Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La technologie agricole, clé de la protection de la nature et de la prévention des pandémies

15 Août 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie, #Santé publique

La technologie agricole, clé de la protection de la nature et de la prévention des pandémies

 

Joseph Opoku Gakpo*

 

 

Image : Bonobo dans une forêt en République démocratique du Congo. Shutterstock/Sergey Uryadnikov

 

 

Les scientifiques exhortent les gouvernements du monde entier à adopter des technologies permettant de réduire l'impact de l'agriculture sur l'environnement et de ralentir l'émergence de nouvelles maladies comme le Covid-19.

 

Cet appel est lancé alors qu'un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) avertit que d'autres zoonoses comme le Covid-19 frapperont le monde dans les années à venir si les populations continuent à détruire les environnements naturels par l'agriculture, l'urbanisation et l'exploitation minière.

 

La scientifique nigériane Rose Gidado, du Forum Ouvert sur la Biotechnologie Agricole (OFAB), a déclaré que l'acceptation accrue de la biotechnologie et des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans la production alimentaire aura un impact profond sur la réduction de l'empreinte environnementale de l'agriculture et la protection de l'habitat de la faune et de la flore.

 

Déjà, environ 60 % des maladies infectieuses connues chez l'homme et 75 % de toutes les maladies infectieuses émergentes sont zoonotiques, ce qui signifie qu'elles existent normalement chez les animaux mais peuvent infecter l'homme. Le virus Ebola, le SRAS, le virus Zika et la grippe aviaire sont tous des maladies animales qui ont été transmises à l'homme. La déforestation, en particulier dans les régions tropicales, a également été associée à une augmentation de maladies infectieuses telles que la dengue, le paludisme et la fièvre jaune.

 

 

Les facteurs de propagation des maladies zoonotiques

 

Le rapport identifie la déforestation, qui se produit à un rythme de 10 millions d'hectares par an, l'intensification agricole non durable, l'utilisation et l'exploitation accrues de la faune sauvage, l'utilisation non durable des ressources naturelles et le changement climatique comme les principaux moteurs de l'émergence des maladies zoonotiques. La demande accrue de protéines animales – au cours des 50 dernières années, la demande de viande a augmenté de 260 % et de 90 % pour le lait et les œufs – est un autre facteur important, car environ un tiers des terres cultivées sont utilisées pour produire des aliments pour animaux.

 

L'agriculture a été identifiée comme une force majeure dans la destruction des habitats dans le monde entier, ce qui augmente la propagation des maladies zoonotiques. « Les barrages, l'irrigation et les fermes industrielles sont liés à 25 % des maladies infectieuses chez l'homme », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutifve du PNUE, lors d'une interview à la BBC.

 

Le rapport de l'ONU a observé que « depuis 1940, les mesures d'intensification agricole telles que les barrages, les projets d'irrigation et les fermes industrielles ont été associées à [...] plus de 50 % des maladies infectieuses zoonotiques qui ont émergé chez l'homme ». Cependant, l'étude originale que le rapport cite blâme l'agriculture en général pour le problème et non l'intensification agricole en particulier.

 

L'empiètement accru de l'homme sur les habitats naturels signifie que les gens sont de plus en plus en contact avec la faune sauvage, ce qui a également augmenté le risque de transmission de maladies de l'animal à l'homme.

 

 

Cultiver les aliments de manière durable

 

Les scientifiques affirment qu'une application accrue de la technologie est cruciale pour produire plus de nourriture de manière durable, sans autre destruction de l'environnement.

 

Le scientifique Daniel Norero, fondateur du groupe de campagne Yo Quiero Transgenicos (je veux des OGM) au Chili, a déclaré que l'adoption à grande échelle de cultures génétiquement modifiées protégera beaucoup les forêts d'Amérique latine et d'autres parties du monde.

 

« Donnons-nous aux agriculteurs l'accès à de nouvelles technologies telles que les OGM ou le CRISPR pour planter des cultures plus productives sur moins de terres ? Ou, comme le souhaitent de nombreuses ONG et de nombreux politiciens mal informés, les encourageons-nous à adopter des pratiques anciennes et improductives, telles que l'agriculture biologique ou l'agroécologie ? » a déclaré M. Norero. « De nombreuses études affirment que ce genre de pratiques peu productives nécessitent le double, voire le triple, des surfaces de terre. »

 

La biotechnologie offre des outils pour introduire des traits qui permettent aux cultures de résister aux maladies et aux parasites et de s'adapter à des conditions environnementales difficiles, augmentant ainsi la productivité et réduisant la pression pour transformer les environnements naturels en exploitations agricoles, a déclaré Mme Gidado.

 

« Il a été démontré que les cultures génétiquement modifiées améliorent considérablement la productivité agricole en utilisant moins d'intrants agricoles tout en préservant l'environnement », a déclaré Mme Gidado à l'Alliance pour la Science.

 

 

Les cultures génétiquement modifiées augmentent la production

 

Ses affirmations sont soutenues par un rapport sur l'impact des OGM dans la production agricole entre 1996 et 2018, qui a été publié ce mois-ci par l'économiste Graham Brookes, basé au Royaume-Uni. Au cours de cette période, le rapport a observé que « la technologie des cultures GM a amélioré les rendements grâce à un meilleur contrôle des parasites et des mauvaises herbes ». Par exemple, le maïs GM résistant à des insectes a augmenté la production de maïs de 16,5 % en moyenne, tandis que le cotonnier GM résistant à des insectes a augmenté les rendements de 13,7 % par rapport aux systèmes de production conventionnels. Les agriculteurs qui cultivent commercialement du soja génétiquement modifié résistant à des insectes en Amérique du Sud ont également constaté une augmentation moyenne de 9,4 % des rendements depuis 2013.

 

« En 23 ans d'utilisation généralisée, la biotechnologie des cultures a été responsable de la production mondiale supplémentaire de 278 millions de tonnes de soja, 498 millions de tonnes de maïs, 32,6 millions de tonnes de coton fibre et 14 millions de tonnes de canola », note le rapport.

 

Selon le rapport, les cultures génétiquement modifiées permettent aux agriculteurs de produire davantage sans avoir besoin d'utiliser des terres supplémentaires. Par exemple, si les agriculteurs n'avaient pas eu accès à la biotechnologie en 2018, le maintien des niveaux de production mondiale cette année-là aurait nécessité la mise en culture de 12,3 millions d'hectares supplémentaires de soja, 8,1 millions d'hectares de maïs, 3,1 millions d'hectares de cotonnier et 0,7 million d'hectares de canola. Cela équivaut à un besoin supplémentaire de 14 % des terres arables aux États-Unis, ou environ 38 % des terres arables au Brésil ou 16 % de la superficie cultivée en Chine.

 

Rien qu'en 2015, les cultures génétiquement modifiées ont empêché l'utilisation de près de 20 millions d'hectares de terres pour des activités agricoles, protégeant ainsi de vastes zones forestières.

 

« Les technologies agricoles modernes telles que la sélection conventionnelle, la fertilisation, l'irrigation, les produits phytosanitaires et autres ont généré un énorme décollage de la production par hectare au cours du XXe siècle », a déclaré M. Norero à l'Alliance pour la Science. « Cela implique qu'en produisant plus de nourriture sur moins de terres, vous pouvez éviter l'utilisation agricole de terres vierges et préserver la biodiversité. Les cultures génétiquement modifiées ne sont qu'une nouvelle phase et offrent un moyen plus durable d'aller de l'avant. »

 

Mme Gidado demande instamment que les cultures génétiquement modifiées soient acceptées dans le monde entier, en particulier dans les pays en développement. « Les pays devraient adopter la biotechnologie moderne pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et atténuer le changement climatique », a-t-elle déclaré. « Toutes les Nations qui sont des pays bénéficiant de la sécurité alimentaire ont adopté cette technologie – États-Unis, Canada, Brésil, Argentine, Chine, Japon, Inde, etc. » Bien que la plupart des pays européens ne cultivent pas de plantes génétiquement modifiées, ils importent des produits alimentaires et des aliments pour animaux génétiquement modifiés.

 

 

Prévenir la perte d'habitat

 

Norero est d'accord. « La seule façon de nourrir une planète dont la population augmente et qui est confrontée au changement climatique est d'utiliser tous les outils possibles pour une agriculture plus productive et durable », a-t-il insisté. « Les cultures génétiquement modifiées, ainsi que la nouvelle édition du génome, sont des outils que nous ne pouvons pas laisser de côté. Cela contribuera à prévenir la perte d'habitats et à réduire le risque de nouvelles pandémies dues aux interactions entre l'homme et les animaux sauvages », a-t-il affirmé.

 

Mark Lynas, auteur scientifique basé au Royaume-Uni et expert en changement climatique de l'Alliance pour la Science, convient que l'environnement doit être protégé, mais conteste la position selon laquelle l'intensification de l'agriculture est le premier responsable de sa destruction ou de la transmission de maladies.

 

« Nous devons protéger l'environnement et la biodiversité dans le cadre des efforts visant à contrôler la transmission des maladies zoonotiques. Mais il est faux de rejeter la faute sur l'agriculture industrielle », a-t-il déclaré.

 

« Le VIH et le virus Ebola sont apparus en Afrique centrale probablement à cause du commerce de la viande de brousse, dans lequel les humains sont en contact direct avec des espèces sauvages menacées comme les singes », a noté M. Lynas. « Il serait bien mieux de produire de la viande et des protéines dans des fermes plus efficaces qui nous permettraient de nous éloigner de l'exploitation directe de la faune sauvage. Il en va de même pour les "marchés humides" comme celui de Wuhan qui semble avoir été l'épicentre du Covid-19. Lorsque vous avez des animaux sauvages à proximité dans des conditions insalubres, ce n'est pas seulement une question de bien-être animal, c'est aussi une question de contrôle des maladies. »

 

____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/07/agricultural-technology-key-to-protecting-nature-and-preventing-pandemics/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article