Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glyphosate : quand 54 députés LREM sombrent dans le ridicule politicien

25 Novembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Politique

Glyphosate : quand 54 députés LREM sombrent dans le ridicule politicien

 

 

Le candidat Macron nous avait en quelque sorte promis une politique qui serait faite autrement. Sur les 312 députés et apparentés La République en Marche (LREM), il s'en est trouvé 54 pour nous livrer le triste spectacle de la gesticulation politicienne – qu'on espérait révolue – avec une tribune publiée dans le Monde du 22 octobre 2017, « Nous, députés de La République en marche, demandons une interdiction du glyphosate »

 

Cette déclaration dont la grandiloquence n'a d'égal que la vacuité a été initiée par Mme Sandrine Le Feur, députée du Finistère. Agricultrice bio, elle souffre à l'évidence d'un conflit d'intérêts en ce que l'interdiction du glyphosate rendra l'agriculture conventionnelle moins compétitive, ce qui réduira l'écart entre les deux modes de production, au profit de la filière bio. Autres signataires de pointe notables, Mme Barbara Pompili, qu'on ne présente plus, et M. Matthieu Orphelin, qui fut par le passé porte-parole de ce qui est maintenant référencé comme la Fondation pour la Nature et l'Homme créée par Nicolas Hulot.

 

Je trouve aussi parmi les signataires ma députée locale, dont la page sur le site de l'Assemblée Nationale reste désespérément vide. Que ne faut-il pas faire pour exister !

 

Ces gens proclament donc :

 

« Nous, députés de La République en marche, demandons une interdiction de la commercialisation du glyphosate et de son utilisation le plus rapidement possible. Nous estimons que ce produit nocif, aujourd’hui largement utilisé, doit être abandonné. »

 

Ils ont pourtant la prérogative de l'initiative législative... Mais leur ambition déclamatoire va plus loin :

 

« La France votera contre le renouvellement de son utilisation pour dix ans et nous nous félicitons de la position responsable de notre pays.

 

A présent, nous demandons aux pays membres de l’UE, qui doivent se prononcer le 25 octobre, de soutenir cette orientation. Sortir du glyphosate, tout en accompagnant comme il se doit les agriculteurs dans cette transition, dans un calendrier court et réaliste, est un bon compromis. Lors du vote en 2016, la France avait voté contre. Nous attendons aujourd’hui une prise de conscience et de responsabilité forte de notre pays. »

 

Des parlementaires français qui s'adressent, en groupe organisé, à des gouvernements étrangers, c'est, me semble-t-il, plutôt inédit. Quant à la dernière phrase, associez-là à la première citée et vous trouverez une belle incohérence.

 

Pourquoi faut-il interdire la commercialisation ainsi que l’utilisation du glyphosate ?

 

« En France, huit mille tonnes sont pulvérisées chaque année. Plusieurs études sérieuses et étayées, dès 2015, par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l’ont classé comme substance "cancérogène probable". Il y a donc urgence. »

 

Toujours l'incohérence rédactionnelle... et l'ignorance de la nature des travaux du CIRC... et la gesticulation... On attend de ces députés qu'ils déposent une proposition de loi tentant à interdire – vu l'urgence – tous les agents classés cancérigènes certains ou probables par le CIRC... On pourrait commencer par le soleil et ses UV, ou peut-être le métier de coiffeur...

 

Il faudrait donc « [v]oter [contre le glyphosate] pour préserver notre santé », « [v]oter contre pour notre planète ». L'argumentation est d'une pauvreté affligeante, à l'instar de l'oxymore « [v]oter contre pour accompagner notre agriculture ». Oui, privons l'agriculture (et d'autres secteurs d'activité) d'un outil génial, et nous « accompagne[rons] l'agriculture » !

 

Le glyphosate, « [c]’est une véritable question de santé publique ». Grand dieux ! Un herbicide maintenant en service depuis quarante ans, le plus utilisé dans le monde... contre lequel un CIRC militant, manipulé et manipulateur n'a trouvé qu'un « cancérogène probable », avec des « preuves limitées » de cancérogénicité pour l'homme, et encore, pour le seul lymphome non hodgkinien...

 

Il « perturbe la vie des sols sauvages, aquatiques, la biodiversité et met en péril tout notre écosystème ». Surtout ne demandez pas de preuves pour ces affirmations (ni de précisions sur les « sols sauvages »)... La fin du monde est proche, car « notre écosystème » est en péril !

 

Pour l'accompagnement de l'agriculture, on se contentera d'incantations et de pensée magique :

 

« Mais que voulons-nous vraiment ? Continuer dans un système totalement dépendant des produits chimiques et qui arrive à bout de souffle – un système qui rend les agriculteurs asservis à l’agro-industrie –, ou alors inventer une agriculture d’excellence, qui combine qualité nutritionnelle, respect de l’environnement et santé publique ? »

 

Euh, non, pas tout à fait : « Les alternatives sont déjà à notre portée et d’autres sont encore à développer. »

 

Formidable ! C'est à se demander pourquoi les agriculteurs, les gestionnaires d'espaces comme la SNCF, les particuliers n'ont pas adopté ces « alternatives » pour se passer de ce qui est présenté comme une véritable calamité.

 

Et n'oublions pas l'envolée (presque) finale :

 

« Voter contre au nom des valeurs de la France : soyons à la hauteur de l’enjeu et de l’attente des Français en prenant cette décision historique. Préservons les futures générations. Aidons nos agriculteurs et replaçons notre nation dans le rôle qu’elle a toujours eu, celle d’une nation pionnière et visionnaire. »

 

Pitié !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bjr
un texte d'un député d'En Marche sur le glyphosate
http://descrozaille.fr/de-quoi-glyphosate-nom
Pas très courageux le député !
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

J'ai un billet en attente (mais il faut bien varier les plaisirs... donc aujourd'hui, c'était surtout NPBT et HCB).

J'ai dû le relire (sur Marianne) pour saisir la subtile agression de la ligne « du parti », enfin du président.
J
Ça fait peur, pour le débat démocratique et législatif, que des législateurs puissent être influencés par une campagne de désinformation active.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

« I concur » !

Mais ça fait encore plus peur de voir qu'ils sont capables de sortir de telles inepties en groupe organisé.

Mais j'ai encore de la connerie en stock...
T
@Seppi
"C'est à se demander pourquoi les agriculteurs, les gestionnaires d'espaces comme la SNCF, les particuliers n'ont pas adopté ces « alternatives » pour se passer de ce qui est présenté comme une véritable calamité."
La réponse est pourtant si évidente qu'on se demande si vous n'êtes loin des réalités de terrain !
1-) La méthode traditionnelle est très simple à mettre en place, très efficace dans la durée et pas chère.
2-) l'alternative est beaucoup plus compliquée surtout pour la SNCF. Quant aux agriculteurs, il faut leur laisser du temps pour faire la transition. Ils savent qu'il faudra abandonner un jour la chimie lorsqu'ils seront confrontés aux résistances des bio-agresseurs.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Mea culpa...
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

J'ai manié l'ironie... et j'ai oublié de prévenir.

Mais je ne partage pas votre dernier point de vue. Le jour où il n'y aura plus aucune solution chimique n'est pas encore venu. Celui où on pourra se passer de chimie grâce à la génétique me semble bien plus proche (enfin, ça se discute pour notre Europe atteinte de précautionnite).
F
"La réponse est pourtant si évidente qu'on se demande si vous n'êtes loin des réalités de terrain !"

Si la réponse était si évidente que ça,il y a longtemps que les agriculteurs s'y seraient mis. Vous les prenez vraiment pour des idiots?
F
Il parait que l'élection de Macron et le raz de marée LREM aux législatives a complètement renouvelé le personnel politique? Les nouveaux me semblent hélas aussi mauvais que les anciens...
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

C'est d'autant plus effarant qu'un élève de sixième, enfin sachant un peu raisonner et compter, est capable de comprendre qu'il y a un loup.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Entre le grand n'importe quoi anarchisant de la législature précédente et le possible nouveau n'importe quoi rigidifié de l'actuelle, il y a un équilibre à trouver. Difficile...

Dans les 54, il y a eu à mon sens de l'à-plat-ventrisme.
J
Je me rappelle avoir demandé, au candidat LREM qui est venu nous visiter chez nous lors des élections, des questions sur comment the gouvernement comptait faire pour tenir les "50%"; le candidat (qui fut élu) me répondit que ce serait possible grace au renouvelable, dans lequel lui (ou ses amis, je ne sais plus) était impliqué.
U
Plut même pires, dans le genre godillot.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je suis hélas d'accord avec vous.

Et je suis d'autant plus chagriné que ma députée dit sur sa page Facebook avoir fait des études d'agronomie !