Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Éliminer le double standard dans la perception des pesticides en conventionnel et en bio

16 Août 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agriculture biologique, #Activisme

Éliminer le double standard dans la perception des pesticides en conventionnel et en bio

 

Ryan Tipps*

 

 

L'alliance objective du business du bio et du business de la peur

 

 

Si vous ne faites rien d'autre après avoir lu cet article, n'oubliez pas de laver vos fruits et légumes, qu'ils proviennent d'une ferme conventionnelle, d'une ferme bio ou de votre propre jardin.

 

Car voici l'information que des organisations telles que l'Environmental Working Group et Moms Across America souhaitent étouffer : presque tous les agriculteurs utilisent des pesticides – peu importe qu'ils exploitent une ferme conventionnelle ou biologique [ma note : pour la liste des produits phytosanitaires utilisables en agriculture biologique, voir par exemple ici]. Ce pesticide peut être un herbicide, un fongicide, un insecticide, etc., mais il est d'usage aussi fréquent dans les vergers de pommes que dans les champs de maïs. Les produits de protection des plantes contribuent à rendre l'agriculture gérable par une main-d'œuvre en diminution et à maintenir une qualité constante de nos aliments.

 

Des groupes d'activistes publient régulièrement des listes et des avertissements sur la présence de glyphosate dans votre nourriture – si vous ne connaissez pas ce produit chimique, peut-être que vous comprendrez mieux si je dis : « glyphosate de Monsanto », parce que c'est quasiment toujours comme cela que les activistes alarmistes de la nourriture naturelle le désignent. (Avis de l'initié : le glyphosate est hors brevet, dans le domaine public, depuis 2000, et il est donc produit maintenant par plusieurs entreprises.)

 

Ce que ces groupes ignorent, ce sont les rapports de l'USDA qui montrent que même les produits bio contiennent des résidus de pesticides [ma note : pour la situation en Europe, voir ici et, pour les résultats détaillées, ici] – certains sont des pesticides de synthèse et certains, comme le Spinosad, sont approuvés pour des utilisations en bio. Mais ne vous inquiétez pas, car les données de l'USDA [ma note : et de l'EFSA] montrent des niveaux sûrs pour la consommation des produits tant conventionnels que biologiques.

 

Il est à noter que lorsque nous disons que de nombreux produits biologiques contiennent des résidus, souvent, les agriculteurs américains ne sont pas responsables. Un pourcentage massif de produits biologiques consommés en Amérique est importé, la Chine et la Turquie étant les principales sources d'approvisionnement. Et il n'est pas rare que des médias traditionnels comme le Washington Post ou NPR notent que les agriculteurs de ces pays contournent les règles de manière importante (en fait, appelons un chat un chat : ils enfreignent les règles) pour obtenir le logo du bio.

 

Avez-vous vraiment plus confiance dans les haricots « bio » que vous avez obtenus de la Turquie que dans les conventionnels produits ici aux États-Unis ?

 

Il n'est pas très surprenant que les États-Unis se tournent vers l'étranger pour répondre à la demande en bio. L'unité de l'USDA qui supervise les produits biologiques est le Service de la Commercialisation des Produits Agricoles. Pas le Service de la Sécurité alimentaire et de l'Inspection des Aliments ou l'aile environnementale de l'agence – c'est le côté commercial. Rien que cela fait que le Programme National Bio est plus artificiel que rationnel.

 

Voici les éléments de base : la raison pour laquelle tant d'agriculteurs conventionnels sont frustrés par le battage médiatique sur le bio – et la montée massive de l'investissement qu'y consacre le gouvernement – est triple :

 

  • Les rendements sont moins élevés (généralement beaucoup moins) pour les produits biologiques, et il faut donc plus de surfaces pour maintenir les quantités. Plus de terres pour l'agriculture signifie plus de destruction des habitats et une diminution de la biodiversité de la nation.

     

  • Les pesticides utilisés dans l'agriculture biologique, bien que toxiques, sont moins efficaces que les pesticides de synthèse, ce qui nécessite donc souvent davantage de traitements. Cela signifie plus de risques de ruissellement et plus de passages de tracteur et de pulvérisateur dans le champ, ce qui augmente l'empreinte carbone de la ferme.

     

  • S'agissant d'empreinte carbone, le travail du sol est un outil beaucoup plus utilisé dans en agriculture biologique pour supprimer les mauvaises herbes, et l'exposition du sol détruit ainsi le carbone organique et libère du dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Les agriculteurs conventionnels, avec l'aide du Service de Conservation des Ressources Naturelles, ont fait d'énormes progrès dans le sans-labour et l'utilisation des techniques de conservation.

 

Cela ne dit encore rien des aspects plus spécifiquement agricoles de l'agriculture biologique tels que l'utilisation de fumier, qui peut contenir des agents pathogènes s'il n'est pas correctement décomposé ou s'il est appliqué trop près de la date de récolte. Cet article ne portera pas non plus de critique sur les tactiques de commercialisation des gros bonnets de l'industrie du bio, de ceux dont les intérêts financiers dans l'industrie dictent les positions.

 

Il s'agit ici des agriculteurs. Mieux encore, des agriculteurs américains. (Les gens de la nation plus au nord sont aussi sympas). Bien que la sécurité alimentaire soit souvent dépeinte dans les médias en tant que problème de chimie, c'est bien plus que cela – c'est également une question de dangers biologiques et physiques. (C'est pourquoi il est important de laver aussi les produits du jardin.)

 

La tactique activiste consistant à tester 10 produits pour le glyphosate – en particulier avec des méthodes gardées confidentielles et des recherches non examinées par des pairs – ne devrait pas changer le monde. Mais, à certains égards, cela change les choses, à cause des perceptions. Les gens peuvent se trouver en train d'écouter un petit segment d'activisme qui est ensuite amplifié par les réseaux sociaux. Ils oublient les agriculteurs touchés par le négativisme, ceux qui croient en ce qu'ils font et pourquoi ils le font ; de leurs rendements à la protection de leurs terres agricoles et à leur empreinte carbone, ils estiment qu'ils font ce qui est le mieux pour les familles américaines.

 

Les États-Unis sont un grand pays avec de fortes exigences. Quasiment tous nos produits alimentaires sont traités et protégés d'une manière ou d'une autre, que ce soit par emballage ou assemblage, ou autre chose. Manger des produits du rayon des fruits et légumes de votre épicerie, ou du marché, ne vous fera jamais de mal.

 

Assurez-vous simplement de les laver d'abord.

 

________________

 

* Source : https://www.agdaily.com/crops/opinion-eliminate-double-standard-conventional-organic-pesticide-perceptions/

 

 

Marketing agressif, dénigrant...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
" <br /> <br /> Les pesticides utilisés dans l'agriculture biologique, bien que toxiques, sont moins efficaces que les pesticides de synthèse, ce qui nécessite donc souvent davantage de traitements. Cela signifie plus de risques de ruissellement et plus de passages de tracteur et de pulvérisateur dans le champ, ce qui augmente l'empreinte carbone de la ferme."<br /> <br /> mieux vaut encore pouvoir lire ce genre d'inepties plutôt que d’être aveugle ; mais seppi serait bien réellement aveugle au point de ne pas voir correctement comment fonctionne réellement l’agriculture biologique, dans le cas contraire ce super lobbyiste se complait simplement dans le bobard anti BIO<br /> comme à son habitude.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour vos « commentaires ».<br /> <br /> C'est à leur aune qu'on peut mesurer l'ampleur de la tâche qui consiste à rétablir le bon sens et la rationalité dans la société française.<br /> <br /> Mais peut-être vous laisserez-vous convaincre par un viticulteur du Gard qui fut en bio avant de jeter l'éponge.<br /> <br /> C'est une vidéo. Pas besoin de savoir lire. Et, en plus, c'est de France 3, pas vraiment connu pour être vendu aux marchands de... comment dites-vous déjà ?<br /> <br /> http://alerte-environnement.fr/2017/09/01/le-bio-cest-ecolo/<br />