Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Cher Père Noël, je peux t'expliquer !

26 Décembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Risk-monger, #Activisme

Cher Père Noël, je peux t'expliquer !

 

Risk-monger*

 

 

Cher Père Noël,

 

S'il te plaît, ne me donne pas pour Noël un morceau de charbon ! [Ma note : le « cadeau » que faisait le Père Noël, dans certaines régions, aux enfants qui n'avaient pas été sages.]

 

Je sais, il y a des groupes qui pensent vraiment que la collecte d'un nombre suffisant de signatures leur permettra de transmuter les faits scientifiques et je soupçonne que certains de ces activistes fanatiques ont été secrètement en contact avec quelques-uns de tes petits elfes. Il ne fait aucun doute qu'ils font du lobbying pour que je sois inscrit sur ta liste des garnements pour 2017. Lorsque j'aurai expliqué ce qui s'est vraiment passé, tu conviendra peut-être que ce sont au contraire ces idéologues imbus de leur prétendue droiture qui me critiquent qui méritent vraiment d'être moralement humiliés.

 

S'il te plaît, examine cette liste pour ton redouté Prix 2017 « morceau de charbon ».

 

 

Les prix « Morceau de Charbon » 2017 de Risk-monger

 

Pour cette année passée en revue, le Risk-monger a décidé de conseiller le Père Noël au sujet de sa liste des garnements ! Pendant les vacances, il veillera à livrer des morceaux de charbon aux garçons et aux filles suivants qui, en 2017, n'étaient pas gentils (vraiment pas !).

 

 

 

 

Le Centre International de Recherche sur le Cancer n'a pas encore fait de monographie montrant que le charbon cause le cancer. Peut-être, Père Noël, devrais-tu envoyer quelques morceaux à titre d'échantillons à ce groupe de scientifiques activistes surpayés pour qu'ils puissent réchauffer leurs cœurs glacés. Une certaine Kate Guyton est particulièrement méritante.

 

Kate semble s'être liée d'amitié avec un groupe d'activistes anti-scientifiques enragés.

 

Kate est tout sauf une scientifique responsable représentant le bureau d'une agence des Nations Unies tenue en grande estime. Loin de là. Kate préfère se vautrer dans la boue avec des ONG anti-industrie, des journalistes jaunes et des propagandistes. Elle assure la liaison entre les activistes militants et son groupe de consultants américains en matière de contentieux (parfois dénommés « membres indépendants du groupe de travail du CIRC »).

 

L'année dernière, Kate a envoyé un message à tous les scientifiques américains impliqués dans la monographie du glyphosate du CIRC, leur demandant de ne pas obtempérer aux demandes standard de divulgation d'informations (FOIA). Puis elle s'est levée et a déclaré publiquement que l'approche du CIRC est bien meilleure que celle de l'EFSA ou du BfR car elle est tellement ouverte et transparente. Vraiment ? Aussi transparente, semble-t-il, que la suie au fond du sac de charbon du Père Noël.

 

Cette année 2017, nous avons également appris que quelqu'un a secrètement édité le projet de monographie du glyphosate après la fin de la période de consultation, pour rendre les arguments un tout petit peu plus convaincants et atteindre ce « le glyphosate est probablement cancérogène » tellement désiré. Qui aurait pu prendre une décision aussi secrète, plutôt non scientifique et non transparente ? Pourquoi ne pas demander à l'auteur principal de la monographie du glyphosate ?... Kate ?

 

Sérieusement, le CIRC est devenu une vraie catastrophe, à l'image des collisions de trains sur des réseaux en piteux état ! Certains trains fonctionnent encore au charbon...

 

 

Les amis du Halo (et toutes les ONG financées par l'UE)

 

Il y a un an, j'ai montré que des ONG financées par la Commission Européenne trafiquaient de manière non transparente avec des millions d'euros provenant de l'UE. Des groupes comme les Amis de la Terre Europe sous-déclaraient massivement leurs revenus et redistribuaient dans l'opacité la partie excédentaire du butin extorqué au secteur public à d'autres ONG non nommées ; je m'étais alors contenté de déclarer : « Hé, ne serait-ce pas une bonne idée d'exiger un peu de transparence et de procéder à un contrôle a posteriori de la gestion des euros payés par les contribuables européens ? »J'ai montré comment le petit bureau des Amis de la Terre Europe a encaissé 4,8 millions d'euros en 2014, dont plus de 3 millions d'euros de fonds publics, et donné 1,7 millions d'euros à d'autres ONG à l'identité non divulguées (comme ces activistes enragés de GMO Watch). Certains groupes activistes et des députés du Parti Vert ont estimé qu'une telle exigence de responsabilité publique était une idée terrible (allez comprendre pourquoi !).

 

Une attaque déraisonnable d'un vendu sur des ONG ou un appel au bon sens pour un contrôle minutieux ?

 

Comment les Amis de la Terre dépensent-ils mes (et vos) euros-impôts européens ? En organisant des réunions clandestines dans des bars enfumés à Berlin avec des politiciens européens comme l'eurodéputée verte allemande Maria Heubuch, qui n'est pas transparente, pour mettre au point une stratégie d'interférence avec la fusion entre Bayer et Monsanto.

 

Après l'intervention du Risk-monger au Parlement Européen à ce sujet, Civil Society Europe [quelle désignation prétentieuse!] l'a accusé d'avoir tenté d'organiser une motion parlementaire pour interdire le financement de toutes les ONG européennes. En fait, ce satané Monger a même été crédité de la mobilisation du plus grand parti du Parlement Européen, le PPE, pour qu'il vote en masse pour interdire toutes les ONG. En effet, de son sous-sol poussiéreux, le Risk-monger est vraiment capable d'exercer une influence aussi impressionnante !

 

Père Noël, tu voudras peut-être envoyer un morceau de charbon jaune à cet éditeur militant d'EurActiv, Fred Simon. Même après que le député européen Markus Pieper eut contacté la journaliste débutante Paola Tamma, pour l'informer que le Risk-monger ne tirait aucune ficelle au Parlement Européen et qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés (la journaliste me l'a rapporté), Fred n'a toujours pas retiré cet article ridicule et calomnieux d'EurActiv.

 

J'attends toujours des excuses, Fred ! Puissiez-vous trouver l'intégrité en 2018 !

 

 

Saint Martin des Transparocrites

 

Si les feux de l'enfer sont alimentés par du charbon, alors Martin Pigeon de Corporate Europe Observatory en est le soutier en chef ! Martin est un tombereau de contradictions :

 

  • Il critique les autres sur leur transparence, mais travaille ensuite avec des scientifiques secrètement payés par des cabinets d'avocats ;

     

  • Il s'engage à lutter contre les conflits d'intérêts du côté de l'industrie, mais sert et défend, malgré les conflits, les intérêts de l'industrie biologique ;

     

  • Il critique les autres pour avoir attaqué les gens qu'il aime, mais Martin est un expert de l'argumentum ad hominem.

 

Si les gens pensent qu'en 2017, la politique de l'UE était scientifiquement analphabète (avec comme moment critique le refus de considérer la science sur le glyphosate), alors ils doivent remercier Martin. Pigeon a dépensé plus d'un million d'euros ces dernières années pour tenter de saper la science. Il suscite des doutes infondés sur des agences comme l'EFSA, salit la réputation de scientifiques estimés comme Alan Boobis et a mené les maneuvres pour la suppression du poste de conseiller scientifique au cœur de la politique européenne. Pigeon, tout simplement, a déclaré la guerre à l'élaboration de politiques fondées sur la science dans l'UE.

 

Quelle est la motivation de Martin ? Parce que les faits et la science ne s'accordent pas avec sa petite idéologie tordue et que son esprit révolutionnaire ne parviendra jamais à renverser les institutions occidentales, il a décidé de se contenter d'entraver le fonctionnement des institutions européennes. Martin a récemment attaqué le processus européen d'évaluation des risques. Son objectif est d'exclure toutes les données liées à l'industrie de la prise de décision réglementaire. L'alternative ? Un monde de chaînes de blocs de « science citoyenne » se réunissant pour éliminer toutes les substances chimiques et interdire les entreprises. A moins que les débats à Bruxelles ne commencent à devenir raisonnables, il a des chances de réussir.

 

 

Ce transparocrite blâme l'industrie pour le déclin de la confiance du public dans la science ? Connerie ! Détruire la science a toujours fait partie de la stratégie de Martin et il veut remplacer l'expertise par la « démocratie » : son groupe de scientifiques « citoyens ».

 

 

Le Risk-monger semble être le seul à Bruxelles à s'opposer à ce petit anarchiste. Martin a accès à des millions d'euros, à un parti politique au Parlement Européen et à un réseau de mécontents à sa disposition ; moi, j'ai un ordinateur portable dans mon sous-sol poussiéreux. Même si les résultats de 2017 suggèrent que le combat a été plutôt équitable, Père Noël, tu auras remarqué que mon souhait pour 2018 est que d'autres personnes se joignent à moi pour que ce petit écureuil commence à amasser ses noisettes loin de Bruxelles. Campagne 2018 : #StopTheStupid.

 

Martin pourrait avoir besoin d'un gros sac de charbon !

 

 

L'Hérétique de l'Obs : Caroline Michel

 

Père Noël, le journalisme, surtout en France, est passé de mauvais à pathétique.

 

L'une des personnes les plus détestables que j'ai rencontrées en 2017 était cette Caroline Michel, qui se pose comme journaliste pour l'hebdomadaire d'information français L'Obs. J'avais accepté de la rencontrer à côté de mon université en septembre dernier alors que tout Bruxelles était en ébullition au sujet du glyphosate. Elle prétendait vouloir savoir comment le glyphosate était utilisé dans l'agriculture. Donc, pendant plus d'une heure, j'avais essayé d'expliquer à cette zélote cosmopolite, dans ma troisième langue, que le glyphosate était vital pour l'agriculture de conservation.

 

En fin de compte, il s'est avéré qu'elle ne s'intéressait pas du tout à l'agriculture, ni aux vertus d'un herbicide utile. Elle m'a avoué que personne d'autre n'était disposé à lui parler en faveur du glyphosate à Bruxelles. Caroline Michel cherchait simplement à cocher une case et à prétendre qu'elle avait parlé à un lobbyiste de Monsanto. Dans l'article publié ce week-end-là, j'ai été dépeint comme le lobbyiste de Monsanto à Bruxelles, et j'ai fourni une bonne partie de sa pige de trois pages sur la façon dont Monsanto essayait d'empoisonner le régime alimentaire européen et comment j'étais son quémandeur en chef. Pour me calomnier en tant qu'agent de Monsanto, tout ce qu'elle avait trouvé ce jour-là était que je portais une cravate rouge.

 

Ah, l'état du journalisme français ! Et ne me lancez même pas sur la piste de ces activistes comiques du Monde !

 

Des fauteurs de trouble trompeurs comme Caroline Michel devraient recevoir des tombereaux de charbon, Père Noël. Elle n'avait aucun intérêt pour les faits ou pour informer ses lecteurs – tout ce qu'elle voulait, c'était de livrer Monsanto sur un plateau à ses lecteurs et j'étais le seul qu'elle a pu trouver pour être son pigeon. Même si je reste toujours ouvert à la collaboration avec les journalistes, je ne tolérerai plus aucun des menteurs de l'Obs. Cette petite peste n'a même pas eu la décence de m'informer quand son article a été publié.

 

Je suppose qu'elle avait honte d'elle-même. [Ma note : Moi qui ai aussi eu les « honneurs » de ce torchon, je pense que David est bien aimable et conciliant... Non, ces gens n'ont aucune pudeur.]

 

 

Saint Christophe du Divin Procès

 

Les activistes m'ont accusé, en 2017, d'avoir injustement terni la réputation du seul scientifique activiste qui a coopéré avec eux. Eh bien, si Christopher Portier s'était comporté en scientifique au cours des trois dernières années, je serais d'accord. Malheureusement, cet activiste a fait le tour de l'Europe en faisant le contraire : saper la confiance dans la science, le processus d'évaluation des risques et les perceptions européennes de l'agriculture.

 

En 2017, j'ai eu mal au ventre en lisant la déposition de Christopher Portier ; il y a reconnu :

 

  • qu'il ne savait rien du glyphosate avant de participer au panel du CIRC ;

     

  • qu'il a signé un contrat avec deux cabinets d'avocats poursuivant Monsanto environ une semaine après la publication de l'annonce de la monographie du glyphosate du CIRC ;

     

  • qu'il a été payé 160 000 $ pour ses services de consultation par les deux cabinets d'avocats qui poursuivent Monsanto sur le glyphosate ;

     

  • que son objectif a été de défendre le CIRC en discréditant d'autres agences scientifiques ;

     

  • qu'il n'était pas transparent au sujet de son financement et de ses objectifs.

     

Dans un courriel personnel adressé à cette affreuse Linda Birnbaum, Christopher Portier a qualifié cet épisode dégoûtant des trois dernières années de « un peu d'amusement ».

 

 

Quand les Carpetbaggers américains viennent en Europe pour perturber le processus politique de l'UE, et admettent que tout cela est « un peu d'amusement », la Commission européenne a tout intérêt à se réveiller !

 

 

Je ne suis pas sûr que les agriculteurs européens qui ont failli voir un herbicide essentiel retiré du marché (avec les moyens de produire de manière sûre et durable) apprécieraient que Chris se soit bien amusé. Le fait que Portier ait ouvertement menti, dissimulé ses affiliations, tenté de discréditer la bonne science sur un herbicide essentiel et engrangé de grosses sommes alors que les agriculteurs se battaient vaillamment pour le droit de continuer à nourrir les Européens devrait retourner l'estomac de toute personne décente. Les agriculteurs ne s'amusaient pas, au moment des récoltes, à se battre pour garder le glyphosate sur le marché ; le Risk-monger ne s'est pas amusé à affronter les conneries que lui lançaient les activistes financés par le biobusiness et leurs journalistes à la solde. Aucun d'entre nous n'a été payé 450 $ l'heure !

 

En 2017, le Corporate Europe Observatory a embauché ce statisticien en sous-traitance pour tenter de saper l'EFSA. M. Portier a travaillé pour le compte du CEO, et fait payer les cabinets d'avocats américains véreux poursuivant Monsanto ; une bonne partie de ses encaissements secrets de 160.000 $ a servi à créer une pseudo-méthodologie statistique afin de monter en épingle quelques tumeurs supplémentaires que l'EFSA aurait prétendument ignorées. Le CEO a annoncé cette maigre conclusion avec fanfare et flonflons. Personne d'autre ne s'en souciait – la communauté scientifique a passé leur activisme radoteur au crible et l'a ignoré.

 

Cet argent aurait pu être dépensé pour soutenir les agriculteurs européens plutôt que le style de vie suisse cher à Portier. Père Noël, si tu dis au bon docteur que le charbon est un précurseur des diamants, il dira et fera sûrement ce que tu voudras !

 

 

Et... Oui... Un gros morceau de charbon à ce démon de Risk-monger !

 

OK Père Noël... mets aussi le Risk-monger sur ta liste de garnements ! Peut-être ai-je dit des choses sur les militants qui n'étaient pas particulièrement gentilles en 2017. Alors tu peux me donner mes morceaux... mais au moins laisses-moi t'expliquer.

 

 

Caractériser le lobby du bio comme des menteurs

 

En effet, je me suis référé au lobby du biobusiness comme un groupe de prévaricateurs mesquins et pernicieux. Je maintiens mon affirmation (ici et ici) selon laquelle ils mentent dès avant le petit-déjeuner et même après qu'ils se sont couchés (les allégations du biobusiness sont de purs stratagèmes de marketing sans fondement factuel) et j'ai même invité ces abominables petits menteurs à me poursuivre en justice. Mais cela impliquerait pour eux de devoir prouver devant un juge que leurs campagnes de lobbying ne sont pas des mensonges. À ce jour, le Risk-monger n'a pas reçu de convocation.

 

 

La loi de Godwin sur les stéroïdes

 

J'admets aussi que, le Parti Vert allemand s'étant déculotté et ayant sauté dans le lit avec le parti néo-nazi AfD, j'ai accusé l'écologisme d'être une forme de fascisme. Les parallèles idéologiques et historiques étaient trop forts pour être ignorés. Bien que cela puisse être considéré comme un peu extrême, ceux qui ont honnêtement analysé mes arguments (voir la section des commentaires) se sont trouvés d'accord avec moi. Dans les discussions sur Twitter, nous avons conclu que, comme le parti nazi allemand dans les années 1930, le lobby du bio est devenu un culte élaboré. Plus à ce sujet dans un article à venir.

 

 

Abus de langage

 

J'ai utilisé un langage grossier pour désigner des personnages vraiment méchants. J'ai traité des fauteurs de trouble comme Martin Pigeon, du CEO, ou Christopher Portier, du Environmental Defense Fund (EDF), de « petits merdeux », parce que, franchement... Peut-être qu'ils n'ont pas saisi le propos : l'insulte est dans le diminutif. En fait, je me moque de ce qu'ils pensent, qu'ils se croient de la taille XXL. Et oui, je me réfère souvent à des cabinets d'avocats américains qui achètent secrètement des scientifiques et des ONG comme des chicaneurs puants, mais encore une fois, Père Noël, laisses-moi t'expliquer. Tous les autres adjectifs que j'avais essayé d'utiliser auraient fait censurer mes articles. Je dois avouer que le Risk-monger a survécu à une très mauvaise crise de santé en 2017, mais il en est maintenant à gérer des problèmes de douleur chronique. Juste avertissement, je crains que sa langue ne devienne plus verte à mesure que cette maladie évolue.

 

Si ces zélotes arrêtaient de mentir et de tromper le système pour remplir leurs poches et saper la science, peut-être que j'arrêterais de les insulter.

 

* * * * *

 

Je suis tellement désolé de t'avoir dérangé avec toutes ces bêtises, Père Noël, surtout pour une nuit si importante pour toi. Ces activistes pensent que leurs problèmes sont les seules choses qui comptent. Cette nuit, alors que tu parcourras de nombreux pays frappés de tant de besoins et de désirs ; quand tu essaieras d'aider les personnes seules et les démunis dans les riches sociétés occidentales ; quand tu verras les menaces et les défis pour nourrir une population mondiale croissante, tu secoueras sans nul doute la tête, Père Noël, à l'évocation de ces campagnes ridicules dirigées par de tels zélateurs cosmopolites élitistes. Je pense que tu as entièrement le droit de livrer des morceaux de charbon à tous ces petits activistes. Une bonne leçon d'humilité pourrait leur faire un peu de bien.

 

Et nous savons tous, Père Noël, que tu es un fervent partisan de l'agro-technologie. Comment, après tout, pourrais-tu amener tes rennes à voler si loin et si vite ?

 

Ah oui !... Ces biologistes végétaux sont vraiment impressionnants !

 

Joyeux Noël !

 

 

Clause de non-responsabilité : Compte tenu des contestations relatives aux allégations factuelles sur l'existence d'un certain résident de Laponie à qui cette lettre a été adressée, en droit belge, cet article doit être catégorisé comme « satire ».

 

_______________

 

* David pense que la faim, le SIDA et des maladies comme le paludisme sont les vraies menaces pour l'humanité – et non les matières plastiques, les OGM et les pesticides. Vous pouvez le suivre à plus petites doses (moins de poison) sur la page Facebook de Risk-Monger.

 

Source : https://risk-monger.com/2017/12/24/dear-santa-i-can-explain/

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article