de maladies).

 

Cependant, cet écheveau de conspirations s'effondre rapidement quand on considère le fait qu'il y a beaucoup de vaccins qui ne font pas partie du calendrier de routine dans la plupart des pays développés. Prenez par exemple des vaccins comme ceux contre la fièvre jaune, le choléra et l'anthrax. Si les théories de la conspiration des antivax étaient avérées, alors pourquoi ces vaccins ne font-ils pas partie du programme de routine ? Comme je l'expliquerai, il n'y a pas de bonne réponse à cette question, et le fait que ces vaccins ne soient pas courants est un problème sérieux pour les antivax.

 

Le mouvement antivax gravite autour de trois prémisses fondamentales, toutes nécessaires à leur position.

 

La première est simplement que les vaccins sont inutiles/causent plus de mal que de bien. Il existe de nombreuses variantes de cette prémisse. Par exemple, beaucoup d'antivax prétendent que les vaccins ne fonctionnent tout simplement pas et que c'est en fait l'amélioration de l'hygiène qui a provoqué la baisse des taux de maladie (ce n'est pas le cas). D'autres modifient cela pour dire que les vaccins sont efficaces, mais l'hygiène aussi, et que les vaccins sont donc inutiles. D'autres encore soutiennent que les vaccins sont efficaces, mais que les maladies ne sont que des « maladies infantiles inoffensives » et sont moins graves que les effets secondaires des vaccins (elles ne le sont pas). Quelle que soit la variante utilisée, le postulat de base est toujours le même : les vaccins ne sont pas nécessaires pour réduire la prévalence des maladie et, en fin de compte, font plus de mal que de bien.

 

La deuxième prémisse est que les vaccins sont des sources de profits importants pour les entreprises pharmaceutiques (ils ne le sont pas en réalité) et que leur seule raison d'être est le profit. Ainsi, selon les antivax, « Big Pharma » ne craint pas d'empoisonner la population avec des vaccins nocifs/inutiles, car ils ne se soucient que de leur rentabilité. Cette thèse conduit cependant à un problème. Si les vaccins sont vraiment nocifs/inutiles, pourquoi les médecins et toutes les grandes institutions de santé du monde les recommandent-ils ? Pourquoi les organismes de réglementation les approuvent-ils ? Et pourquoi tant d'études scientifiques disent-elles qu'ils sont sûrs et efficaces ? Pour les antivax, la réponse à toutes ces questions se présente sous la forme de leur troisième prémisse : une conspiration mondiale.

 

Selon les antivax, les entreprises pharmaceutiques ont acheté pratiquement tous les médecins et scientifiques du monde, ainsi que les organismes de réglementation gouvernementaux (par exemple la FDA et les CDC) et les principaux organismes de santé (par exemple, l'OMS). Cette troisième prémisse permet aux antivax de rejeter commodément toute preuve qui s'oppose à leur position comme faisant simplement partie de la conspiration (c'est aussi un sophisme ad hoc).

 

Une fois que ces trois prémisses sont combinées, nous avons l'explication des antivax pour tous les vaccins.

 

Prenez le vaccin ROR [rougeole, oreillons, rubéole], par exemple. Selon les antivax, il n'est pas nécessaire parce que la prévalence de la rougeole était en baisse avant le vaccin et que ce n'est qu'une maladie bénigne de l'enfance (prémisse 1). Ils disent aussi que le vaccin est réellement dangereux et provoque l'autisme (ce n'est pas vrai) et toutes sortes d'autres problèmes (encore prémisse 1). Néanmoins, les entreprises poussent à la vaccination parce qu'elles en tirent profit (prémisse 2), et ils ont payé les médecins/scientifiques/organismes de réglementation/organisations de santé pour qu'ils ignorent les effets secondaires et promeuvent le vaccin (prémisse 3).

 

Si cela vous semble raisonnable, alors expliquez-moi pourquoi les vaccins contre l'anthrax, la fièvre jaune et le choléra ne font pas partie du calendrier de vaccination habituel. Pourquoi les entreprises ne tirent pas profit de ces vaccins. La vraie raison est, bien sûr, que ces maladies ne sont pas assez communes dans les pays industrialisés pour que les vaccins soient nécessaires. Les vaccins ont des effets secondaires, mais les effets secondaires graves sont rares, et pour la plupart des vaccins (comme le vaccin ROR), le risque de ne pas vacciner est beaucoup plus élevé que le risque de la vaccination. Cependant, pour les vaccins comme celui contre la fièvre jaune, vos chances de contracter la maladie dans un pays comme les États-Unis sont ridiculement faibles. Par conséquent, sauf si vous voyagez dans un pays où ce risque est plus élevé, il est préférable de ne pas se faire vacciner. C'est de l'évaluation des risques de base, et c'est pourquoi les CDC et les médecins ne recommandent pas le vaccin contre la fièvre jaune dans le calendrier de routine. En outre, pour des maladies comme le choléra, le vaccin n'est généralement efficace que pendant un temps, et les mesures d'hygiène sont en fait un moyen très efficace de contrôler la maladie.

 

Mais ces explications n'aident pas du tout les antivax.

 

Si les entreprises peuvent faire du profit en faisant croire aux parents que leur enfant doit être vacciné contre la rougeole, la varicelle, la rubéole, etc., alors pourquoi ne pas abuser de la crédulité des parents en leur suggérant que leur enfant doit aussi être vacciné contre l'anthrax, la fièvre jaune, le choléra, etc. ? De même, si les entreprises peuvent acheter tous les scientifiques du monde, les médecins, les organismes de réglementation, etc. pour qu'ils poussent à des vaccinations inutiles contre certaines maladies, alors pourquoi ne le font-elles pas pour ces autres maladies ?

 

Voyez-vous pourquoi c'est un problème si monumental pour la position des antivax ? Permettez-moi de l'énoncer avec des puces pour le rendre plus clair. Les prémisses fondamentales et nécessaires des antivax sont les suivantes :

 

  • Prémisse 1 : Les vaccins sont inutiles/font plus de mal que de bien.

  • Prémisse 2 : Les vaccins ne sont qu'une affaire d'argent.

  • Prémisse 3 : Les entreprises produisant des vaccins ont acheté des milliers de scientifiques, de médecins, d'organismes de santé et d'organismes de réglementation pour les inciter à faire la promotion de leurs vaccins.

 

Maintenant, considérons une question simple : pourquoi le vaccin contre le choléra ne fait-il pas partie du programme de routine dans la plupart des pays du Premier Monde ?

 

Si vous dites que c'est parce que ce vaccin est inutile ou fait plus de mal que de bien, vous venez de rejeter en fait la prémisse 1 et admis que les vaccins doivent être bénéfiques et sûrs avant de pouvoir être mis sur le marché. De même, si vous dites que ce n'est pas rentable, alors vous avez admis que les vaccins ne valent pas de grosses sommes d'argent, et la prémisse 2 a disparu. Enfin, si vous dites que les organismes de réglementation, les médecins, etc. n'approuveront pas/ne recommanderont pas le vaccin, vous avez rejeté la prémisse 3 et admis que « Big Pharma » ne peut pas corrompre tous les scientifiques, médecins et organismes gouvernementaux du monde entier... Quelle que soit l'option que vous adoptez, vous devez rejeter une prémisse fondamentale des antivax, et toute la position antivax s'effondre.

 

Néanmoins, je comprends bien que les antivax essaieront de s'en sortir en soutenant qu'il y a quelque chose de particulier à propos de ces vaccins qui les rendent non rentables, impossibles à commercialiser, etc., mais je leur souhaite bonne chance s'ils veulent le faire sans commettre un sophisme ad hoc.

 

Comme les antivax se plaisent à le souligner, il y a beaucoup de vaccins dans le calendrier de routine, et ils couvrent une gamme assez variée de maladies ; alors quel est le point commun entre les vaccins comme ceux contre le choléra, la fièvre jaune, etc. que l'on ne retrouve pas dans au moins certains vaccins du le calendrier actuel ? Permettez-moi de donner quelques exemples d'arguments que vous ne pouvez pas utiliser comme réponse (si vous êtes antivax).

 

Vous ne pouvez pas dire que c'est parce que les maladies sont rares dans des pays comme les États-Unis, parce que c'est un argument que les antivaxs utilisent contre certains vaccins du calendrier actuel.

 

Vous ne pouvez pas dire que c'est parce qu'ils ont besoin de boosters, parce que c'est un argument que les antivaxs utilisent contre certains vaccins du calendrier actuel.

 

Vous ne pouvez pas dire que les effets protecteurs sont de courte durée parce que c'est un argument que les antivax utilisent contre certains vaccins du calendrier actuel.

 

Vous ne pouvez pas dire que c'est parce qu'il y a des effets secondaires graves parce que c'est un argument que les antivax utilisent contre certains vaccins du calendrier actuel.

 

Vous ne pouvez pas dire que c'est parce que Big Pharma ne pouvait pas commercialiser ces vaccins parce que les antivax soutiennent déjà que Big Pharma a réussi à commercialiser des dizaines de vaccins inutiles/dangereux, donc il n'y a pas de raison a priori pour que ce soit différent pour ceux-là.

 

Vous ne pouvez pas dire que des médecins, des agences de santé, etc., ont stoppé Big Pharma parce que les antivax prétendent que les entreprises ont déjà acheté toutes ces personnes et institutions.

 

Voyez-vous le problème ? Tout argument que vous avancez pour expliquer pourquoi ces vaccins ne font pas partie du programme de routine sera inévitablement applicable aux vaccins qui y figurent déjà, invalidant ainsi la position antivax.

 

En bref, il n'y a pas d'explication qui soit cohérente avec les théories/conspirations de l'idéologie des antivax. Si les vaccins font plus de mal que de bien, s'ils sont uniquement une question de fric, et si les médecins, les scientifiques, les organismes gouvernementaux, etc. ont tous été achetés, alors il n'y a absolument aucune raison pour que les vaccins contre l'anthrax, la fièvre jaune et le choléra ne fassent pas partie du programme de routine. Par conséquent, le fait qu'ils n'en font pas partie dans la plupart des pays est un énorme problème pour les antivax. Leur absence indique que le calendrier est basé sur une évaluation scientifique des risques dont les enfants doivent être protégés, et que le calendrier n'est pas simplement le résultat des manœuvres d'entreprises pharmaceutiques essayant de gaver les enfants avec autant de vaccins que possible, et de remplir leurs poches.

 

_____________

 

Le blog d'origine s'est donné pour mission :

 

  • d'enseigner la pensée critique ;

  • d'expliquer comment la science fonctionne et pourquoi elle est fiable ;

  • d'utiliser la pensée critique pour défendre la science contre les nombreuses attaques à la logique défectueuse dont elle fait l'objet.

 

L'auteur a souhaité rester anonyme. Le nom de plume est tiré des BD Existential Comics.

 

Source  : https://thelogicofscience.com/2017/12/29/if-vaccines-are-a-scam-to-make-money-why-dont-we-routinely-vaccinate-for-diseases-like-cholera/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Il n'y a pas de vaccins contre ces maladies parce qu'il faut continuer à entretenir la peur des maladies microbiennes, tout simplement. Donc, on laisse quelques-unes d'entre elles sans vaccin pour mieux convaincre les gens de se faire vacciner pour les autres.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Quelle théorie du complot !<br /> <br /> Donc "on" -- le monde entier, c'est-à-dire tous les gouvernements, toutes les autorités de santé publique, toutes les entreprises pharmaceutiques (certaines accusées d'être de vilains capitalistes assoiffés de profits) -- aurait pris la décision -- sans nul doute dans l'arrière-salle d'un bistrot -- de ne pas produire certains vaccins...
J
Il faut dire que la communication désastreuse du Ministère de la Santé est idéale pour développer le sentiment d'être menés en bateau : quand le Conseil d'Etat a obligé les autorités à rendre disponible le vaccin DTP, alors que seul était disponible un vaccin contre 5 maladies, la Ministre précédente de la Santé s'est immédiatement écriée : alors nous rendrons obligatoires ces 5 vaccinations ! <br /> Comment ne pas immédiatement penser que le Ministère était au moins satisfait de la situation, sinon y avait contribué pour éviter de changer la règlementation... <br /> Quant à passer directement à 11 vaccinations, c'est une approche hallucinante (en terme de communication) à même de braquer encore plus les antivax et soulever des soupçons.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Vous semblez en connaître un rayon sur les vaccinations, mais je crains qu'il y aient beaucoup d'éléments à réviser.<br /> <br /> Vous n'avez sans doute jamais vu une personne lourdement handicapée par la rubéole contractée par sa mère quand elle était enceinte.<br /> <br /> Ni des gens qui ont attrapé la poliomyélite.<br /> <br /> Vous ne savez pas qu'une petite Française a réintroduit la rougeole au Costa Rica, qui avait réussi à s'en débarrasser.<br /> <br /> Votre discours est insupportable.
B
On ne vaccine que contre des maladies qui sont rarement dangereuses, ce qui permet de penser que le vaccin "protège" hors on se rend compte que les non vaccinés ne tombent pas plus malades...prenons le cas de la rubéole, elle ne représente pas de danger pour une personne dont le système immunitaire n'est pas affaibli, dans le cas contraire elle reste dangereuse (comme n'importe quelle infection..) que la personne soit vaccinée ou non. Par contre on a constaté que les vaccins affaiblissaient le système immunitaire et pouvait créer des maladies chroniques et dysfonctionnelles (il faut savoir que le cancer est une faille du système immunitaire que je ne développerait pas ici)<br /> On peut réfléchir à l'opportunité de certains vaccins, ce qui est certain c'est que la vaccination obligatoire des masses est dangereuse, la vaccination doit se prescrire au cas par cas comme tout acte médical.
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Oui la communication a été lamentable, si tant est qu'il y en ait eu une... et l'absence de communication a été encore plus lamentable.<br /> <br /> Quant au passage à 11 vaccins, je ne pense pas qu'il ait eu un effet important sur l'ardeur des antivax. Sur la fureur argumentative, oui, un peu. Mais, là encore, la communication officielle a été déficiente.
F
Excellent article, merci pour la traduction. Attention, le premier lien vers le sophisme ad hoc est inutilisable.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire. J'ai corrigé.