Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glyphosate, Générations Futures et médias : grotesque, pitoyable, indécent, scandaleux

14 Septembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Glyphosate (Roundup)

Glyphosate, Générations Futures et médias : grotesque, pitoyable, indécent, scandaleux

 

 

Les fantômes de Goebbels et des autres maîtres de la propagande du passé doivent se trémousser : ils ont trouvé en Générations Futures un digne successeur !

 

Comment peser sur la décision de renouvellement de l'autorisation du glyphosate qui doit se prendre prochainement à Bruxelles ?

 

Vite fait, bien fait (ou mal – quelle importance !), une petite « étude », suivie d'un plan comm' efficace avec plein de chiffres sans signification mais suffisamment « éloquents » pour appâter les médias et provoquer stupeur et tremblements dans les chaumières. Le truc a été utilisé en d'autres occasions passées. Et qu'importent les critiques du passé : la fin justifie les moyens.

 

Voyons donc les « Résultats exclusifs de recherche de glyphosate dans des aliments vendus en France » :

 

« Les résultats de l’enquête. 16 échantillons sur 30 contenaient du glyphosate, soit 53,3%.

 

  • 7 céréales de petit déjeuner sur 8 analysées en contiennent (soit 87.5%).

  • 7 légumineuses sur 12 analysées en contiennent (soit 58.3%)

  • 2 pâtes alimentaires sur 7 en contiennent (soit 28,5%)

  • Aucun des 3 autres produits à base de céréales (petits pains secs, biscottes) n’en contenaient.

  • 3 échantillons contenaient aussi de l’AMPA – produit de dégradation du glyphosate –soit 10% du total.

 

Nous ne nous lasserons jamais de souligner le ridicule consommé de pourcentages avec une décimale pour des effectifs minuscules. Ces pourcentages, c'est un truc minable.

 

Mais le problème n'est pas là. Nous n'en saurons pas plus en consultant la page précitée. Sauf... la liste des médias qui auront complaisamment relayé l'« information ». Car M. François Veillerette dispose manifestement de relais médiatiques. À commencer par l'AFP dont le Monde a repris le texte sous « Des traces de glyphosate trouvées dans des céréales pour petit déjeuner ».

 

Des traces ! Doux Jésus !

 

Ce que nous cache la petite entreprise incorporée sous forme d'association sur sa page, ce sont les doses. Les voici, tirées du « rapport » :

 


 

 

 

Et ce que nous cache la petite entreprise dans ce tableau, ce sont les LMR, les limites maximales de résidus, lesquelles permettent d'apprécier l'importance du risque. Il n'y a certes pas de LMR pour les produits élaborés, mais elle est de 10 mg de résidus/kg de denrée dans de nombreux cas, dont le blé et les lentilles.

 

L'AFP perroquète donc GF :

 

« Les concentrations (de glyphosate) retrouvées vont de 40 microgrammes/kg pour une céréale du petit déjeuner à 2 100 microgrammes/kg pour un échantillon de lentilles sèches ».

 

Le changement d'unité – de milligrammes à microgrammes – n'est pas anodin, et c'est un autre truc minable : 2.100 (microgrammes) est plus anxiogène que 2,1 (milligrammes).

 

Notons incidemment que le premier chiffre est faux (sans compter que près de la moitié des échantillons étaient sans résidus) : c'est 23 microgrammes pour Fruits et fibres Leader Price blé complet fruits secs.

 

La machine à faire peur a été enclenchée par une analyse – dont la procédure est largement inconnue – sur 30 produits ; dont 14 sont sans résidus détectés ; dont 9 sont en dessous de 0,1 mg/kg (soit en dessous du centième de la LMR du blé et des lentilles) ; dont 3 sont au-dessus de 1 mg/kg (soit au-dessus de 10 % de la LMR, avec un maximum de 21 %) – des légumineuses dont on sait qu'elles sont de consommation quotidienne (ironie).

 

Rappelons que la LMR est calculée – de manière très protectrice – de manière à ce que le consommateur ne dépassera pas la DJA, la dose journalière admissible – elle-même calculée de manière très protectrice.

 

Et les médias suivent, sans réflexion préalable, sans recul ni mise en perspective. Au-delà des mensonges éhontés qui émaillent le « rapport », c'est à ce niveau que se trouve le véritable scandale de la désinformation.

 

Voici comment cela a été exprimé par un commentateur sur FranceTVInfo – dont on savourera à sa juste mesure le « Certains taux sont assez élevés : jusqu'à 2 micro-miligrammes/kg d'aliment (c'est nous qui graissons) :

 

« - Hey Robert, c'est quoi le résultat de nos tests sur les céréales pour le glyphosate ?

- Bin, la moitié on a rien trouvé, l'autre moitié les traces sont en dessous des normes sanitaires.

- Ah mais on publie quoi du coup si tout est dans les normes ?

- T'en fais pas, Roger, on a qu'à dire que c'est un scandale d'avoir trouvé des traces, de toute façon les types s’arrêtent aux titres et au contenu racoleur, ils vont pas chercher à comprendre plus loin.

- Ah ouais, bien, bien, bien. On fait comme ça. »

 

 

Post scriptum

 

On appréciera aussi ce morceau du texte de l'AFP repris par le Monde :

 

« Pour François Veillerette, porte-parole et directeur de Générations futures, ces résultats montrent qu’il y a "urgence pour l’Union européenne à renoncer à l’usage de cette molécule […] et à faire évoluer en profondeur son modèle agricole, devenu trop dépendant des pesticides de synthèse". »

 

Un discours qui se fait plus prudent avec « pesticides de synthèse »... Ce serait vraiment fâcheux si ses généreux donateurs de l'industrie du bio se trouvaient eux aussi privés de pesticides... tout « naturels » qu'il soient...

 

 

Post scriptum 2

 

Lire aussi : « L’intox vient de Générations Futures, pas des aliments » (joli titre!).

 

https://www.facebook.com/LeBunkerD/posts/1910533895878494

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
"L'utopie a changé de sens. Les utopistes aujourd'hui sont ceux qui croient qu'on peut continuer comme avant." Cette réflexion est de Pablo Servigne co-auteur du livre "Comment tout peut s'effondrer".
Au niveau de son agriculture on peut dire que l’homme a un problème avec la nature. l'INRA parle "d'émergence de résistances aux pesticides chez certains bio-agresseurs." L’exemple des adventices qui résistent au glyphosate est le fait révélateur que, dans son COMBAT CONTRE LA NATURE, l’homme a perdu la bataille et que la nature est plus forte. Dans les pays comme l'Argentine, le Brésil, les Etats-Unis et bientôt en Europe, le céréalier doit doubler voir tripler les doses de Glyphosate pour la même efficacité de destruction des adventices. Sans compter le coût sans cesse croissant du poste traitement des cultures, les concentrations de Round-up dans le sol et les nappes vont devenir problématiques. Devant ce fait avéré que faut-il faire ? Continuer dans la fuite en avant en créant d'autres molécules pour lesquelles les adventices seront à nouveau résistantes ?
L'homme moderne, qu'il le veuille ou non, devra accepter son impuissance face aux éléments naturels. Le plus grand défi que nous allons devoir relever en ce 21° siècle c'est apprendre à VIVRE AVEC LA NATURE.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Mais peut-être faut-il remplacer « croyants » par « trompés ».
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Et merci pour la citation. C'est à méditer :

http://partages.overblog.com/2015/05/tout-va-s-effondrer-alors-preparons-la-suite.html

Pour ce qui concerne l'agriculture, « Les utopistes aujourd'hui sont ceux qui croient qu'on peut continuer comme avant » s'applique bien aux thuriféraires de l'agriculture dite biologique et de l'« agroécologie » entendue comme théorie qui rejette un certain nombre de technologies.

Vous avez entièrement raison d'écrire : « Au niveau de son agriculture on peut dire que l’homme a un problème avec la nature. » L'Homme a toujours eu ce problème qui relève de la course poursuite du gendarme contre le voleur. Ce problème se résout par notre inventivité et notre ingéniosité.

L'INRA ? Celle que vous voyez et entendez a malheureusement quitté le champ de la science et de la technologie (agronomie pour l'essentiel) pour tomber dans l'idéologie et la bien-pensance. « "...émergence de résistances aux pesticides chez certains bio-agresseurs » ? C'est un phénomène naturel qui ne date pas d'hier. Et non, ce n'est pas la nature la plus forte, au moins dans la grande majorité des cas, mais notre capacité de réponse et d'adaptation.

Des plantes résistantes sont apparues dans plusieurs endroits du monde, y compris en France. Ce n'est directement lié aux OGM. Mais c'est un problème pour les cultures GM tolérant le glyphosate qui se résout en combattant les mauvaises herbes résistantes d'une autre manière (rotations différentes, désherbage mécanique, herbicides différents).

Je vois souvent la thèse du doublement ou du triplement des doses. Mais, bizarrement, rarement dans la littérature qui n'est pas teintée d'idéologie. En fait, quand il y a une vraie résistance, le produit ne marche plus... du tout.

Le glyphosate n'est pas un problème, ni dans les sols, ni dans l'eau (il y a des articles sur la question de l'eau sur ce site).

Pour conclure, ma philosophie est la contraire de la vôtre (largement propagée, hélas). Ce que d'aucuns appellent « fuite en avant » est la merveilleuse réponse de l'Homme aux défis qui lui sont imposés ou qu'il s'impose. « ...apprendre à vivre avec la nature » ? Oui, bien sûr. Mais en déployant opportunément notre ingéniosité, pas en lorgnant sur le prétendu « bon vieux temps ».
Y
zéroges vous dites:
Dans les pays comme l'Argentine, le Brésil, les Etats-Unis et bientôt en Europe, le céréalier doit doubler voir tripler les doses de Glyphosate pour la même efficacité de destruction des adventices.
Là encore vous faite partie des "croyants" qui répètent toujours les mêmes bétises. Pour info , même répété 10 000 fois cela restera une énorme connerie dès que l'on a un minimum de compétence en agronomie (et c'est donc clairement pas du tout votre cas).
Les misent en place de résistance par la nature sont permanentent. C'est le travail habituel de tous les agro de gérer ce fait biologique normale et naturel.(pour les antibiotiques c'est la même chose et vous ne demander pas la suppression de l'utilisation des antibiotiques pour autant??)
Pour la bétise absolue de l'affirmation ci dessus: si une plante devient résistante a une famille chimique, il ne sert a rien d'augmenter les doses (et donc cela n'est jamais fais car connue de tous ceux qui cultives avec un minimum de compétence). Si la plante est devenue résistante aune dose X elle le sera toujours même si vous augmenter la dose indéfiniment.
Encore et toujours ces arguments qui n'ont aucun sens pour ceux qui savent de quoi ils parlent, mais que des croyants idéologiques répète indéfiniment quand même, malgré le nombres d'explications qu'on leur donne. Je ne croyait pas a la baisse du QI moyen , mais a force d'écouté tous les "éclairé" du net qui confondent toujours l'accès aux connaissances et avec l'accès aux compétence un doute s'installe. Ce qui est sure c'est que le niveau scientifique français (et surtout des médias) est vraiment faible.