Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« La reine du miel » sur France 2 : l'agribashing ordinaire

26 Septembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Abeilles, #Pesticides

« La reine du miel » sur France 2 : l'agribashing ordinaire

 

 

Quelle boursouflure ! (Source)

 

 

France 2 a commis le 5 septembre 2020 un « L'été de "20h30 le samedi". La reine du miel ».

 

Ce 22 minutes est d'une « collection inédite de portraits de Français et de belles histoires hors des sentiers battus », ou encore, selon le fil Twitter, « La nouvelle émission présentée par @laurentdelahous. Découvrez la petite histoire dans la grande, les secrets d’une personnalité, les coulisses d’un évènement… »

 

Au programme de cette édition : Mme Béatrice Robrolle, « 62 ans, apicultrice… depuis quatre générations. Et son fils Bruno va prendre la relève… »

 

Le programme est alléchant :

 

« Le miel est produit à Ingrandes, au cœur du Parc naturel régional de la Brenne, en plein Berry, avec 500 ruches. Béatrice maîtrise toute la chaîne, de l'élevage des reines à la mise en pot et jusqu’à la vente. »

 

C'est informatif, beau, romantique, presque idyllique (car on apprend que la production n'assure que deux salaires pour trois personnes) jusqu'à la minute 12:30 où on voit l'écoulement d'un pot de miel se tarir et entend ensuite une musique un peu brutale.

 

Minute 12:50 :

 

« C'est quoi ?

 

– On a un accident. »

 

On attend un peu :

 

« Visiblement, il y a une intoxication. »

 

Et le couperet tombe :

 

« Il ne peut pas y avoir une hécatombe comme ça sans une contamination... à des pesticides proches du rucher [...] »

 

Et ça continue...

 

« Aujourd'hui, c'est la démonstration que l'agrochimie comme modèle d'agriculture est destructeur. Il est destructeur de son auxiliaire essentiel, qui est l'abeille. [...] »

 

Aucun examen des abeilles... le verdict tombe quasi instantanément.

 

Cette séquence n'a pas échappé à des observateurs avertis. M. Olivier Garnier a produit un fil intéressant.

 

 

(Source)

 

 

« On passe au reportage, 13e minute : une ruche (pas les autres ?) sur le rucher se meurt. On voit des abeilles, souvent luisantes, morte ou tremblantes devant le trou d'envol.

 

"Il ne peut pas y avoir une hécatombe comme ça sans une contamination à des pesticides proches du rucher."

 

Connaissez vous le mal de mai ? La maladie noire? Le virus de la paralysie chronique ? Maladie apicole qui colle bien avec ces symptômes.

 

 

 

 

Par contre l'intoxication agricole.... sur une seule ruche... c'est très rare… Les champs contenant énormément de ressources, tout le rucher les surveille et y va. Quand il y a une intoxication, tout le rucher est touché. »

 

 

(Source)

 

 

FranceTVInfo a extrait une séquence de trois minutes pour un autre article, au titre plutôt neutre,« VIDEO. "Quand on élève des abeilles, on contribue à travailler dans l'intérêt général, au service de l'humanité" : une apicultrice lanceuse d'alerte ».

 

Quand on est agriculteur, on contribue aussi à travailler dans l'intérêt général. Cette réalité que les gens ont découverte lors du confinement commence à s'estomper... grâce au service public... Mais visiblement, pour France 2, l'agriculteur n'est vu, à travers le prêchi-prêcha de Mme Béatrice Robrolle, que sous l'angle du pollueur allégué et scieur de la branche sur laquelle on est assis.

 

 

FranceTVInfo a tout de même été un peu prudent pour son chapô (c'est nous qui graissons) :

 

« Béatrice Robrolle, qui a réussi en 2018, avec d’autres apiculteurs, à faire interdire certains pesticides, découvre ce jour-là un tapis d’abeilles à l’agonie, sans aucun doute intoxiquées, selon elle, par des substances chimiques... Extrait de la série d'été du magazine "20h30 le samedi" diffusée le 5 septembre 2020, juste après le journal de France 2. »

 

Pourquoi donc, sur un sujet aussi débattu et polémique, les producteurs ne se sont pas adressés à des spécialistes pour vérifier la vraisemblance des affirmations de Mme Béatrice Robrolle ? Visiblement, ils n'ont pas vérifié par eux-mêmes. Un gazouilleur a noté avec ironie :

 

« Frappe chirurgicale des pesticides sur une seule des 50 ruches installées dans le bois. Quel talent ces empoisonneurs.

 

Énième reportage bidouillé au sujet de l'environnement. Comme si tout était fait pour porter les escrolos au pouvoir. »

 

Ce n'était pas non plus compliqué de vérifier le pedigree de la dame, en particulier sur FranceTVInfo ! Fondatrice et présidente de Terre d'abeilles, par ailleurs candidate aux élections européennes de 2014 sur la liste Europe citoyenne de Mme Corinne Lepage, c'est une militante anti-pesticides. En fait, il ne fallait même pas chercher loin : elle se targue d'avoir contribué à faire interdire les néonicotinoïdes. C'est dans le chapô !

 

 

(Source)

 

 

Mais il faut croire qu'à France 2, on n'a pas appris à croiser les informations, surtout venant de sources militantes, et on n'a pas pu résister à l'occasion de faire de l'agribashing de service public.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hbsc Xris 26/09/2020 22:04

Dans son numéro 331 de janvier 2020 de "Sciences et pseudo-sciences", l'association française pour l'information scientifique produisait le témoignage d'un journaliste sur "Comment se construit une enquête de TV". On imagine des enquêtes, que nenni ! Ce sont des films à scénarios dont le but n'est pas la vérité mais l'audimat, or pour l'audimat, rien ne vaut que de dénoncer un scandale vrai ou faux et de faire primitivement appel à l'émotion. Donc tout est écrit à l'avance. Si le scénario est bon, les fonds sont débloqués, il faut ensuite trouver coûte que coûte les images et les interviews (le plus souvent tronqué à un fragment sorti de son contexte) qui collent au scénario. Ensuite le montage est un art consommé de la manipulation, y compris dans le ton du commentateur que dans les petites musiques d'ambiance.
J'ajouterais que les commandes sont également fonction de la politique des dirigeants de chaines et de leurs orientations idéologiques. Il suffit de taper un peu sur le net pour avoir les organigrammes des chaines d'info et ensuite les prises de position ou adhésions idéologiques de leurs dirigeants.
On comprend mieux ensuite les bobards servis.
Il ne faut pas systématiquement taper sur les journalistes (de base) qui travaillent à la réalisation de ces reportages. Ils ne gagnent pas forcément des milles et des cents et font ce qu'on leur demande pour un salaire à la fin du mois.

Hbsc Xris 26/09/2020 21:16

"Maladie de mai", appelée dans les siècles passés "constipation des abeilles", le cours pratique d'apiculture que professait au jardin du Luxembourg H. Hamet (secrétaire de la société d'apiculture de France) de 1866 en donne une bonne description. L'ouvrage est téléchargeable sur google.fr/books. C'est effectivement un virus, sans aucun rapport avec les pesticides.

raymond gabriel 26/09/2020 17:52

Ce fut à la fois sidérant et consternant à regarder, le hasard aidant, avec la bénédiction d'un Delahousse condescendant, frappant ce "beau reportage" du sceau du bon sens.
N'importe quelle personne un tant soi peu informée d'apiculture hurlerait devant tant de compromission. Le dernier plan, pris sous divers angles : le fils promis à l'avenir, tenant son fumoir, traverse lentement un...champ de blé. J'ai eu envie de donner des coups de pelle.