Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Il faut du temps pour s'y habituer...

3 Septembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie

Il faut du temps pour s'y habituer...

 

Willi l'Agriculteur*

 

 

 

 

La photo ci-dessus n'est certainement pas destinée aux seuls agriculteurs. Je l'ai prise dans les environs. Ça a l'air quelque peu « désordonné ». L'agriculteur n'aurait-il pas travaillé correctement ? Non, il s'agit d'une bande fleurie pluriannuelle que l'on peut voir chez un collègue du voisinage et qui est observée scientifiquement (la bande fleurie, pas la voisine...). Les plantes qui s'y trouvent ont toutes été semées. Ce n'est donc pas une végétation naturelle qui s'est développée.

 

Le but d'une telle mesure est de fournir un abri pour les abeilles sauvages, les papillons, les alouettes et les perdrix, ainsi que pour les lièvres et les chevreuils. En semant des plantes sauvages rares, on leur donne à nouveau la possibilité de coloniser le terrain. Cependant, la bande fleurie devrait rester en place pendant au moins cinq ans afin que les plantes et les animaux puissent s'établir. Une fois par an, si possible à la fin de l'hiver, la végétation devrait être broyée pour favoriser la repousse. Il faut éviter la formation d'un tapis dense de matière organique susceptible d'étouffer la végétation. Grâce à l'association de différentes plantes bien choisies, un tel champ fleurit toute l'année et offre donc une large gamme de nourriture, surtout à la fin de l'été et en automne, quand il y a peu de fleurs par ailleurs. De plus, des hôtels d'insectes ont été créés pour favoriser les pontes. Si vous souhaitez en savoir plus, vous trouverez une brochure, également avec des photos des plantes en fleurs. C'est vraiment sympa à regarder.

 

Personnellement, je trouve que ces jachères pluriannuelles sont beaucoup plus judicieuses que les pratiques aujourd'hui courantes de « verdissement » et de cultures intermédiaires. Mais, comme mes collègues agriculteurs, je ne pratique pas ce verdissement pluriannuel. Pourquoi ? parce que :

 

a) La compensation financière ne compense pas la marge qui serait obtenue avec une culture pour la production ;

 

b) Je crains que les graines de cette bande fleurie se dispersent dans les parcelles de culture attenantes et y créent des problèmes ;

 

c) Je ne sais pas si on peut facilement remettre en culture la bande fleurie à son échéance.

 

Quelqu'un a-t-il une expérience ? Rapportez-la dans les commentaires. Je suis vraiment intéressé et d'autres lecteurs certainement aussi.

 

Vôtre,

 

Willi l'Agriculteur

 

_______________

 

* Willi l'Agriculteur (Bauer Willi) exploite 40 hectares en grandes cultures (betterave sucrière, colza, céréales) en coopération opérationnelle. Il a été double-actif jusqu'à l'automne 2014. Son deuxième métier a été le suivi et le conseil aux agriculteurs pour une entreprise familiale (sucrerie). Depuis lors, il continue d'exploiter son domaine en tant que pré-retraité et a du temps pour écrire et partager son expérience.

 

Il contribue aussi bénévolement à l'association (fondation) des habitants de sa commune et à une coopérative agricole.

 

Source : http://www.bauerwilli.com/gewoehnungsbeduerftig/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article