Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Soutenir la science pour vaincre les pandémies permanentes grâce à la lutte contre les moustiques

12 Septembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Santé publique, #OGM, #CRISPR

Soutenir la science pour vaincre les pandémies permanentes grâce à la lutte contre les moustiques

 

Carol Keiser*

 

 

 

 

Quelqu'un vous a-t-il déjà souhaité une joyeuse Journée Mondiale des Moustiques ?

 

Moi non plus. Pourtant, le moment est venu. Chaque année, nous célébrons la Journée Mondiale des Moustiques le 20 août. Créée en 1897, elle a pour but de sensibiliser le public au lien entre les moustiques et la malaria, découvert pour la première fois par le chercheur britannique Sir Ronald Ross à la Liverpool School of Tropical Medicine.

 

L'acronyme de la journée pourrait être WMD en anglais [World Mosquito Day], sauf qu'il est déjà pris par « armes de destruction massive » [Weapons of Mass Destruction]. Pourtant, cela pourrait être une façon utile de penser aux moustiques. Ces parasites suceurs de sang sont des ADM qui propagent des maladies. Les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies des États-Unis d'Amérique les appellent « les animaux les plus mortels du monde ».

 

C'est un fléau ancien, mais la science du 21e siècle pourrait nous aider à surmonter cette menace, en utilisant des outils similaires à ceux que nous avons mis au point pour faire pousser les cultures les meilleures et les plus saines que le monde ait jamais connues.

 

Je déteste les moustiques, mais ils m'aiment. Je suis un aimant à moustiques – une partie des quelque 20 % de la population que les chercheurs de l'Université de Floride affirment être des cibles particulièrement attrayantes. Lorsqu'ils me piquent, je gonfle avec des zébrures.

 

Même si j'aimerais dire que nous devrions éliminer la population mondiale de moustiques, ce n'est pas vraiment le but. Seules quelques-unes des 3.500 espèces de moustiques s'attaquent aux gens. Les autres nous laissent tranquilles et fournissent de la nourriture aux oiseaux, aux chauves-souris, aux grenouilles et à d'autres créatures. Ce sont même des pollinisateurs qui aident les plantes à se reproduire.

 

Mais ceux qui nous piquent peuvent transmettre des maladies mortelles. Le paludisme à lui seul tue des centaines de milliers de personnes chaque année, en particulier dans les pays en développement. D'autres maladies transmises par les moustiques sont une galerie de maladies horribles : la fièvre jaune, la dengue, diverses sortes d'encéphalites, et bien d'autres encore.

 

Il y a aussi le virus Zika, qui s'est répandu dans les tropiques et reste à la périphérie des États-Unis. Les chercheurs l'ont lié à des malformations congénitales, dont une terrible appelée microcéphalie, qui se traduit par des bébés au cerveau anormalement petit. (Il y a quatre ans, j'ai écrit ici et ici sur la menace du Zika).

 

En fin de compte, les moustiques sont responsables d'une énorme quantité de souffrances humaines.

 

Nous pouvons tous prendre des mesures simples pour contrôler les moustiques près de nos maisons en éliminant les zones de reproduction. Les tactiques consistent à couvrir les récipients ouverts et à vider les récipients qui recueillent l'eau de pluie. Ranger ce frisbee dans le bon sens dans votre jardin peut faire la différence.

 

Nous devrions aussi exploiter le pouvoir de la science.

 

Dans les exploitations agricoles, nous avons appris à défendre nos cultures contre les parasites grâce aux outils traditionnels de protection des plantes et à l'innovation technologique en matière de cultures génétiquement modifiées. Grâce à ce succès, nous cultivons plus de nourriture que jamais et nourrissons une planète de près de 8 milliards d'habitants.

 

Nous appliquons maintenant ce savoir-faire au problème de la lutte contre les moustiques. Ma petite-fille participe en fait à la recherche. Elle étudie le mode d'éclosion des œufs de moustiques. Si nous voulons éradiquer certaines des pires maladies infectieuses du monde, nous devons comprendre et défier les moustiques à chaque étape de leur vie. Cela peut inclure le développement de produits chimiques qui sont sans danger pour les personnes mais nocifs pour les moustiques.

 

La nouvelle science de l'édition des gènes pourrait offrir des solutions créatives. L'une des plus intrigantes concerne la libération de moustiques mâles GM qui s'accouplent avec des femelles mais dont la progéniture ne survit pas. Une version antérieure de cette approche a permis de vaincre un parasite qui avait attaqué l'industrie du bétail. Le regretté entomologiste Edward F. Knipling, que j'ai eu l'honneur de connaître grâce à mon travail au sein de groupes d'experts de l'USDA, a inventé des techniques de stérilisation qui ont considérablement réduit le problème de la lucilie bouchère.

 

Lors de l'épidémie de Covid-19, nous consacrons d'énormes efforts à vaincre une maladie aérogène qui est responsable, au moment où j'écris ces lignes, de près de 800.000 décès dans le monde. (Les moustiques ne transmettent pas le coronavirus.) C'est tout à fait approprié – et en tant que personne âgée, j'essaie de me protéger et de protéger les autres en vivant une vie presque confinée.

 

Pourtant, les moustiques représentent une sorte de pandémie permanente. L'urbanisation et le changement climatique pourraient même les rendre plus mortels, si nous ne prenons pas de mesures.

 

La bonne nouvelle, c'est que nous allons vaincre le coronavirus. Les nouvelles indiquent que des vaccins seront disponibles dans un avenir proche.

 

Alors que nous dépassons le problème de la Covid-19, souvenons-nous de la menace des moustiques et engageons la créativité scientifique et les ressources matérielles nécessaires pour que nous puissions envisager la possibilité d'un monde sans moustiques ADM.

 

_____________

 

Carol Keiser

Éleveuse, Floride & Indiana, USA

 

 

Carol est présidente de C-BAR Cattle Company, Inc. qui a été créée et gère actuellement des opérations d'engraissement de 5.000 à 6.000 têtes de bétail au Kansas, au Nebraska et dans l'ouest de l'Illinois. Elle défend les intérêts des jeunes femmes qui font carrière dans l'alimentation et l'agriculture.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2020/08/supporting-science-to-defeat-permanent-pandemics-with-mosquito-control/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hbsc Xris 12/09/2020 21:23

Pourquoi la lutte contre les moustiques n'intéresse pas grand monde voir suscite de l'hostilité chez les bobos qui veulent de la biodiversité. C'est simple, 80% de la population française vit dans les villes ou des zones très urbanisées. Les invasions de moustiques y sont rares, même si quelques villes font parfois légèrement exception. Au moindre cas de maladie transmise par les moustiques, ou à la moindre plainte d'un collectif d'électeurs ne pouvant plus faire son barbecue dehors le soir, les villes font aussitôt l'objet de campagnes de démoustication à grands coups d'insecticides. Un peu comme pour les punaises de lit, où les bobos écolos sont prêts à tous les produits insecticides lorsque cela impacte leur petit confort.
Bien sûr le monde rural doit soigneusement garder ses moustiques, biodiversité oblige, et qui oblige ? Les bobos des villes. Il est des régions de France ou du monde, ou pour un agriculteur ou autre rural, aller passer une journée en ville est un vrai bonheur, c'est une journée sans piqûres de moustiques.

justin 14/09/2020 09:09

La prolifération du moustique tigre semble inquiéter les parisiens sur facebook... les gens vont commencer à y prendre conscience...
A moins que ce soit comme pour les abeilles au JT: 1er reportage sur les insecticides qui tuent les abeilles, et 5 minutes plus tard un reportage sur l'élimination des nids de guêpe (sans prononcer le mot "insecticide")...