Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Lobbying, etc. : que font-ils tous à Bruxelles ?

5 Décembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Politique, #Union européenne

Lobbying, etc. : que font-ils tous à Bruxelles ?

 

Glané sur la toile 198

 

 

« Glyphosate : un doigt de philosophie pour changer » est une belle analyse de M. Daniel Gueguen, maintenant chef de la stratégie et du lobbying à PACT European Affairs qu'il a fondé. Il fut aussi, par le passé, secrétaire général de COPA-COGECA, la voix des agriculteurs à Bruxelles.

 

Un regard très incisif sur la vie bruxelloise, qui peut être résumé par l'intertitre suivant : « L’avenir de notre société européenne laissée aux mains des activistes ».

 

Allez, nous vous livrons ceci :

 

« 12 ans plus tard, ce sont les ONG qui dictent l’agenda de l’Union européenne. Mais alors que l’expression de la société civile dans le débat démocratique est essentielle, ce sont les franges activistes des ONG qui sont à la manœuvre pour ramener l’Union européenne à l’époque de la marine à voile et des trains à vapeur. Le dossier du glyphosate s’inscrit dans cette perspective. »

 

M. Gueguen passe ensuite en revue les activités d'autres parties prenantes.

 

Il nous semble cependant qu'il y a une partie prenante qu'il n'a pas évoquée (elle n'est pas directement impliquée) qui doit se réveiller d'urgence, pour l'échéance des élections au Parlement Européen de fin 2019 : les partis politiques européens. Car si « ce sont les ONG qui dictent l’agenda de l’Union européenne », c'est en grande partie grâce à des courroies de transmission influentes – pas par intelligence politique, mais plutôt bêtise, démagogie, et opportunisme politicien – rue Wiertz. Sans oublier les capitales... Paris... le maintien de la pax gubernementalis...

 

Il va de soi que la même question se pose, par exemple, pour Paris en tenant compte de l'environnement socio-politique différent.

 

Un article récent du même auteur : « Dossier glyphosate : la Commission ? Un simple secrétariat ».

 

M. Gueguen revient à la charge avec « Glyphosate, un scandale européen ? », qui démarre par une allusion à un article au même titre mais sans le point d'interrogation, scandaleux (l'article), du Monde (sur la toile, le titre est « Après deux ans de négociations, l’UE doit statuer sur le glyphosate

et l'URL fait référence à un échec de l'Europe... avant le vote décisif, totalement imprévu). M. Gueguen répond à l'allégation – voire l'accusation – d'atteinte à la démocratie et à une sorte d'apologie d'une gestion par l'arbitraire des sondes et des pétitions :

 

« Le Parlement étant dénué de tout pouvoir pour l’adoption du règlement sur le glyphosate, sa résolution est non contraignante. Il en est de même de l’Initiative citoyenne, pour respectable qu’elle soit. Même si la tendance actuelle de gouverner par les sondages est aussi forte que déplorable, seule compte le respect de la procédure pour l’adoption des lois et règlements communautaires. Tel fut le cas pour le glyphosate. Il n’est donc aucun scandale, ni de près, ni de loin, mais néanmoins deux questions se posent. »

 

La première question est l'avenir des agences d'évaluation – EFSA et EchA – et, au-delà, du fondement même de la décision politique. M. Gueguen fait état d'un « abandon des agences par la haute hiérarchie de la Commission ». Le constat est incontestable...

 

La deuxième est celle de la présence médiatique des acteurs de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Conclusion :

 

« Si une réflexion approfondie sur les vecteurs d’influence du monde agricole n’intervient pas rapidement et si l’on ne veut pas comprendre que le lobbying est devenu une gestion projet par projet, les mauvaises nouvelles continueront à s’accumuler avec de nouvelles réductions budgétaires, de nouveaux accords de libre-échange désastreux et une interdiction systématique de toutes techniques génétiques ou phyto-pharmaceutiques. »

 

Il y a aussi la question de la teneur du discours. À cet égard, on peut lire sur Alerte Environnement « Une explication au "désamour" entre l’agriculture conventionnelle et la société » (et les commentaires).

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article