Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Baisse du QI : oh, la belle intox ! » sur Stop Intox – Le correcteur d'infos

31 Août 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Perturbateurs endocriniens

« Baisse du QI : oh, la belle intox ! » sur Stop Intox – Le correcteur d'infos

 

Glané sur la toile 173

 

 

« Lundi 27 mars, une étude sur la baisse des QI moyens dans les différents pays européens a été amplement relayée dans la presse ainsi que sur de nombreux sites d’informations. Elle place la France en tête des pays qui aurait perdu le plus de points de QI en 10 ans. Publiée il y a deux ans, cette étude était passée inaperçue, jusqu’à ce qu’un article du Monde ainsi que de nombreux autres titres la relaient et l’appuient, indiquant que cette diminution de QI serait essentiellement liée à une exposition aux perturbateurs endocriniens. »

 

Avec « Baisse du QI : oh, la belle intox ! », M. Pascal Perri nous propose un décryptage de « Le cerveau assiégé par les perturbateurs endocriniens » de – vous l'aurez deviné – Stéphane Foucart. Ce dernier a été publié le 20 juin 2016 sur la toile ; M. Perri a donc fait de l'archéologie.

 

Derrière cet article du Monde, il y a « A negative Flynn Effect in France, 1999 to 2008–9 » d'Edward Dutton et Richard Lynn.

 

Dans son article, M. Foucart écrit :

 

« Ce genre de travaux essuie généralement un haussement d’épaules ou un revers de main. D’autant plus qu’en l’occurrence les auteurs ont fondé leurs calculs sur un petit échantillon de quatre-vingts personnes. Mais, à bien y regarder, l’étude des deux chercheurs britanniques mérite au contraire toute notre attention. »

 

Et M. Perri rétorque :

 

« L’étude en question fait état d’une baisse de 3,8 points de QI chez les Français, entre 1999 et 2008. Elle a été publiée il y a 2 ans par Richard Lynn, psychologue britannique connu pour ses points de vue racialistes. […]

 

Richard Lynn donne des conférences dans les milieux américains d’extrême droite pour prouver la supériorité de la race blanche sur la race noire, ou encore du QI des hommes sur celui des femmes. […] »

 

Mais il y a encore plus fort dans la démolition :

 

« […] Deuxièmement, l’implication des perturbateurs endocriniens comme responsables de la baisse de QI (qui n’existe pas) n’est mentionnée à aucun moment. Le journaliste du Monde a-t-il confondu un mot avec un autre ?

 

[...]

 

Un journaliste, certainement engagé contre les perturbateurs endocriniens, a utilisé une étude non scientifique pour appuyer sa pensée. [...] »

 

Cela vaut la peine de se pencher sur l'article « scientifique » – en se bouchant le nez. Les deux auteurs avancent des explications possibles de la baisse alléguée du QI. Ils évoquent une baisse de la qualité de l'alimentation, pour l'écarter. Puis une baisse de la qualité de l'enseignement et une baisse de la lecture de la « littérature sérieuse (c'est-à-dire des fictions littéraires) », pour les écarter aussi. Il reste donc :

 

« Troisièmement, il se pourrait que l'augmentation du nombre d'immigrants ayant des QI inférieurs dans la population française puisse expliquer le déclin. Cette augmentation s'est produite dans toute l'Europe occidentale et un certain nombre d'études ont montré que les immigrants d'Afrique du Nord et du sud-ouest de l'Asie ont généralement un QI moyen d'environ 85 à 90 (Lynn, 2006, 2008; Lynn & Vanhanen, 2012; Rindermann & Thompson, 2014 […]. »

 

Et :

 

« Le quatrième facteur qui aurait pu contribuer au déclin de l'intelligence est la fertilité dysgénique, c'est-à-dire l'association négative entre l'intelligence et le nombre d'enfants présente depuis environ un siècle dans plusieurs pays économiquement développés et analysée dans Lynn (2011) et confirmée au Danemark (Nyborg, 2012), en Finlande (Dutton, 2012) et aux États-Unis (Meisenberg, 2014). »

 

Cet article « scientifique » a servi à M. Foucart d'introduction à un dithyrambe de l'ouvrage de Mme Barbara Demeneix, « Le Cerveau endommagé », suivi d'une bordée contre la Commission Européenne coupable, à ses yeux, de « faillite réglementaire » sur le dossier des perturbateurs endocriniens.

 

Du billard à trois bandes : une étude « scientifique » qui conclut à une baisse du QI ; un ouvrage qui incrimine les perturbateurs endocriniens, avec un alarmisme certain ; le message socio-politique

 

Nous découvrons sur la toile que le Monde a sélectionné cet article dans la Matinale du 19 juin 2017. Mme Demeneix l'a mis en lien sur son blog. On ose espérer que cela ne vaut pas apologie des thèses de M. Richar Lynn.

 

Allez, pour la route :

 

« Je pense que la seule solution réside dans la dissolution des États-Unis. Les Noirs et les Hispaniques sont concentrés dans le sud-ouest, le sud-est et l'est, mais le nord-ouest et le nord-est, le Maine, le Vermont et l'État de New York ont une forte prédominance de blancs. Je crois que ces États à prédominance blanche devraient déclarer l'indépendance et la sécession de l'Union. Ils imposeraient alors des contrôles stricts aux frontières et fourniraient une aide sociale minimum, qui serait limitée aux citoyens. Si cela était fait, la civilisation blanche survivrait dans cette poignée d'états. »

 

Interview non datée avec le magazine fasciste Right Now !

 

 

 

« Pour que le processus évolutif puisse prodiguer ses avantages, il doit être autorisé à fonctionner efficacement. Cela signifie que les sociétés incompétentes doivent être autorisées à aller dans le mur... Ce qui est préconisé ici n'est pas le génocide, le meurtre des populations de cultures incompétentes. Mais nous devons penser de manière réaliste en termes "d'élimination progressive" de ces peuples. Si le monde doit évoluer vers de meilleurs êtres humains, alors évidemment quelqu'un doit faire place à eux, sinon nous serions tous surpeuplés. Après tout, quatre-vingt-dix-huit pour cent des espèces connues des zoologistes sont éteintes. Le progrès évolutif signifie l'extinction des moins compétents. Penser autrement n'est que sentimentalité. »

 

Recension de A New Morality from Science: Beyondism, 1974, Raymond Cattell

 

 

Complément de ce jour

 

M. Gil Rivière-Wekstein a évoqué -- semble-t-il le premier -- ce qu'il convient d'appeler un scandale le 23 août 2017 sur RMC.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Herrbach 01/09/2017 16:02

"Elle place la France en tête des pays qui aurait perdu le plus de points de QI en 10 ans. "

Autre hypothèse : l'influence de la télévision et de ses programmes décervelants.

Seppi 07/09/2017 14:18

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Non, il n'y a pas à chercher des explications pour quelque chose qui n'a pas du tout été démontré.

L'étude que certains médias ont complaisamment rapportée et qui a été utilisée de manière scandaleuse par un journaliste du Monde bien connu pour son militantisme pour faire avancer ses thèses militantes ne vaut pas un clou. Et quand on connaît le pedigree de ses auteurs...