Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Formatage « bio » des petits cerveaux : pour que ça ne s'enterre pas sur Twitter

5 Octobre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Agriculture biologique

Formatage « bio » des petits cerveaux : pour que ça ne s'enterre pas sur Twitter

 

 

(Source et source)

 

 

Le gazouillis d'origine s'est répandu comme une traînée de poudre sur Twitter, avec des commentaires aussi pertinents que désobligeants envers Astrapi, « Magazine bi-mensuel pour les enfants de 7 à 11 ans qui débordent d'idées, de questions et d'envies ! ».

 

Ils ne sont pas allés de main morte, les gens du groupe Bayard Presse, en matière de désinformation et de propagande. D'indignes émules de Joseph G. n'ont pas hésité à prêter leurs sornettes et contre-vérités à des enfants instrumentalisés pour la propagation d'une idéologie et la promotion d'intérêts économiques particuliers.

 

M. J.B. Benoist a eu raison d'interpeller un membre du gouvernement (mais ce n'est pas le bon) et la présidente du syndicat agricole majoritaire. On aimerait connaître les réponses...

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas un cas isolé. Celui-ci est de Youpi, pour les 5-8 ans, toujours de Bayard Presse :

 

 

(Source)

 

 

 

 

 

 

 

Il n'y a pas que l'agriculture...

 

 

(Source)

 

 

 

 

Nous avions repéré un autre exemple en août 2018 dans « Nine : à quand la propagande dès le berceau ? »

 

Allô, M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean 07/10/2020 03:51

les pesticides je n'ai pas appris ce nom en école d'agriculture.Le public n’achète pas pour sa maison des pesticides,il achète toujours des insecticides,des anti mites.des raticides,etc......Bref il continue a appeler ses produits par les noms que l'on doit donner aux produits utilisés par les Agriculteurs.
avec cet astrapi on voit que le Mensonge éscrolosbobos s'est infiltré de partout.Il y a urgence à dépollué notre pays de ce fléau.

Christian 06/10/2020 05:29

Percy Schmeiser contre Monsanto : le film hollywoodien critiqué par des agriculteurs. Un peu hors sujet, mais un article intéressant sur le site de Radio-Canada
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1738874/percy-schmeiser-film-hollywood-saskatchewan-monsanto

Seppi 06/10/2020 07:28

@ Christian le mardi 06 octobre 2020 à 05:29

Bonjour,

Merci pour votre information.

Bel article. Je comprends que les agriculteurs soient fâchés.

Qu'on se pose une question simple : comment Monsanto Canada est-il remonté jusqu'à Percy Schmeiser ?

Hbsc Xris 05/10/2020 21:01

En lisant les fraises bio non bâchées au plastique mais paillées, me revient une anecdote amusante (et triste aussi) sur le bio, et assez récente, datant de ce printemps lors de mes errances par monts, vaux, champs, friches et forêts au temps du Covid. Je tombe sur 2 petits champs labourés peu distants l'un de l'autre, en partie couverts de bâches plastiques percées avec différents légumes en train de pousser. Les 2/3 des 2 champs n'étaient pas recouvert de bâches mais simplement labourés, en attente. Les parties en attente étaient parsemées de fragments de plastique noir, résultant sans doute des cultures des années précédentes, d'où les bâches avaient été mal retirées, et le reliquat broyé lors des passages d'engins. Je me suis demandé quels étaient les gougnafiers qui polluaient ainsi leurs champs aux broyats de plastique. J'ai eu aisément la réponse, il s'agissait de champs cultivés par un jeune couple de maraichers bio du village. Je ne leur jetterais pas trop la pierre. Un lessivage de cerveau, au lycée agricole, les a emmené dans cette galère. Des investissements dans des champs et des serres et un peu de matériel, 3 ans de travail sans parvenir à se dégager un salaire, ils vivent chez papa-maman. Aujourd'hui ils ont retrouvé du travail l'un et l'autre et poursuivent leur maraichage les soirs et week-ends, juste pour éponger les passifs. Pourtant, ils vendent leur production en vente directe, à peu près le triple du prix en magasin grâce aux bobos du village qui se précipitent à l'unique vente du samedi après-midi. Mais les rendements étant ce qu'ils sont en bio, ils ne peuvent évidemment pas s'en sortir.

Jacques Lemiere 05/10/2020 22:44

certes mais anecdotique.. le problème du bio n'est pas le bio mais la com qu'il ya autour..

Il est là, fils spirituel de Seppi 05/10/2020 11:47

Bon j'ai fais le jeu avec la petite fille rondelette. Du coup j'ai une majorité d'étoile rouge, qu'est-ce que je gagne ?

fm06 05/10/2020 10:33

Bayard Presse est très lié à l'Eglise catholique. On mesure ici les conséquences désastreuses du virage écolo initié par le Pape François avec l'encyclique Laudato Si'.

douar 05/10/2020 14:38

Isabelle de Gaulmyn, chroniqueuse de " La Croix", a égratiné la mode écologiste dans une de ses chroniques.
Et elle a aussitôt reçu une volée de bois vert de la part de ses lecteurs, pas ravis que l'on touchât aux dogmes.