Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'Africa Science Media Centre va combler le fossé entre les scientifiques et les journalistes

20 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique

L'Africa Science Media Centre va combler le fossé entre les scientifiques et les journalistes

 

John Agaba*

 

 

Un médecin sud-africain regarde à travers un microscope opératoire. Shutterstock/Mark Fisher

 

 

Science Africa, une maison de presse basée à Nairobi et spécialisée dans le journalisme scientifique et sanitaire sur le continent, a lancé hier l'Africa Science Media Centre (AfriSMC) pour aider à partager des nouvelles scientifiques et technologiques précises dans la région.

 

« L'Africa Science Media Centre est une opportunité unique pour l'Afrique car il contribuera à l'amélioration du journalisme scientifique sur le continent », a déclaré Daniel Otunge, directeur exécutif adjoint de Science Africa et directeur de l'AfriSMC. « L'objectif du Centre est d'améliorer la précision et l'efficacité des reportages scientifiques en s'assurant que les journalistes ont accès à des avis d'experts sur les questions scientifiques émergentes et que les scientifiques ont accès à des journalistes scientifiques pour les aider à raconter leur histoire.'

 

La journaliste scientifique ougandaise Vivian Agaba fait partie des journalistes qui se félicitent de la création de l'AfriSMC. « C'est une très bonne initiative », a-t-elle déclaré. « Il sera beaucoup plus facile d'accéder aux scientifiques et aux autres experts. »

 

« Couvrir la science en Afrique peut être très délicat », a expliqué Vivian Agaba. « De nombreux scientifiques ne font pas vraiment confiance aux journalistes pour écrire des articles scientifiques les citant correctement – et à juste titre, car peu de reporters [ici] ont réellement les compétences nécessaires pour enquêter et écrire un article scientifique précis. »

 

« Il y a beaucoup de défis auxquels les journalistes sont confrontés en Afrique lorsqu'ils essaient de communiquer des informations scientifiques au public », a déclaré Otula Owuor, président d'AfriSMC. « Les journalistes veulent rapporter des informations de dernière minute, mais ils ne peuvent pas obtenir [en temps utile] l'accès aux experts qui peuvent réellement leur donner la bonne information. »

 

« Nous avons également remarqué des difficultés en termes de précision des articles scientifiques publiés sur le continent », a ajouté M. Owuor. « Il y a beaucoup de mythes qui sont publiés comme des vérités ».

 

L'AfriSMC est considéré comme un moyen de contribuer à éviter ces inexactitudes et ces fausses nouvelles sur le continent.

 

L'AfriSMC ne fera pas nécessairement concurrence au travail de Science Africa ni ne le reproduira. Il sera plutôt un autre véhicule que Science Africa peut utiliser pour faciliter un « débat public informé » sur la science, la technologie et les innovations [STI] sur le continent.

 

« Science Africa est comme le parent du Science Media Center en Afrique », a expliqué M. Otunge. « Science Africa nourrira AfriSMC jusqu'à sa maturité ».

 

L'AfriSMC travaillera avec les médias, les scientifiques, les académies des sciences, les instituts de recherche et les autres associations médicales du continent pour améliorer la consommation d'informations scientifiques précises dans la région, a déclaré M. Otunge. Il travaillera également avec d'autres organisations régionales pertinentes, les agences des Nations Unies, les universités, l'industrie et le gouvernement pour promouvoir une couverture scientifique objective et efficace.

 

Il mettra en relation les journalistes avec les scientifiques et vice-versa afin de générer et de diffuser des informations scientifiques précises sur le continent.

 

L'AfriSMC est le premier de son genre sur le continent africain, mais pas sur le globe.

 

Un Centre de la Science et des Médias (CSM) est comme une franchise, a déclaré M. Otunge. Le premier CSM a été créé au Royaume-Uni en 2002, dans un contexte de méfiance croissante du public envers la science, après une frénésie de reportages inexacts dans les médias sur les vaccins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), l'autisme et les cultures génétiquement modifiées.

 

D'autres CSM ont été créés en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada, en Allemagne, aux États-Unis et en Malaisie. Seule l'Afrique était à la traîne [ma note : et la France...].

 

Comme les autres CSM dans le monde, l'AfriSMC couvrira tous les domaines scientifiques, notamment la santé, le changement climatique, l'agriculture et l'ingénierie, a déclaré M. Otunge. Il mettra en relation les journalistes avec les scientifiques afin que les reporters puissent raconter des histoires scientifiques « exactes ». Il fournira également des conseils d'experts et des preuves sur les questions relatives à la science dans les médias et produira des fiches d'information et des guides faciles à utiliser.

 

« L'objectif est de fournir une plate-forme régulière et crédible aux scientifiques pour qu'ils puissent partager avec les journalistes des informations sur les questions scientifiques émergentes et en développement, afin de soutenir un reportage efficace qui permettra au public de mieux comprendre la science et de lui faire confiance en tant qu'outil indispensable au développement », a déclaré M. Otunge.

 

« Nous organiserons des briefings pour les médias sur les questions de santé et de science qui sont d'actualité, au cours desquels des experts s'adresseront aux journalistes », a-t-il déclaré. « Nous en avons vraiment besoin pour nous assurer que la science est vraiment bien gérée en Afrique. »

 

Le centre va démarrer ses activités avec un webinaire destiné aux médias le 25 novembre, au cours duquel le professeur Omu Anzala, virologue et immunologiste de l'Université de Nairobi, discutera de la deuxième vague du vaccin contre la Covid-19.

 

Bien que basé à Nairobi, l'AfriSMC vise à étendre sa portée à toute l'Afrique.

 

« Aucun pays ne s'est développé sans intégrer la science, la technologie et l'innovation dans son programme de développement », a déclaré M. Otunge. « Et la meilleure façon de commencer est de s'assurer que le public reçoit les bonnes informations, que les politiques que nous élaborons sont fondées sur des faits. Nous avons besoin d'informations scientifiques précises sur le continent africain. »

 

Daniel Aghan, directeur de la Conférence Africaine des Journalistes Scientifiques, où le lancement a été annoncé, a déclaré que l'Africa Science Media Centre sera utile pour combler un fossé « dangereux » entre les journalistes et les scientifiques sur le continent.

 

« Il y a une notion [ici] selon laquelle les scientifiques sont plus importants que les journalistes. Le SMC va essayer de combler ce fossé », a déclaré M. Aghan. « Nous [les scientifiques et les journalistes] devons réaliser que nous sommes des partenaires. La relation entre les scientifiques et les journalistes doit être symbiotique si nous voulons partager des informations scientifiques précises ».

 

Kathryn Toure, directrice régionale pour l'Afrique orientale et australe au Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI), a appelé à « l'équité entre les sexes » alors que l'Africa Science Media Centre se lance dans la promotion de la couverture d'informations scientifiques précises et efficaces sur le continent.

 

______________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/11/africa-science-media-centre-to-bridge-gap-between-scientists-and-journalists/

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Justin 20/11/2020 18:40

Rien à voir :

Au sujet du "doc" sur la pollution en Bretagne sur France 5

https://mobile.twitter.com/SergeZaka/status/1329488668751519747

PS : petite erreur sur les haies qui aggravent la pollution mais c'est intéressant de voir une nouvelle fois que nous avons une TV poubelle