Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Mission parlementaire d'information sur l'utilisation des produits phytopharmaceutiques : audition des représentants de l'INRA

5 Décembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Pesticides, #Politique

Mission parlementaire d'information sur l'utilisation des produits phytopharmaceutiques : audition des représentants de l'INRA
 

 

 

 

Mercredi 22 novembre 2017, M. Philippe Mauguin, PDG de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), et M. Christian Huyghe, directeur scientifique agriculture, ont été auditionnés par la mission parlementaire d'information sur l'utilisation des produits phytopharmaceutiques.

 

On peut visionner ici l'intégralité de l'audition (avec un bon ordinateur, la qualité de la prise de son étant parfois déplorable).

 

Le Figaro, avec AFP, nous semble avoir été le seul média à rendre compte de l'événement, dans « Inra: pas de "solution miracle" pour remplacer les pesticides ». Ce n'est pas enthousiasmant.

 

 

Il y a eu foule...

 

 

Cela contraste du reste avec les nombreux articles qui « nous » présentent les « alternatives au glyphosate » avec plus ou moins d'enthousiasme (plutôt plus...) et plus ou moins de naïveté (idem). Et souvent avec des contributions venant du milieu de l'agriculture biologique qui ne s'embarrassent pas de dénigrer l'agriculture « conventionnelle » – celle dont je ne cesserai de préciser qu'elle nous nourrit. Pour la critique d'un exemple, voir ici.

 

Sous le titre « INRA : "pas de solution miracle sur le glyphosate, mais des solutions sont possibles...", LCP propose une séquence de six minutes et des morceaux choisis. Ce titre nous paraît plutôt bien trouvé : ne pas se mouiller, ni dans un sens, ni dans l'autre... Mais il y a des parlementaires qui ont entendu ce qu'ils souhaitaient sans nul doute entendre. Résumé de LCP :

 

« Les agriculteurs pourraient baisser de 30% l'utilisation de produits phytopharmaceutiques tout en conservant le même rendement, assure Philippe Mauguin, auditionné mercredi par les députés. Au-delà du cas du glyphosate, le patron de Institut national de la recherche agronomique prône une réflexion globale sur l'agriculture moderne. »

 

Que disait, en janvier 2010, le résumé en huit pages de l'expertise collective « Ecophyto R&D – Quelles voies pour réduire l'usage des pesticides ? »

 

« Un objectif de réduction autour de 30% de l'IFT correspond à un passage majoritaire à la protection intégrée (N2a). La baisse de pression pesticide serait alors de 34% en grandes cultures, pour une baisse de production de 6% ; en arboriculture fruitière, la réduction de la pression pesticide serait de 7% pour un niveau de production qui se maintiendrait. Les marges brutes seraient peu ou pas affectées par rapport au niveau actuel pour ces deux types de production. Pour la viticulture, les données ne permettent pas de distinguer les effets de la protection intégrée de ceux de la production intégrée ».

 

Alors, « ...baisse de production » ou « ...même rendement » ?

 

Il y a certes eu des progrès techniques depuis 2010, et d'autres sont attendus, notamment pour les outils d'aide à la décision, les dispositifs pour l'agriculture de précision et les matériels. Mais de toute façon, l'affirmation, telle que résumée par LCP, est au conditionnel de prudence. Et prôner « une réflexion globale sur l'agriculture moderne », ça ne mange pas de pain et va droit au cœur des parlementaires.

 

M. Mauguin s'est beaucoup appuyé sur une étude unique, « Reducing pesticide use while preserving crop productivity and profitability on arable farms » (réduire l'usage des pesticides en préservant la productivité et la rentabilité des cultures dans les exploitations de grandes cultures) de Martin Lechenet et al., publiée dans Nature Plants.

 

LCP retient en pavé :

 

« On peut réduire de 30% les produits phytosanitaires sans affecter la productivité, en maintenant le même niveau de rendement dans 94% des cas et sans dégrader la rentabilité dans 78% des cas. »

 

C'est différent de son chapô ! C'est aussi admettre des pertes de productivité dans 6 % des cas et, surtout, de rentabilité dans 22 % – près d'un quart – des cas.

 

 

 

À quoi sert un deuxième fongicide sur blé ?

 

 

On retrouve là la technique employée dans le communiqué de presse publié par l'INRA le 27 février 2017 : une affirmation péremptoire bien en évidence, suivie de propos précautionneux dans le texte :

 

« Les analyses montrent que la relation entre la Fréquence de Traitements phytosanitaires (IFT2) et les productivité/rentabilité dépend de la situation de production, i.e. du type de sol, du climat, de l’association à l’élevage qui facilite la diversification par des cultures fourragères rustiques, de l’accès à l’irrigation, ou de l’accès aux débouchés pour des cultures industrielles. En tenant compte de ces éléments de contexte, il serait possible de diminuer l’IFT en maintenant une productivité équivalente ou meilleure dans 94% des situations, et en maintenant une rentabilité équivalente ou meilleure dans 78% des situations. Cependant cette diminution d’IFT n’entraîne pas de gain de performance économique dans 89% des situations. »

 

Notez que dans ce texte, on a pris soin de ne pas avancer de chiffre sur l'ampleur de la réduction. Les 30 % apparaissent dans la suite, en intertitre... et au conditionnel : « La réduction de l’usage des pesticides à l’échelle nationale française pourrait atteindre 30% ».

 

Cela repose, d'une part, sur un « un scénario de transition ‘ECOPHYTO’ généralisé » – lire : un Kriegsspiel sur un tableur – et, d'autre part, sur une

 

« condition d’adaptations conséquentes des systèmes de culture, comme par exemple la diversification des cultures, avec introduction de cultures rustiques ou de prairies temporaires en régions d’élevage, la diversification des variétés, l’ajustement des dates de semis et des modalités de fertilisation associées à la modération des objectifs de rendement sur certaines cultures, l’utilisation des techniques de faux-semis et de désherbage mécanique. »

 

Nous avions critiqué un peu l'étude et beaucoup son instrumentalisation dans « Réduire l'usage des pesticides... la preuve par les statistiques ». Sur Forumphyto, M. Philippe Stoop avait taillé l'étude en pièces dans « De la science à la propagande, épisode 2 : Comment "démontrer" que les pesticides ne servent à rien ».

 

En réponse à une critique sur la forme, il avait produit : « De la science à la propagande, suites : de la bonne utilisation du "buzz" ». Dans un des intertitres, il écrivait : « Discours scientifique ou médiatique, il faut choisir ».

 

On peut craindre que dans cette audition, le choix n'est pas tombé sur le discours scientifique.

 

Le Figaro a retenu ce propos :

 

« La réponse sur laquelle on travaille c'est la combinaison de plusieurs approches: il faut à la fois faire des progrès sur la sélection génétique, en agronomie et sur le biocontrôle. »

 

Belle incantation d'une remarquable platitude. On aurait aimé voir une déclaration de choc sur le rôle incontournable des produits phytosanitaires pour une production agricole et alimentaire conforme aux besoins en quantité et en qualité, conformément aux nécessités économiques, environnementales et sociales. Et aussi à la nécessité d'œuvrer à un changement des attitudes sur les produits phytosanitaires, et aussi sur les OGM, notamment ceux permettant une réduction importante du recours à ces produits, ou des substitutions par des produits à meilleur profil toxicologique et écotoxicologique. Et, plus généralement, à une meilleure information sur le rôle et les effets de ces produits.

 

 

 

À gauche, avant. À droite après le révolution technologique des betteraves sucrières GM tolérant le glyphosate. Mais c'est aux États-Unis d'Amérique. Lire aussi ici.

 

 

Post scriptum
 

C'est à lire aussi :

 

 

 

"Moins de phytos c'est possible et rentable"... avec 22 % de cas de perte de rentabilité... Notre personnel politique est décidément délicieux.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Il faut le dire et le répéter: L'INRA n'est plus un outil de recherche agronomique au service des agriculteurs mais une institut de propagande idéologique avec Huyghe comme grand gourou.<br /> Ils sont gentil a l'INRA car en 2010 lorsque l'on nous à affirmer que l'on pouvait baisser de 50% les IFT, ils nous avaient déjà sorti les essais qui prouvaient que l'on pouvait baisser de 30% les IFT sans baisse de revenu pour les agriculteurs(juste baisse des RDT mais compensé par la baisse des charges).<br /> 7 ans plus tard , ils nous affirment encore que l'on peux baisser de 30% blablablabla...."Rigolo" quand on voit toutes les nouvelles solutions qui n'existaient pas en 2010.<br /> Ils (l'INRA) faisaient preuves d' incompétence en 2010 (ils racontaient n'importe quoi pour plaire a LE Foll) et ils seraient devenu compétent en 2017 ???<br /> Quand une journaliste demande l'avis de Huyghe sur le glyphosate, ce sois disant directeur de recherche de l'INRA a répondu :"Vous savez, Il n'y a pas de fumer sans feux".<br /> Superbe explication sur l'histoire du glyphosate pour le directeur scientifique de l'institut national de recherche agronomique française.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> J'ai encore l'espoir que ce que l'on voit et entend de l'INRA est la partie politiquement et médiatiquement correcte et qu'il s'y mènent encore, quand même, des travaux utiles à l'agriculture, l'alimentation et la société.