Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'approbation du Riz Doré est nécessaire pour produire une denrée de base qui change la vie

26 Octobre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Riz doré

L'approbation du Riz Doré est nécessaire pour produire une denrée de base qui change la vie

 

V. Ravichandran*

 

 

 

 

Leurs yeux racontent leur triste histoire  : des iris d'un blanc fantomatique expriment des regards vides. Nous pouvons les voir, mais ils ne peuvent pas nous voir. Ils sont devenus aveugles à cause de la malnutrition.

 

Je vois ces pauvres gens dans toute l'Inde, où je vis, mais leurs souffrances ne connaissent pas de frontières : le problème de la déficience en vitamine A maudit des dizaines de pays dans le monde en développement. Elle cause des déficiences visuelles chez des millions de personnes. Environ un demi-million d'enfants deviennent aveugles chaque année. Des centaines de milliers meurent quelques mois après avoir perdu la vue.

 

Quelle tragédie déchirante.

 

La bonne nouvelle est que la science nous apprend comment prévenir cette crise. La mauvaise nouvelle est que les complications d'origine humaine se mettent en travers de la solution.

 

La solution est simple : nous devons commercialiser le Riz Doré, une culture qui permet de lutter contre le problème de la carence en vitamine A.

 

Le Riz Doré tire son nom de sa couleur jaune, qui provient du bêta-carotène, une riche source de vitamine A. Grâce à la technologie innovante de la modification génétique, les scientifiques ont appris à produire du bêta-carotène supplémentaire dans le Riz Doré, promettant d'améliorer la qualité de vie pour un nombre incalculable de personnes.

 

À peu près tout le monde mange du riz, mais les gens aux États-Unis et en Europe ont tendance à sous-estimer l'importance de cette culture de base dans le monde en développement. Un ami américain m'a récemment posé des questions sur mes habitudes alimentaires en Inde. J'ai répondu que je mange du riz au déjeuner et au dîner, et même au petit-déjeuner, souvent comme une sorte de crêpe appelée « idli ». Les Asiatiques consomment environ 90 pour cent du riz produit dans le monde.

 

Dans un régime alimentaire indien normal, environ les trois quarts de nos calories proviennent de glucides. C'est plus que l'idéal, mais c'est aussi une réalité quotidienne dans une nation qui repose sur le riz : un aliment qui joue un rôle important dans les rituels hindous et dont l'histoire est millénaire et remonte aux anciennes écritures védiques.

 

En raison de son importance culturelle et économique, le riz est un véhicule parfait pour apporter les éléments nutritifs essentiels, et les progrès de la biotechnologie nous ont appris comment les y mettre. Dans le monde entier, les organisations scientifiques et les lauréats du prix Nobel ont confirmé la sécurité et le potentiel du Riz Doré.

 

En tant qu'agriculteur, je connais la valeur des OGM. Ils ont amélioré ma capacité à produire du coton, par exemple. Je suis également conscient des défis : il faut des années d'expériences en laboratoire et d'essais sur le terrain avant qu'une culture biotechnologique n'atteigne le marché.

 

Le riz doré est maintenant au seuil du succès. Les organisations de recherche aux Philippines – un pays en proie à la carence en vitamine A – ont demandé l'approbation de leur gouvernement pour aller de l'avant avec la commercialisation. C'est une étape essentielle et elle permettra aux Philippines de démontrer le potentiel du Riz Doré au reste du monde. À l'avenir, des millions de personnes en Inde et ailleurs bénéficieront d'une décision pionnière.

 

Pourtant, les Philippines ne peuvent pas agir seules. Nous vivons dans une économie mondiale. Presque rien ne se produit plus isolément – et l'Australie et la Nouvelle-Zélande font ainsi face à une décision importante.

 

 

 

 

Il n'y a actuellement aucun projet de production de Riz Doré en Australie ou en Nouvelle-Zélande, des pays riches où la faim et la malnutrition sont presque inexistantes. Pourtant, les deux pays commercent intensément avec les Philippines. Ils travaillent également ensemble sur les normes alimentaires. Pour cette raison, ils doivent adopter des règlements qui permettront d'accepter la présence de traces de Riz Doré dans le riz qu'ils importent des Philippines. S'ils refusent, ils perturberont l'agriculture philippine et étoufferont une innovation vitale ayant un potentiel sans précédent.

 

Ce serait une formidable honte. Personne n'a rien à craindre du Riz Doré. Il est aussi sûr que tout autre type de riz pour la consommation. La seule différence entre le Riz Doré et le riz conventionnel est l'avantage supplémentaire de la biofortification. Le riz, notre nourriture de base, sera plus efficace lorsqu'ils sera enrichi en vitamine A car c'est notre nourriture de tous les jours. Riches ou pauvres, il parviendra à tout le monde.

 

Nous avons une chance remarquable de pouvoir profiter d'un tout nouvel outil pour lutter contre la carence en vitamine A. Les producteurs de riz comme moi peuvent produire de la nourriture non seulement pour éloigner la faim, mais aussi pour éradiquer la faim cachée. Je crois que cela nous donne l'obligation morale d'aider les enfants qui vont devenir aveugles sans notre intervention. Ne devraient-ils pas profiter de la possibilité de vivre une vie normale ? Ne pas les aider est un crime contre l'humanité.

 

C'est du moins ainsi que se présentent les choses vues de l'Inde, où je vois tous les jours des symptômes de malnutrition dans les yeux des enfants quand je parcours mon village.

 

J'espère que les gouvernements des Philippines, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande verront la lumière et ne la refuseront pas à une nouvelle génération d'enfants condamnés.

 

______________

 

* V. Ravichandran, agriculteur, Tamil Nadu, Inde

 

Ravichandran est un agriculteur de troisième génération qui cultive du riz, de la canne à sucre, du coton, des légumes secs et des petites céréales depuis plus de 30 ans dans l'État de Tamil Nadu, en Inde. En tant que promoteur déterminé de la technologie, Ravichandran écrit pour divers magazines en tamoul et en anglais, et participe souvent à des groupes de discussion soutenant l'adoption de technologies ayant fait leurs preuves scientifiquement pour accroître la productivité agricole d'une manière respectueuse de l'environnement.

 

Ravichandran en un membre bénévole du conseil d'administration du Global Farmer Network (réseau mondial des agriculteurs) et un membre actif du World Economic Forum’s New Vision for Agriculture Transformational Leaders Network (réseau du Forum Économique Mondial des leaders du changement pour une nouvelle vision de l'agriculture). Il est un membre actif de United Farmers Empowerment Initiative (UFEI – initiative des agriculteurs unis pour l'alphabétisation) de l'Inde et a constitué le « United Progressive Farmers Forum » (forum des agriculteurs progressistes unis), un outil qui aide les agriculteurs à réunir leurs ressources et à combler le fossé entre l'agriculture et les consommateurs.

 

Ravi a reçu en 2013 le prix Kleckner, reconnu à l'échelle mondiale, et s'est vu conférer le National Indian "Harit Kranti Award 2016", Innovative Farmer, pour sa remarquable contribution à la promotion de l'adoption des technologies de pointe par les agriculteurs.

 

Source : http://globalfarmernetwork.org/2017/09/golden-rice-approval-needed-produce-life-changing-staple-food/

 

 

Ma note : Une demande d'autorisation pour la présence de Riz Doré dans les aliments a été déposée par l'Institut International de Recherche sur le Riz (IRRI) auprès de Food Standards Australia New Zealand (FSANZ). Cette autorité conjointe aux deux pays a déterminé qu'il n'y avait pas de problème de santé ou de sécurité. La demande a été soumise à une consultation publique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nomymie 25/05/2018 17:26

Solution sans OGM : éduquer ! Dire aux gens qu'il faut ajouter un peu de verdure dans la casserole. Dire aux gens qu'ils peuvent cultiver en marge des champs de riz, de quoi trouver de la vitamine A.
Mais solution qui ne rapporte rien ... hélas.

Seppi 05/06/2018 19:16

Bonjour,

Merci pour votre commentaire, quoique, je n'apprécie pas du tout.

C'est un des arguments fétiches de Vandana Shiva, de Greenpeace et autres. C'est prendre les gens pour des cons. S'il y a un problème de carence en vitamine A dans le monde c'est que la YAKA leur dire... rencontre un certain nombre de problèmes.