Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un médecin élève un meilleur bétail pour l'Afrique

21 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage, #Afrique

Un médecin élève un meilleur bétail pour l'Afrique

 

Verenardo Meeme*

 

 

 

 

Lorsque le Dr Baker Bakashaba a obtenu son diplôme de la faculté de médecine de l'Université de Makerere en Ouganda en 2014, un ami proche de la famille lui a offert une vache.

 

Ce cadeau généreux a ravivé le désir de M. Bakashaba de se lancer dans l'élevage de bétail dans sa maison rurale de l'ouest de l'Ouganda. Motivé par ce geste généreux et par le passé agricole de sa famille, il a fondé Novine Farm. Six ans plus tard, il est l'un des petits éleveurs de bétail les plus prospères d'Afrique de l'Est.

 

Selon le Bureau Interafricain des Ressources Animales de l'Union Africaine (AU-IBAR), les ressources animales sont des atouts essentiels qui soutiennent les moyens de subsistance de nombreuses communautés rurales et pastorales en Afrique, mais leur plein potentiel n'est pas encore réalisé sur tout le continent. De nombreux éleveurs traditionnels d'Afrique sont aux prises avec des problèmes de production animale et de nombreuses maladies, ainsi qu'avec un accès limité à l'information et aux services de vulgarisation.

 

L'AU-IBAR s'efforce maintenant de remédier à cette situation. Il aide les éleveurs traditionnels et les futurs éleveurs comme Bakashaba à transformer le secteur animal africain en donnant la priorité à la santé animale – y compris aux nouvelles informations sur la génétique –, à la production, au commerce et au marketing. Le plan stratégique quinquennal de l'agence consolide les réalisations dans le domaine de l'élevage et de la pêche afin de renforcer les travaux sur l'apiculture, la faune sauvage, la gestion des ressources naturelles et le changement climatique dans le but d'accroître les revenus ruraux et de réduire la dépendance du continent à l'égard des produits animaux importés.

 

Lorsque Bakashaba, un père de deux enfants de 35 ans, a créé Novine Farm, son objectif était d'ajouter au moins une vache par mois à son cheptel, en achetant des races locales et en les engraissant pendant trois mois avant de les vendre pour acheter des races améliorées.

 

Aujourd'hui, il possède plus de 150 vaches, dont des frisonnes et des croisements laitiers, et quelques bovins indigènes à longues cornes (Ankore) qu'il élève pour leur beauté et pour des raisons culturelles, ainsi que des chèvres et des moutons.

 

« Quelques-uns de mes animaux ont une valeur sentimentale », dit-il. « Je ne les trais même pas. Leur production laitière est faible, mais de grande qualité, avec une teneur en matière grasse et une valeur nutritionnelle élevées. Elles sont également résistantes aux maladies et faciles à élever. »

 

Bakashaba produit également des bananes sur deux des 80 hectares que sa famille exploite.

 

« J'ai grandi à la ferme et j'ai acquis de l'expérience auprès de mes parents et de mes collègues agriculteurs, ainsi que des informations provenant de plate-formes numériques sur les meilleures méthodes agricoles et sur la manière de contrôler les maladies du bétail pour améliorer mes races de bétail », explique M. Bakashaba, qui pratique toujours la médecine et est le chef de projet du projet global de contrôle du VIH/sida dans le nord-est de l'Ouganda. Il passe régulièrement du temps à superviser les activités de sa ferme et dispose de bons ouvriers qui surveillent et nourrissent son bétail.

 

Le Dr Baker Bakashaba produit également des bananes dans la ferme familiale de l'ouest de l'Ouganda. Image : Baker Bakashaba

 

 

Défis

 

Le plus grand défi auquel les éleveurs sont souvent confrontés est la mauvaise qualité des médicaments vétérinaires utilisés pour traiter les maladies animales. La fièvre de la côte est (FCE) et les anaplasmoses constituent une menace pour la production animale, tout comme les tiques qui résistent aux médicaments malgré les pulvérisations constantes, note M. Bakashaba.

 

Le coût élevé des traitements érode la quête de création de richesse par l'élevage. L'imprévisibilité des conditions météorologiques et le changement climatique, qui entraîne des sécheresses extrêmes, ont également un impact sur le bétail, explique M. Bakashaba, qui se souvient des années 2016-2017, années de sécheresse au cours desquelles il a vu la production de lait et de viande bovine chuter de manière significative.

 

Les fermetures occasionnelles de marchés dues à des épidémies de fièvre aphteuse limitent l'accès aux acheteurs. Les interactions entre les animaux propagent la maladie sur les marchés locaux, mais les éleveurs doivent pouvoir commercer librement, dit-il.

 

« Nous vivons avec ces maladies du bétail depuis bien trop longtemps », dit M. Bakashaba. « Nous vaccinons le bétail en Ouganda ; cependant, de l'autre côté de la frontière, on ne met pas beaucoup l'accent sur la vaccination, d'où la difficulté de contrôler les maladies dans le commerce transfrontalier du bétail et la recherche de pâturages. Nous avons besoin d'interventions durables pour arrêter la propagation des maladies grâce à des technologies innovantes développées par les scientifiques afin d'accroître la richesse des petits éleveurs. »

 

Les défis auxquels M. Bakashaba est confronté sont des problèmes courants en Afrique. Une étude intitulée « Perceptions and practices among Zambian sheep and goat traders concerning small ruminant health diseases » (perceptions et pratiques des commerçants zambiens d'ovins et de caprins concernant les maladies des petits ruminants), publiée en juin par la revue PlosOne, révèle que le commerce des animaux et la production animale sont un facteur clé de la transmission des maladies infectieuses en Zambie.

 

Les éleveurs africains sont également confrontés aux problèmes liés à la faiblesse des infrastructures rurales, au manque de compétences techniques en matière de pratiques d'élevage et à l'accès limité aux services vétérinaires et d'insémination artificielle (IA).

 

 

Opportunités

 

Du côté positif, il existe un marché du bétail en pleine expansion en Ouganda et en Afrique de l'Est et M. Bakashaba reçoit des commandes en provenance de l'autre côté de la frontière. Outre la production de lait frais et de peaux, les opportunités résident dans les produits à valeur ajoutée, notamment le lait pasteurisé et le fromage, qui ont une longue durée de conservation.

 

M. Bakashaba demande instamment aux scientifiques d'intervenir pour aider à l'éradication des maladies, notamment par des solutions spécifiques à la région, et de garantir un meilleur accès aux laboratoires qui effectuent des tests vétérinaires.

 

« En tant que médecin, je recommande de procéder à des tests de laboratoire pour les maladies avant de poser un diagnostic. Cependant, dans le secteur de l'élevage, nous avons eu beaucoup de traitements sans diagnostic approprié, ce qui a conduit à des problèmes tels que l'utilisation abusive d'antibiotiques », explique-t-il.

 

 

Le Dr. Baker Bakashaba conduit son bétail dans l'ouest de l'Ouganda. Image : Baker Bakashaba

 

 

Pendant ce temps, les scientifiques ont publié une nouvelle étude qui a déployé des outils avancés pour retracer 1.000 ans d'élevage pastoral de bétail africain. Ils ont annoncé la découverte d'un nouvel ensemble détaillé de marqueurs génétiques et d'informations sur le bétail africain associés à des caractéristiques précieuses, telles que la capacité à survivre à une chaleur étouffante, la tolérance à la sécheresse, la capacité à contrôler l'inflammation et les infestations de tiques, et la résistance inhérente aux maladies dévastatrices du bétail, notamment la trypanosomiase.

 

L'étude complète la stratégie de l'AU-IBAR visant à promouvoir des politiques cohérentes pour le développement des ressources animales en Afrique.

 

 

Génétique

 

Les résultats, publiés dans le numéro d'octobre de Nature Genetics, sont le fruit d'une collaboration entre les scientifiques de l'Institut International de Recherche sur l'Élevage (ILRI), basé à Addis-Abeba et à Nairobi, entre autres partenaires, pour séquencer les génomes de 172 bovins indigènes

 

L'étude a cherché à savoir comment – après avoir passé des milliers d'années confiné dans une mosaïque de sous-régions en Afrique – le bétail a rapidement évolué au cours des derniers millénaires avec des caractéristiques qui lui ont permis de prospérer à travers le continent.

 

Les travaux de séquençage du génome ont permis de prouver que les pasteurs indigènes ont commencé à élever du bétail asiatique, connu sous le nom de zébu, avec des races locales de bovins connues sous le nom de taurine. En particulier, le zébu présentait des caractéristiques qui permettaient au bétail de survivre dans les climats chauds et secs typiques de la Corne de l'Afrique.

 

Mais en croisant les deux, les nouveaux animaux qui sont apparus ont également conservé la capacité des taurines à supporter des climats humides où les maladies vectorielles telles que la trypanosomiase sont courantes.

 

« Nous pensons que ces connaissances peuvent être utilisées pour produire une nouvelle génération de bovins africains qui présentent certaines des qualités du bétail européen et américain, qui produisent plus de lait et de viande par animal, mais avec la riche mosaïque de traits qui rendent les bovins africains plus résistants et durables », déclare Olivier Hanotte, scientifique principal à l'ILRI.

 

M. Bakashaba salue cette recherche, en faisant remarquer qu'il serait beaucoup moins coûteux de traiter les animaux si le gouvernement et le secteur privé collaboraient avec les scientifiques pour aider à accélérer la compréhension de la production animale.

 

Bien que la plupart des éleveurs de bétail africains aient gardé des troupeaux dans le cadre d'une tradition culturelle, les agriculteurs sont maintenant en train de passer à des races hybrides, encouragés par de meilleures technologies, l'éducation et des interventions fondées sur des preuves.

 

La recherche axée à la fois sur les races exotiques et les hybrides est utile aux petits exploitants pour s'assurer que personne n'est laissé pour compte, note M. Bakashaba.

 

« Le bétail – en particulier les bovins – peut être controversé, mais sans lui, des millions de personnes en Afrique auraient été obligées de chasser la faune sauvage pour obtenir des protéines », explique Ally Okeyo Mwai, co-auteur de l'étude et scientifique qui dirige le programme de l'ILRI sur les gains génétiques des bovins laitiers africains. « Cela aurait été dévastateur pour l'environnement africain et son incroyable diversité d'espèces sauvages. »

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/10/doctor-breeds-better-livestock-for-africa/

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article