Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un panorama des défis de la politique agricole dans Réussir avec M. Julien Denormandie...

13 Octobre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Politique, #Activisme

Un panorama des défis de la politique agricole dans Réussir avec M. Julien Denormandie...

 

...et une réponse indirecte à M. Yannick Jadot

 

Glané sur la toile 589

 

 

(Source)

 

 

C'est « [INTERVIEW] RIP, viande végétale, PAC, retenues d'eau : le ministre de l'Agriculture prend position », dans Réussir.

 

C'est évidemment à lire. On appréciera tant la clarté du propos – quel changement par rapport au précédent titulaire du poste... –, que la vision.

 

En résumé : la tâche est immense, reflet des défis actuels et de la gabegie passée.

 

L'entretien s'ouvre fort justement sur la question de la démographie agricole.

 

 

(Source)

 

 

Nous avons l'embarras du choix pour l'aguiche. Voici un extrait :

 

« Comment comptez-vous faciliter les projets de retenues d'eau ?

 

Les conflits autour de l'usage de l'eau sont vieux comme le monde. Sur ce sujet, je le dis clairement : les agriculteurs ont besoin d'eau. Il faut donc optimiser sa gestion. La seule façon de le faire est d'accélérer la construction de stockages d'eau, individuels mais aussi collectifs, et de le faire dans la concertation. Dans le cadre de ces concertations, le point problématique est souvent la question de la répartition du débit et du volume d'eau qui peut être prélevé. C'est pour cette raison que nous allons prendre prochainement un décret pour clarifier les règles.

 

Deuxième élément : il faut avoir une approche territoriale où l'on met tout le monde autour de la table. La mise en place d'un stockage d'eau fait l'objet de nombreuses discussions en amont mais finalement assez peu après. Preuve que généralement, une fois qu'il est construit, il est bien géré et pose peu de problèmes. Il faut donc lever les craintes avant, par le biais de la concertation. Néanmoins, celle-ci ne doit pas durer huit à dix ans comme c'est trop souvent le cas aujourd'hui. Cela génère des crispations. Le décret sur le débit d'eau doit ainsi permettre d'accélérer cette prise de décision. »

 

C'est une réponse indirecte à l'une des dernières « jadotades » sur l'eau et l'agriculture.

 

L'équation « pas d'eau = pas d'agriculture » est peut-être difficile à comprendre...

 

Cette vidéo a dû être produite en soutien à une manifestation contre les « bassines » organisée – en pleine crise de la Covid-19 (!) – à Epannes (Deux-Sèvres) à l'initiative du collectif Bassines non merci !

 

Le journal Sud Ouest s'en est largement fait l'écho. En amont avec un article qui tenait plus d'un tract « Tous à la manif ! » que de l'information, « Deux-Sèvres : José Bové et Jean-Luc Mélenchon attendus dimanche avec les anti-bassines ». Et en aval, avec « Marais Poitevin : les bassines au cœur d’une "ultime bataille" entre irrigants et écolos » et « Vidéo. Marais Poitevin : plus de 3 000 personnes contre les bassines, revivez la manifestation ».

 

Il n'y a pas à dire, le parti pris est évident. Des articles richement illustrés et une vidéo de 8:20... Cela a au moins le mérite de démontrer l'irresponsabilité de certains personnages...

 

 

 

 

L'un des articles a l'avantage de présenter une chronologie.

 

Pour M. Julien Denormandie, « il faut avoir une approche territoriale où l'on met tout le monde autour de la table »... On peut craindre que ce soit une douce illusion ou un vœu pieux.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex 15/10/2020 07:19

L'agriculteur outragé ! L'agriculteur brisé !... mais l'agriculteur libéré !
https://theconversation.com/la-lutte-pour-une-agriculture-libre-bricoler-et-partager-pour-semanciper-147051

Ou l'agriculture vue par un sociologue...

Hbsc Xris 15/10/2020 08:49

Dans la lignée des articles de "The conversation" sur les sujets agricoles... Un sociologue qui n'a jamais du monter sur un tracteur et ne doit paner que dalle en mécanique. Quand aux logiciels libres, j'ai passé une partie de ma vie à utiliser l'informatique, ce n'est pas si simple. Ces sociologues sont pitoyables, et pas qu'en agriculture, ils sont les fossoyeurs de nos sociétés.
S'agissant de "The conversation", cet article, rédigé non par des sociologues mais par des spécialistes qui n'ont jamais du faire pousser une salade était exceptionnel : https://theconversation.com/pesticides-les-alternatives-existent-mais-les-acteurs-sont-ils-prets-a-se-remettre-en-cause-146648.
On est sacrément mal partis. Le saccage de l'agriculture conventionnelle dans tous les pays occidentaux se paiera très cher sur les étals dans les années à venir. En admettant qu'il reste suffisamment sur les étals pour éviter des émeutes.

Il est là, fils spirituel de Seppi 13/10/2020 13:53

Dites, Seppi, j'ai une idée,

on interdit le stockage de l'eau mais en échange les écolos hostiles doivent uriner dans les champs des agriculteurs chaque heure pour irriguer.

Vous pensez que ça pourrait marcher ?

PS entre nous vous en pensez quoi de Julien Denormandie ? Perso je voulais attendre pour voir... et je suis pas du tout déçu : je trouve que c'est un des meilleurs ministres de l'agriculture que nous ayons eu (et de ce que je vois sur les RS de nombreux agriculteurs sont de cet avis), en fait, je pense que lui et Olivier Veran sont les deux meilleurs ministres du Gouvernement.

un physicien 13/10/2020 12:13

Au néolithique les humains ont compris que quand une ressource était intermittente, on pouvait la stocker pour passer la période maigre.

Clément d'Alsace 13/10/2020 08:12

Deux poids, deux mesures. La manifestation des écolos était autorisée alors que dans un village voisin on voulait interdire une fête locale en plein air. Les bénévoles qui organisent cette petite foire aux vins qui sur une journée draine quelques centaines de personnes et qui fêtait cette année ses vingt ans ont eu un mal fou pour obtenir les autorisations. Il est vrai qu'on est dans sur les terres de Delphine Batho.