Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Opinion : Le gouvernement mexicain sape la science et l'agriculture

14 Octobre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Opinion : Le gouvernement mexicain sape la science et l'agriculture

 

Luis Ventura*

 

 

Image: Fernando Macias Romo/Shutterstock

 

 

 

Au cours des deux dernières années, le gouvernement mexicain dirigé par Andrés Manuel López Obrador (mieux connu par ses initiales, AMLO) a mené une bataille contre l'innovation scientifique dans les champs du pays. AMLO a déclaré au cours de sa campagne que son gouvernement serait contre les plantes transgéniques (génétiquement modifiées, ou GM). Jusqu'à présent, c'est l'une des rares promesses de campagne qu'il a tenues – aux dépens des agriculteurs, des producteurs et des consommateurs.

 

Dès le premier jour de son mandat, le gouvernement d'AMLO a choisi de nommer des militants anti-OGM à des postes stratégiques, comme la ministre des sciences Elena Alvarez-Buylla, connue pour être une opposante active aux cultures GM. Au cours de ses deux années à la tête du CONACYT (Consejo Nacional de Ciencia y Tecnología, l'agence chargée de promouvoir les activités scientifiques et technologiques), elle a fait passer le financement de la recherche en biotechnologie et des centres de recherche scientifique aux sciences sociales. Elle continue également à diffuser des mythes et des informations erronées sur la biotechnologie par les canaux officiels du ministère des sciences.

 

 

Interdiction des cultures génétiquement modifiées

 

L'influence politique et médiatique des ONG environnementales n'est pas nouvelle au Mexique. Avant même que l'administration actuelle n'entre en fonction, ces groupes avaient engagé des poursuites judiciaires contre les cultures génétiquement modifiées dans le pays, en commençant par le maïs il y a sept ans. Ils ont obtenu l'interdiction du maïs génétiquement modifié au niveau national, mettant ainsi un terme à la recherche et portant préjudice aux agriculteurs et aux producteurs en bloquant leur accès aux outils agricoles nécessaires pour faire face aux effets du changement climatique, tels que l'augmentation de la température et la sécheresse, et pour satisfaire la demande intérieure croissante de maïs. Toutefois, plutôt que d'éliminer le maïs génétiquement modifié, ces actions en justice ont en fait entraîné une augmentation des importations de maïs génétiquement modifié en provenance des États-Unis – une augmentation qui s'accroît chaque année.

 

L'interdiction actuelle du maïs génétiquement modifié a également créé un instrument juridique qui a été utilisé contre le soja génétiquement modifié dans la partie sud du Mexique. Cette action a été menée par des ONG très présentes dans la région, telles que Greenpeace, ainsi que par des organisations indigènes locales qui produisent du miel – en grande partie commercialisé sous le label biologique – destiné à l'exportation vers l'Union Européenne. Si les militants ont fait valoir que le maïs génétiquement modifié avait des effets néfastes sur les variétés indigènes, leur volonté d'interdire le soja génétiquement modifié était motivée par des intérêts économiques, bien qu'elle ait été « vendue » comme une nécessité pour protéger les pollinisateurs et les Droits de l'Homme. Lors d'un incident, les douaniers ont détecté du pollen de soja génétiquement modifié dans du miel exporté vers l'Union Européenne. Bien que l'UE n'ait pas rejeté la cargaison, les militants ont utilisé cet épisode pour obtenir une interdiction du soja génétiquement modifié au niveau national au Mexique.

 

Le cotonnier Bt – la seule culture GM largement répandue à l'échelle commerciale au Mexique – est maintenant dangereusement proche d'être interdit. Il y a quelques décennies, le cotonnier Bt a sauvé l'industrie textile mexicaine, qui luttait contre les attaques d'insectes nuisibles. Grâce à l'introduction progressive du cotonnier génétiquement modifié résistant à des ravageurs, l'industrie a amélioré ses bénéfices et réduit considérablement l'utilisation des pesticides dans les champs de coton. Mais au cours des derniers mois, le ministère de l'agriculture (SADER) a refusé toute nouvelle autorisation de dissémination de cotonnier génétiquement modifié dans l'environnement, limitant ainsi les variétés que les agriculteurs peuvent utiliser. Cependant, les producteurs de coton et les agriculteurs sont incapables d'obtenir des semences de cotonnier conventionnel pour remplacer les variétés Bt. Certains propriétaires de filatures de coton choisissent maintenant de vendre leur équipement parce qu'ils craignent que le gouvernement n'impose une interdiction complète du cotonnier génétiquement modifié.

 

 

Interdiction du glyphosate

 

Dans le cadre de l'agenda anti-OGM au Mexique, les cultures génétiquement modifiées ne sont pas la seule cible. Au cours des derniers mois, le ministère de l'environnement (SEMARNAT) a entamé une lutte contre les herbicides à base de glyphosate. Ils ont fait valoir que ces produits étaient très toxiques et qu'ils avaient des effets néfastes sur la santé humaine, malgré les études qui confirment leur utilisation sans danger dans les champs. Bien que le ministère ait affirmé que ses actions s'inscrivaient dans une perspective scientifique, ses déclarations publiques reflétaient les mythes courants et la désinformation sur cet herbicide.

 

Il est important de mentionner que le glyphosate est largement utilisé au Mexique, et pas seulement par les agriculteurs ayant des cultures génétiquement modifiées. Le piratage des herbicides est déjà un gros problème au Mexique qui pourrait s'aggraver considérablement avec l'interdiction officielle du glyphosate. Des discussions sont actuellement en cours à des niveaux élevés du gouvernement pour déterminer le statut juridique de cet herbicide, mais l'ancien chef de la SEMARNAT a déclaré que le pays interdira le glyphosate dans les années à venir.

 

 

L'idéologie avant les faits

 

Les canaux officiels des ministères de la science, de l'agriculture et de l'environnement ont été utilisés pour diffuser des mythes et des informations erronées sur les cultures génétiquement modifiées afin de tenter d'interdire leur utilisation et de faire passer la production alimentaire du Mexique à un système agroécologique. Beaucoup considèrent que cette démarche est dangereuse, car plus de 130 millions de Mexicains dépendent de la production nationale comme principale source de nourriture. Les agriculteurs doivent avoir accès à de meilleurs outils afin de produire plus de nourriture et à une politique agricole fondée sur la science et non sur l'idéologie. Bien que le gouvernement AMLO dure encore quatre ans, ses actions restrictives contre l'innovation scientifique pourraient se prolonger pendant des décennies.

 

______________

 

Luis Ventura est un biologiste et un expert en biosécurité basé à Mexico. Il est Global Leadership Fellow pour 2016 de l'Alliance pour la Science.

 

Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/09/opinion-mexican-government-undermining-science-and-agriculture/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article