Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Le (vrai) scandale du glyphosate » de M. Marcel Kuntz sur Valeurs Actuelles

8 Novembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Glyphosate (Roundup), #Politique, #Activisme

« Le (vrai) scandale du glyphosate » de M. Marcel Kuntz sur Valeurs Actuelles
 

Glané sur la toile 188

 

 

 

Comment mieux illustrer le scandale de ce « tribunal » qui « siège » sous une image dans laquelle le « S » de Monsanto est un « $ » ?

 

 

Ça date un peu (17 octobre 2017), mais cela mérite vraiment le détour. « Le (vrai) scandale du glyphosate » de M. Marcel Kuntz, biologiste, directeur de recherche au CNRS, médaillé d’or 2017 de l’Académie d’Agriculture de France, aborde plusieurs thèmes négligés par les médias dominants.

 

On peut s'arrêter à ce constat désabusé liminaire :

 

« Et l’affaire montre que, davantage encore qu’au sujet de Trump ou du Brexit, la post-vérité prospère sur des questions où les scientifiques ont pourtant déjà fourni des réponses. Au mieux, personne ne les écoute. Au pire, ils sont traînés dans la boue. »

 

La post-vérité est certes devenu un problème majeur pour nos sociétés. Mais aurait-elle eu des chances de prospérer si elle avait été contrecarrée par une véritable volonté politique ?

 

« ...ignorer les avis scientifiques des agences européennes, pourtant créées pour éclairer l’action publique, est devenu une habitude au Parlement européen et dans de nombreux Etats-membres. La position du gouvernement français, tranchée à l’Elysée, découle d’un choix politique : éviter que Monsieur Hulot ne se mette en vacances du gouvernement. Une affaire de popularité sondagière… Ce genre de deal politicien sur le dos de l’économie n’est pas nouveau : en 2007 on avait eu l’approbation par le gouvernement Sarkozy de l’interdiction de la culture des OGM en paiement du cautionnement du Grenelle de l’Environnement par l’écologie politique ; en 2012 c’était l’entente entre le PS et les Verts pour fermer la centrale de Fessenheim dans le cadre d’un accord de soutien au gouvernement Hollande. On pourrait multiplier les exemples. Et constater que ces transactions à visée électoraliste n’empêchent pas lesdits gouvernements de perdre toutes les élections suivantes… »

 

Nous ne le saurons jamais car on ne réécrit pas l'histoire.

 

Mais il est encore temps pour nos gouvernants de mettre leur positionnement politicien à l'épreuve des faits agronomiques et économiques (qui incluent la dimension environnementale) – comme il vient de le faire, avec courage et lucidité, pour le nucléaire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
"Mais il est encore temps pour nos gouvernants de mettre leur positionnement politicien à l'épreuve des faits agronomiques et économiques (qui incluent la dimension environnementale) – comme il vient de le faire, avec courage et lucidité, pour le nucléaire."

J'espère qu'ils se rendront compte que conclure des pactes avec ces militants dans l'espoir de rester en paix ne sert à rien: Fillon a révélé en 2011 que le Grenelle avait sacrifié les O.G.M.s afin de protéger le nucléaire et, l'année suivante, ils avaient obtenu la fermeture de Fessenheim et la réduction à 50% de la part du nucléaire de la part de Hollande, dont ils ont contribué à l'échec en participant à la fronde de l'aile gauche.

En espérant que tout cela va aider de futurs politiciens que passer des pactes avec les écolos ne sert qu'à se détruire à la Munichoise (quoi que cet exemple ne soit pas le plus approprié, vu que Chamberlain voulait gagner du temps pour pouvoir se réarmer) et que l'assaut frontal face à leurs exigences est la seule méthode appropriée pour préserver le développement de la France.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour le commentaire.

Le problème n'est peut-être pas tant du côté des « écolos », largement discrédités pour les idéologues et devenus quasiment inaudibles, que de la pensée « écolo » qui s'est infiltrée dans le tissu politique et social.

L'espoir fait vivre. Mais nous pouvons aussi contribuer à faire bouger les choses.

Tant que je verrai (relativement) clair et que mes neurones se connecteront correctement...