Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Betteraves à sucre et état de catastrophe escrologique : voici à quoi on échappe

7 Août 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #betteraves, #Néonicotinoïdes, #Politique

Betteraves à sucre et état de catastrophe escrologique : voici à quoi on échappe

 

Jean-François Pâques

 

 

M. Jean-François Pâques a produit le 17 juillet 2020 un superbe fil Twitter sur les conséquences dramatiques de l'interdiction des néonicotinoïdes, plus particulièrement en traitement des semences de betteraves à sucre.

 

Ce fil n'est pas dépassé par l'annonce du gouvernement du 6 août 2020. Au contraire, il est très pédagogique.

 

Il n'est pas exhaustif. Il s'appuie essentiellement sur le cas du site agro-industriel de Bazancourt Pomacle près de Reims. On devrait ajouter notamment les conséquences sur la filière des biocarburants, de l'éthanol, des gels hydro-alcooliques, etc., ainsi que des effets induits sur d'autres filières dont l'existence n'est peut-être pas encore soupçonnée.

 

L'auteur du fil n'a pas souhaité le développer... Il y en a largement assez sur le désastre agricole, économique et social d'une décision législative irresponsable dont le Gouvernement a maintenant – peut-être – pris conscience. C'est une grande leçon pluridisciplinaire qui mérite une très large diffusion et devrait être mise sous le nez de tous ceux qui raisonnent sur le mode binaire. (André Heitz)

 

 

 

 

Je suis agriculteur sur une petite exploitation en Champagne crayeuse.

 

Après avoir arrêté depuis 2019 le colza devenu difficile à implanter (sécheresse d'été), et encore plus difficile à désherber avec la suppression de certains herbicides, c'est la betterave que je risque fort d’arrêter. En plus de prix de vente historiquement bas, je subis comme tous mes voisins la présence de jaunisse qui va amputer mon rendement de 20 ou 30 %, malgré plusieurs insecticides en végétation (au coût non négligeable), qui ont été moins efficaces contre les pucerons que les néonicotinoïdes qu'on nous a retirés l'an dernier pour des raisons purement idéologiques.

 

C'était soi-disant pour protéger les abeilles, mais comme les betteraves ne fleurissent pas, les abeilles n'y viennent pas. L'interdiction des néonics est donc totalement infondée. Donc fini la betterave, et je ne serai pas le seul.

 

Sans betteraves, les sucreries ne vont pas tarder à fermer. Et donc adieu mes parts sociales dans ma coop betteravière.

 

Adieu aussi les centaines d'emplois dans ces sucreries, et chez tous les sous-traitants qui y travaillent. À la récolte, des dizaines de transporteurs approvisionnent les usines en betteraves (2 millions de tonnes/an pour la seule sucrerie où je livre), et la saison betteravière est souvent une grosse part de leur chiffre d'affaire. Dommage pour eux, ils devront trouver autre chose à transporter, pour ceux qui ne feront pas faillite.

 

Ces mêmes transporteurs évacuaient les pulpes vers les éleveurs du coin, qui trouvaient ainsi une nourriture de qualité pour leur animaux. Il devront trouver autre chose.

 

Et la pulpe va aussi en usine de déshydratation, en prenant le relais de la campagne de luzerne. Sans toutes ces tonnes de pulpes à traiter, la luzerne seule ne va pas suffire à rentabiliser nos déshys. qui vont donc devoir diminuer leurs prix [payés aux agriculteurs] pour ne pas crouler. Et si le prix de la luzerne baisse, rares vont être les agris qui continueront à en cultiver. Et donc disparition aussi des déshys., de leurs salariés, et d'une autre source d'aliments de qualité pour nos éleveurs.

 

Colza, betterave, luzerne, ça fait déjà 3 cultures qui dégagent. Au passage, colza et luzerne sont deux cultures très fréquentées par les abeilles. Ou iront-elles butiner quand ces cultures ne seront plus là ? Pour sauver les abeilles, on en arrive à faire disparaître leurs sources d'approvisionnement ! Bien joué !

 

Mais ce n'est pas fini.

 

Accolées à nos sucreries, il y a parfois des distilleries. Sans sucrerie, pas de distillerie. On allonge donc la liste des chômeurs à venir. Au nord de Reims, un gros complexe agro-industriel (majoritairement coopératif) associe ainsi une distillerie à une sucrerie et à plusieurs autres usines, les sous-produits d'une usine servant de matière première à l'usine d'à côté (voir ici, et image ci-dessous).

 


 

 

Cette distillerie a la particularité de travailler avec des sous-produits betteraviers et du blé. Elle engloutit ainsi 400 à 450 kt de blé/an. Mais elle ne peut pas travailler qu'avec du blé. Donc si la sucrerie ferme, la distillerie ferme aussi, et le blé devra trouver une autre destination.

 

La distillation du blé produisait des drèches, qui vont donc disparaître aussi. C'est un troisième aliment de choix pour l'élevage qui disparaît. Heureusement que le Brésil et les USA sont prêts à nous vendre du maïs et du soja en grandes quantités pour compenser. Produits souvent OGM. Ce n'est pas un problème car sans danger, mais interdit de production chez nous.

 

On continue ?

 

Dans les groupe d'usines pré-citées, il y a une amidonnerie (encore 400 à 450 kt de blé/an). Pour améliorer ses process, elle utilise certains sous-produits de la sucrerie et de la distillerie voisines. Sans celles-ci, on supprime son avantage technique et économique par rapport à ses concurrents.

 

Il y a aussi dans cet ensemble de la production d'acide hyaluronique utilisé en cosmétique. Production menacée si les ingrédients de base venant des usines voisines disparaissent. Et c'est un produit à haute valeur ajoutée qui est menacé.

 

Les concurrents s'en réjouiront.

 

 

À condition d'avoir une production de biomasse...

 

 

Au final, nos petites copines abeilles, qui n'ont jamais butiné une fleur de betterave, vont pleurer la disparition du colza et de la luzerne, alors que pas une n'a jamais souffert des néonics qui protégeaient nos betteraves jusqu'à l'an dernier.

 

Les éleveurs vont pleurer la disparition de leur source de pulpes de betteraves, de drèches de blé, de luzerne déshydratée et autre balles de luzerne, de tourteaux de colza (sans colza, adieu aussi les usines locales de trituration de colza).

 

Les agriculteurs vont pleurer la fin de cultures bonne pour l'environnement (luzerne), bonnes pour diversifier les rotations, bonnes pour leur revenu (autrefois). Il vont faire des céréales et... des céréales. Et Bruxelles leur dira qu'ils ne respectent pas les critères de diversification. Quelques cultures semencières (pois, graminées,...) ne suffiront pas à assurer une diversification et un revenu suffisant.

 

Les transporteurs vont pleurer la disparition de la betterave.

 

Les agriculteurs-coopérateurs vont pleurer la disparition de leurs parts sociales souscrites dans leurs coops betteraves et luzerne qui risquent de couler.

 

Les salariés de toutes les usines concernées vont pleurer en allant pointer à Pôle Emploi.

 

Tous les sous-traitants qui assurent l'entretien et l'amélioration continue de ces usines vont pleurer aussi disparition de ces gros clients.

 

Notre balance commerciale va pleurer la disparition des exportations d'alimentation animale vers nos voisins belges et hollandais, gros consommateurs.

 

Nos voisins agriculteurs des régions voisines vont pleurer en voyant affluer sur les marchés toutes les céréales champenoises qui auront moins de débouchés locaux, plus toutes les quantités produites sur les surfaces auparavant emblavées en colza, luzerne et betterave.

 

J'ai peut-être un peu noirci le tableau, mais l'idée générale est là.

 

Pour la suppression d'une famille de produit (néonicotinoïdes) sur des bases purement idéologiques (je sais, je me répète, mais c'est la triste vérité), on va assister à des catastrophes en chaîne de grande ampleur, dans le monde agricole mais pas seulement, et on n'aura sauvé aucune abeille alors que c'était le prétexte avancé. Et on va même en condamner un grand nombre en supprimant leur source d'alimentation.

 

Messieurs les politiques, écoutez les scientifiques et pas les pastèques (écolos politiques, verts dehors, rouges dedans) qui trouveront sans fin des prétextes fallacieux pour faire interdire tout un tas de choses avec comme seul but la décroissance.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc 07/08/2020 16:45

Encore une décision prise sans concertation des personnes concertées et sans moyen alternatif ! Quel est le montant financier des toutes sottises écolos ? Le gouvernement semble avoir compris l'intérêt des betteraviers, car il revient sur l'interdiction des T.S. pour 2021. Mais sera-t-il tenir bon devant ces bobos écolos dans son équipe et à l'Assemblée Nationale ? Je n'ai jamais vu d'insectes pollinisateurs sur betteraves et il plus rationnel de traiter les semences que de pulvériser en plein champ.

jean 07/08/2020 13:07

moins de betteraves sucrières va augmenter le besoin en cannes à sucres qui utilisent plus les brûlis des forêts que le soi disant soja.La présentation des mesures a venir du gouvernement sur le portail d'orange ,hier soir, suscitait des tas de réactions de la"mafia"escrolos niant la réalité des problèmes.

douar 07/08/2020 11:07

Finalement, dérogation en vue.
Tant mieux.
Mais dans le cas de la betterave, c'était très, (trop) visible en terme d'impact sur l'économie avec des fermetures de sites.
L'arrêt voulu du glyphosate est plus pernicieux, mais la facture sera au moins aussi lourde (demandez à la SNCF, entreprise que l'on sait, est florissante), avec la clé, perte de compétitivité, perte de part de marchés, perte de valeur, le truc dont nous avons absolument besoin actuellement. On a l'aéronautique- ah non, c'est également un peu compliqué en ce moment-
J'étais en réunion hier pour une asso': tous étaient retraités (pas moi, j'ai encore le temps) , plus ou moins jeunes. Mais aucun ne se rendait compte que leur retraite va être très grignotée par la crise et les décisions stupides qui ont été prises car peu savent que leur retraite est payée par les actifs qui sont eux même sous pression.

Justin 07/08/2020 08:59

Plus habitant des villes votant EELV, en banlieue parisienne, ça gueule de plus en plus contre les rats depuis que les villes n'utilisent plus de mort aux rats...

Il est là, fils spirituel de Seppi 07/08/2020 15:58

Ils ont eu le choix entre la dératisation et la cohabitation avec la maladie, ils ont choisi la cohabitation avec la maladie, ils finiront par demander la dératisation.