Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Journée Mondiale de l'Alimentation : sécurité alimentaire et résilience post-pandémique au Bangladesh

18 Octobre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Alimentation

Journée Mondiale de l'Alimentation : sécurité alimentaire et résilience post-pandémique au Bangladesh

 

Md. Arif Hossain*

 

 

 

 

Alors que la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 détruit des vies et des moyens de subsistance dans les pays du monde entier, la célébration de la Journée Mondiale de l'Alimentation nous rappelle qu'il ne faut pas perdre de vue les objectifs à long terme.

 

Dans de nombreux pays en développement, dont le Bangladesh, le choc économique de la pandémie devrait avoir de graves répercussions sur la sécurité alimentaire. Le Programme Alimentaire Mondial a demandé 4,9 milliards de dollars supplémentaires pour l'aide alimentaire, sans quoi, selon lui, 30 millions de personnes pourraient mourir dans les Nations les plus pauvres du monde.

 

Dans ce pays, la pandémie menace d'annuler de nombreuses années de progrès réguliers et bienvenus dans la réduction de la pauvreté. Le taux de pauvreté est passé de 48,9 % en 2000 à 23,2 % en 2016, en grande partie grâce à de nombreuses années de croissance économique soutenue. En fait, le Bangladesh sera bientôt sorti du statut de « pays les moins avancés » (PMA), car il atteint le statut de pays à revenu moyen inférieur.

 

La Covid a remis en question la possibilité de sortir du statut de PMA, de nombreux experts suggérant de reporter la date initiale de sortie de 2024 en raison du choc économique de la pandémie.

 

Quelle que soit la décision prise sur la question des PMA, le fait important est de garder un œil sur l'avenir à long terme. C'est ce sur quoi s'est concentrée l'honorable Premier Ministre Sheikh Hasina lorsqu'elle s'est récemment exprimée devant le Forum de la Vulnérabilité Climatique (CVF), un groupe de 48 pays parmi les plus vulnérables au climat, dont le Bangladesh assure actuellement la présidence.

 

Ce qui est frappant dans le discours de Sheikh Hasina devant le CVF, c'est qu'il ne s'agissait pas de jouer les victimes face à l'augmentation des catastrophes liées au climat et de demander une aide étrangère. Au contraire, le Bangladesh prévoit de jouer un rôle de leader, en adoptant ce dont Hasina a parlé comme d'un plan de prospérité climatique qui amènera la Nation à un statut de revenu plus élevé sans pauvreté tout en atteignant zéro émission de carbone. Ce plan climatique est également appelé « Plan de prospérité climatique des Mujib », du nom du père de la Nation, Bangabandhu Sheikh Mujibur Rahman.

 

En étant un leader et non un traînard, le Bangladesh entend démontrer comment un engagement en faveur de la science et de la technologie du futur peut amener le pays à une sorte de prospérité qui peut venir sans les problèmes de dégradation de l'environnement et de pollution rampante qui l'accompagnent.

 

Les stratégies agricoles proactives et le plan d'action d'urgence mis en place par les dirigeants ont permis, grâce notamment au déblocage de machines agricoles, de récolter à temps les produits de la saison Boro, garantissant ainsi une production et un approvisionnement ininterrompus en riz pour le pays. Le Bangladesh a été l'un des premiers pays à adopter le brinjal Bt, un OGM qui fait l'objet d'une campagne de peur constante de la part d'entités anti-scientifiques, qui semblent toujours regarder en arrière plutôt que d'accueillir les nouvelles connaissances et innovations.

 

L'approche scientifique du Bangladesh s'est également étendue au coronavirus ; le gouvernement a fait pression pour que des essais de phase III de vaccins candidats aient lieu. Bien qu'un accord avec le fabricant de vaccins Sinovac ait été jusqu'à présent difficile à obtenir, il est impératif que des essais soient réalisés ici et que la population bangladaise ait accès à des vaccins qui, espérons-le, pourront stopper la pandémie dès le début de l'année prochaine, car ils pourront être mis à disposition après avoir été entièrement testés et approuvés par les autorités réglementaires.

 

Dans tous ces domaines – agriculture, santé et climat – notre pays a la possibilité de se présenter comme un centre d'innovation et de production de connaissances. Une autre possibilité offerte par le Forum de la Vulnérabilité Climatique est de devenir un « centre technologique » de technologies respectueuses du climat, qui pourra ensuite devenir une base de fabrication en vue d'une adoption ailleurs.

 

Que le Bangladesh sorte du statut de PMA en 2024, comme prévu, ou dans un an, la direction à suivre est claire : nous devons devenir un pays avancé se rapprochant de l'ambition du gouvernement de la Ligue Awami de devenir un pays développé d'ici 2041. Ma vision est que notre pays soit une sorte de « Terre de science » où nous poursuivons des politiques plus favorables à la science et à l'innovation et où nous devenons un foyer de recherche et de développement.

 

Dans les années qui ont suivi l'indépendance, le Bangladesh était considéré comme un « cas désespéré » par de nombreux observateurs étrangers en raison du chaos politique et de la pauvreté endémique. À l'approche du 50e anniversaire de l'indépendance, l'année prochaine, un avenir très différent nous attend : le Bangladesh deviendra un pays développé et même l'une des plus grandes économies du monde dans la seconde moitié de ce siècle.

 

En adoptant le plan de prospérité climatique des moudjibs, le Premier Ministre Sheikh Hasina a clairement indiqué que la prospérité n'est pas négociable, mais c'est aussi le cas de l'obtention d'un statut de neutralité climatique en tant que l'une des économies les plus dynamiques du monde. Notre fierté en tant que Nation peut se fonder sur les réalisations de nos scientifiques. Vainquons la Covid et passons ensuite aux autres fléaux que sont la pauvreté et la dégradation du climat. Le monde nous regarde. Au cours des décennies passées, ils ont eu pitié de nous, mais dans les décennies à venir, ils nous suivront.

 

______________

 

Md. Arif Hossain est le directeur exécutif de Farming Future Bangladesh.

 

Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/10/world-food-day-post-pandemic-food-security-and-resilience-in-bangladesh/

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hbsc Xris 18/10/2020 20:57

30 millions d'habitants en 1910, 169 millions en 2020, densité 1100 habitants/km2. Des sols très riches qui en faisaient autrefois un pays prospère, mais des problèmes d'inondations récurrents et paradoxalement aussi de sécheresse, en raison de la très courte et très violente saison des pluies. A noter que ces problèmes n'ont rien à voir avec le réchauffement climatique, ils sont bien documentés pour les siècles passés, mais il y avait infiniment moins d'habitants et surtout moins d'occupation de zones à risques. A peu près la moitié de la population travaille dans le secteur agricole et ils sont plutôt innovants et travailleurs. Il faut dire qu'ils n'ont pas le choix. Tout cela pour dire que s'il y a un problème n°1 sur la planète, c'est la natalité délirante de certains pays. Malthus, qui est souvent mal compris, sans doute parce que peu de gens l'ont lu, avait déjà démontré en son temps, qu'un pays ne peut pas supporter plus d'habitants que son niveau technologique et scientifique de développement le permet. Enfin bravo à eux, ils sont plus dynamiques que nous, mais sans contrôle de leur natalité, ils n'accèderont jamais à un niveau de vie satisfaisant et le cycle de la misère se poursuivra.

Hbsc Xris 18/10/2020 23:39

@ un physicien : Vous avez raison d'apporter ce complément et cette dégringolade est un beau progrès qui laisse de l'espoir. On aimerait d'aussi bonnes évolutions, aussi porteuses d'espoir, pour le continent africain. Mais il ne semble guère qu'on en prenne le chemin.

un physicien 18/10/2020 21:22

L'indice de fécondité y est passé de 6 (en 1980-1985) à 2,15 en 2018.

Il est là, fils spirituel de Seppi 18/10/2020 12:52

Génial quand même. La religion est souvent vu comme une ennemie du progrès scientifique. Or, dans notre pays laïc où les athées sont majoritaires, de nombreuses avancées scientifiques (nucléaire, OGM, vaccin) sont encore plus refusés et combattus qu'au Bangladesh, pays islamique où 99% de la population au moins croit en une religion monothéiste ou hindouiste. Comment expliquer ce paradoxe ? Est-ce que des sociologues ne pourraient pas se pencher dessus ?