Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Pétunias « OGM » : le ridicule exposé et expliqué

14 Novembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

Pétunias « OGM » : le ridicule exposé et expliqué

 

Giovanni Tagliabue*

 

 

Il y a quelques mois, un biologiste des plantes finlandais de l'Université d'Helsinki se promenait dans la ville, lorsqu'il a remarqué des pétunias oranges dans des jardinières sur une place publique. Il était intrigué, car il n'y a pas de variété naturelle de pétunia de cette couleur. Une histoire vieille de 20 ans d'une expérience de recombinaison de gènes lui est alors venue à l'esprit. Il a acheté les mêmes plantes dans un magasin, les a analysées et a découvert qu'elles étaient des « descendantes » des produits d'une vieille expérience : d'une manière ou d'une autre, ces semences étaient devenues disponibles sur le marché, probablement depuis des années.

 

Une fois l'histoire rendue publique, une ruée vers la localisation et la destruction des graines et des fleurs « OGM » a été déclenchée par les agences de régulation, de la Finlande au Royaume-Uni, de l'Australie aux États-Unis et d'autres pays.

 

Voici la transcription d'un dialogue entre un Extraterrestre Rationnel, qui visite la Terre, et un Agent de l'État d'un pays où les « OGM » sont légalement persécutés.

 

 

Extraterrestre Rationnel (E.R.) – De belles fleurs que vous avez là dans cette boîte, Monsieur l'agent. Les emmenez-vous au marché ?

 

Agent de l'État – Non. Je viens de les saisir dans ce magasin. Elles vont être détruites.

 

E.R. – Oh je vois. Elles doivent être toxiques ou quelque chose comme ça ?

 

A.E. – Eh bien... pas du tout. Mais elles sont « OGM ».

 

E.R. – Excusez-moi ?

 

A.E. – C'est une abréviation pour « Organisme Génétiquement Modifié ».

 

E.R. – Euh... Pardonnez-moi, je suis perplexe : vos scientifiques savent depuis des décennies que tout être vivant – tout organisme – est génétiquement modifié par définition !

 

A.E. – C'est le point de vue scientifique. Mais, selon la loi, ces fleurs sont différentes – en fait, illégales. Elles ne doivent pas exister.

 

E.R. – Permettez-moi une question : quelle est la justification d'une telle règle ?

 

A.E. – Elles sont transgéniques, car un gène du maïs leur a été ajouté pour créer la couleur orange.

 

E.R. – Euh... et alors ? Il est bien connu que les gènes peuvent « sauter » d'un organisme à un autre, lorsque différentes espèces se mélangent au fil des générations : si le résultat n'a pas d'effet négatif sur la sécurité ou l'environnement (www.evira.fi/en/plants/current-issues/2017/evira-removes-genetically-modified-orange-petunias-from-sale/, www.aphis.usda.gov/aphis/ourfocus/biotechnology/brs-news-and-information/unauthorized_petunia ), mais qu'il crée un jolie nouvelle plante...

 

A.E. – C'est peut-être vrai : mais dans ce cas, l'ADN étranger a été tracé, et on a vérifié qu'il a été inséré intentionnellement ; cette opération rend le résultat – les fleurs – illégal.

 

E.R. – J'ai peur que ce pseudo-concept d'ADN « étranger » soit assez douteux. Mais : et si la source du gène qui dicte la couleur orange provenait d'une autre variété de pétunias ? Le produit résultant serait-il condamné ?

 

A.E. – Cela dépend : si le gène a été introduit par hybridation, ou induction de polyploïdie, ou culture de tissus, ou un certain nombre de techniques de sélection acceptées ; ou si l'ADN a été modifié par « bombardement » chimique ou radiologique, de nombreux agents dans de nombreux pays du monde ne feraient pas la chasse à ces fleurs et graines dans des milliers de magasins et d'entrepôts d'obtenteurs. Au lieu de cela, le même effet phénotypique a été obtenu par une technique « OGM » – j'ai ici une liste de méthodes interdites –, et alors les magasins ne peuvent pas les vendre et les gens ne devraient pas les planter !

 

E.R. –

 

A.E. – Monsieur, s'il vous plaît, ne me regardez pas comme si j'étais un idiot : je fais juste mon travail ! Vous venez d'une planète rationnelle, je sais que les us et coutumes terrestres peuvent sembler étranges...

 

E.R. – Excusez-moi, juste pour comprendre : j'ai appris que l'humanité vit dans un monde de ressources limitées, et encore plus en ce qui concerne la lutte de la société contre le crime. Ne serait-il pas plus... euh... rationnel de consacrer l'argent des contribuables qui est maintenant gaspillé pour courir après la gaffe « OGM » à l'accomplissement de tâches importantes – par exemple la sécurité alimentaire et la protection de l'environnement ?

 

A.E. – Entre nous : personnellement, je suis d'accord. Mais la loi est la loi, et je suis obligé de l'appliquer.

 

E.R. – J'ai lu une ancienne devise romaine : Summum jus, summa injuria. En clair : une application excessive de la loi conduit à l'injustice. Heureusement, dans ce cas, les seuls sujets lésés sont ces jeunes plantes innocentes...

 

A.E. – Sans commentaires.

 

E.R. – Je dois également dire que vos médias négligent leur devoir d'informer le public correctement : par exemple, il semble inapproprié de demander à un type opposé aux biotechnologies de faire un commentaire, et pas à un biologiste ou un généticien – en plus dans la section « Science » d'un journal ! (www.telegraph.co.uk/science/2017/05/09/gm-petunias-could-harm-wildlife-britains-gardens-warn-campaigners).

 

A.E. – Vous savez, trop souvent, les journalistes ne recherchent pas des sources bien informées... avez-vous déjà entendu parler de « post-vérité » ou de « faits alternatifs » ?

 

E.R. – À mon humble avis, des rapports équilibrés devraient raconter l'histoire de cette tempête « pétuniastique » dans un verre d'eau, en soulignant qu'une telle agitation préjudiciable n'a pas de sens !

 

A.E. – Trop souvent, ça ne marche pas comme ça sur cette planète : toute occasion de déblatérer sur « l'invasion des OGM » et de telles conneries est rapidement exploitée (www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-4528436/Advice-gardenders-facing-GM-invasion.html) : le sensationnalisme et la peur font vendre !

 

E.R. – Souvent dans votre histoire – à ce que je lis – certains dissidents ont choisi de défier les lois injustes par des actes de désobéissance civile : ne serait-ce pas bien que quelques personnes déclarent publiquement, dans des manifestations publiques, qu'elles vont garder des graines de ces fleurs, ou même les semer ?

 

A.E. – Laissez-moi vous le murmurer : c'est exactement ce que j'ai pensé faire : garder des graines... juste pour ressentir le frisson d'être un hors-la-loi ! Mais après, je suis revenu à la raison... eh bien, pour ainsi dire... j'accomplirai mon devoir !

 

E.R. – Merci pour votre temps, Monsieur l'agent : maintenant je vais vous laisser procéder à l'éradication de ces Fleurs du Mal...

 

A.E. – Je ne savais pas que les Extraterrestres pouvaient être ironiques : je pensais que vous étiez froids, des entités rationnelles.

 

E.R. – Nous le sommes normalement, oui. Mais parfois, Homo sapiens nous oblige à utiliser l'ironie comme seule réaction possible à leur folie...

 

Si quelqu'un possède des pétunias interdits, regardez s'il vous plaît cette vidéo éducative sur la façon de les détruire :

 

 

Cet article satirique a été approuvé par les scientifiques suivants :

 

Ammann, Klaus – U. Berne

Burachik, Moisés – U. Buenos Aires

Charles, Trevor – U. Waterloo

Chassy, ​​Bruce – U. Illinois

Costantino, Paolo – U. Roma La Sapienza

DeGregori, Thomas R. – U. Houston

Defez, Roberto – Institut des Biosciences et des Bioressources, Naples

Fedoroff, Nina – Penn State U.

Giddings, Val – PhD, ProméthéeAB, Inc.

Guruswamy, Lakshman – U. Colorado Boulder

Jany, Klaus-Dieter – Wadi Intl U.

McHughen, Alan – U.C. Riverside

Milanesi, Gabriele – U. Milan

Miller, Henry – Stanford U.

Morandini, Piero – U. Milan

Niederhuth, Tchad – Géorgie

Parrott, Wayne – Géorgie

Prakash, C. S. – Arizona

Roberts, Richard J. – New England Biolabs (lauréat du prix Nobel 1993)

Sági, László – Académie hongroise des sciences

Teeri, Teemu – U. Helsinki

Twardowski, Tomasz – Académie polonaise des sciences

Wager, Rob – U. Île de Vancouver

Winkler, Matt – Asuragen

 

_____________

 

Giovanni Tagliabue est un chercheur indépendant basé en Italie ; il étudie la philosophie des sciences de la vie et des sciences politiques.

 

Source : https://geneticliteracyproject.org/2017/10/19/gmo-petunias-ridiculousness-exposed-explained/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article