Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'Afrique lance son premier essai sur l'homme d'un vaccin contre le Covid-19

7 Juillet 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19, #Afrique

L'Afrique lance son premier essai sur l'homme d'un vaccin contre le Covid-19

 

Joseph Opoku Gakpo*

 

 

 

 

L'Afrique a commencé son premier essai sur l'homme d'un éventuel vaccin contre le Covid-19 afin de mieux positionner le continent pour accéder à des médicaments pouvant contenir la pandémie.

 

Les scientifiques de l'Université de Witwatersrand à Johannesburg affirment que le vaccin est administré à environ 2.000 volontaires en Afrique du Sud afin de suivre leur réaction au cours des 12 prochains mois.

 

« La raison pour laquelle nous faisons cela est que nous voulons que les populations africaines aient accès à ce médicament tout comme les populations de l'hémisphère nord », a déclaré le professeur Johnny Mahlangu, l'un des scientifiques qui dirigent l'essai, lors d'une interview accordée à Joy FM, basée au Ghana. « Nous ne voulons pas seulement que l'hémisphère nord ait accès à ce médicament, qu'il soit mis à la disposition de sa population, et que nous soyons ensuite livrés à nous-mêmes. Si nous participons au développement de ce vaccin, nous serons considérés comme des partenaires. Lorsqu'il sera disponible, les partenaires en profiteront également, y compris les participants à l'étude. Les avantages sont donc énormes. »

 

Mahlungu, hématologue clinicien et directeur de l'École de Pathologie de l'Université de Witwatersrand, a déclaré que l'Afrique devrait également bénéficier de la recherche associée à l'essai.

 

« Il y aura beaucoup, beaucoup de connaissances générées à la suite de cette étude. Et nous voulons pouvoir dire que ces connaissances viennent d'Afrique, d'Afrique du Sud, de l'Université de Wits », a-t-il fièrement déclaré lors d'un entretien téléphonique avec Joy FM.

 

Le vaccin, qui porte le nom technique de ChAdOx1 nCoV-19, a été développé par des chercheurs de l'université d'Oxford au Royaume-Uni. Les chercheurs espèrent qu'il protégera les gens contre le nouveau coronavirus qui cause le Covid-19. Le vaccin a déjà été testé sur environ 4.000 personnes au Royaume-Uni dans le cadre de l'essai en cours, qui se déroule simultanément au Brésil et commencera bientôt aux États-Unis.

 

Les Sud-Africains sont enthousiastes à l'idée de cet essai, a déclaré M. Mahlangu.

 

« Je pense que cet essai a été très bien accueilli en Afrique du Sud », a-t-il observé. « Au cours des 20 dernières années, j'ai mené plus de 80 essais cliniques. J'ai été particulièrement surpris par le niveau auquel les gens veulent parvenir et le fait qu'ils veulent faire partie de la solution, au lieu de faire partie du problème. »

 

Junior Mhlongo, l'un des 15 premiers participants à l'essai du vaccin, a déclaré à DW-TV dans une interview qu'il s'est senti « un peu effrayé » après avoir reçu le vaccin. « Mais je veux savoir ce qui se passe avec ce vaccin afin de pouvoir dire à mes amis et aux autres ce qui se passe en ce moment. »

 

L'Autorité Sud-africaine de Réglementation des Produits de Santé et le Comité d'Éthique de la Recherche sur l'Homme de l'Université du Witwatersrand ont entrepris un vigoureux exercice de vérification pour s'assurer que le processus prévu était sûr avant que le feu vert ne fût donné. Mahlangu a donné l'assurance que le vaccin testé est sûr.

 

« Le niveau de risque a déjà été évalué chez plus de 4.000 personnes au Royaume-Uni », a-t-il expliqué. « Le risque est très, très minime. Il s'agit d'un virus de la grippe qui a été inactivé et dont on sait qu'il ne provoque aucune infection. Nous savons maintenant, grâce aux essais réalisés au Royaume-Uni, qu'il est sans danger. L'autre composant [du vaccin] est le matériel génétique qui a été dérivé du Covid-19. Il a également été inactivé. Il est donc incapable de provoquer le Covid-19. Nous avons donc affaire à un vaccin relativement sûr sur la base des données disponibles à l'heure actuelle. »

 

 

La mesure « audacieuse » de l'Afrique du Sud

 

Le Covid-19 n'a actuellement aucun remède ou vaccin approuvé. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, environ 149 vaccins sont actuellement en cours de développement dans le monde entier par des instituts de recherche, des universités, des agences gouvernementales et des sociétés pharmaceutiques, et 17 ont atteint le stade des essais sur l'homme. Aucun de ces vaccins n'est développé en Afrique, une situation attribuée principalement au manque d'investissement dans les infrastructures de santé et la recherche en général au fil des ans.

 

Le Dr Michael Owusu, microbiologiste clinique et maître de conférences au Département de Diagnostic Médical de l'Université des Sciences et Technologies Kwame Nkrumah au Ghana, a déclaré que la seule façon d'être sûr que les vaccins contre le Covid-19 fonctionneront en Afrique est de faire participer les Africains aux essais de vaccins sur l'homme.

 

« Beaucoup de vaccins contre le Covid-19 sont actuellement testés en Asie, en Amérique du Nord et en Europe. Si nous attendons qu'ils terminent leurs essais et que nous les amenons ici, il est possible que cela ne fonctionne pas pour nous. Parce que ce que nous appelons la "composition génomique de l'hôte" des Africains est différente de celle des Européens et des Asiatiques », a-t-il expliqué à l'Alliance pour la Science lors d'une interview.

 

« Et donc, quand vous essayez un médicament comme un vaccin, il est bon d'utiliser différentes populations pour comprendre comment différents groupes vont réagir au vaccin. Ainsi, si le vaccin fonctionne bien, nous savons qu'il sera efficace pour le continent et nous pourrons l'utiliser pour protéger les gens. Si vous excluez l'Afrique des essais et que le vaccin fonctionne, à quel point êtes-vous sûr que s'il vient en Afrique, il va fonctionner ». a demandé M. Owusu.

 

Il a félicité l'Afrique du Sud d'avoir fait le pas de géant de participer. « C'est la voie à suivre. Et je pense que l'Afrique du Sud a eu l'audace de s'engager dans cette voie. »

 

 

Un vaccin aidera-t-il l'Afrique à contenir la pandémie ?

 

À la fin du mois de juin, environ 10 millions de cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrés dans le monde, avec plus de 500.000 décès, selon les données de l'OMS. Le continent compte plus de 383.000 cas confirmés et plus de 9.600 décès, selon les données des Centres Africains de Contrôle et de Prévention des Maladies. Le virus a d'abord été découvert en Asie, puis l'épicentre de l'infection s'est déplacé vers l'Europe, l'Amérique du Sud et l'Amérique du Nord, ce qui a suscité des avertissements selon lesquels le nombre de cas en Afrique pourrait augmenter à mesure que la pandémie continue de se propager.

 

Owusu estime que les vaccins restent le moyen le plus sûr de protéger efficacement la population africaine contre la pandémie.

 

« La seule façon pour nous de prévenir l'infection et les décès éventuels est maintenant de nous procurer le vaccin. Il s'agit d'un nouveau virus. Personne n'est immunisé contre le virus. Tout le monde y est sensible. Donc, s'il entre dans un pays, il va traverser le pays jusqu'à ce que la majorité des gens soient infectés. Si vous ne faites pas attention, de nombreuses personnes mourront », a averti M. Owusu.

 

« Donc, pour moi, je pense que le vaccin est la voie sûre à suivre... Les vaccins sont bons. Comme nous devrons vivre avec le Covid-19 pendant longtemps, la seule chose qui nous aidera à revenir à la normale est de nous faire vacciner. Une fois que nous aurons reçu un vaccin, de nombreuses personnes pourront être immunisées et ne seront peut-être pas infectées et même si elles sont infectées, elles auront un niveau d'immunité qui leur permettra d'éviter une infection ultérieure », a-t-il ajouté.

 

Les ministres de la santé et les chefs de délégation de l'Union Africaine ont apporté leur soutien aux essais cliniques sur le Covid-19 en cours sur le continent après une réunion virtuelle de deux jours, la semaine dernière. Après des jours de délibérations, ils ont publié une déclaration appelant au développement d'un « réseau d'essais cliniques à l'échelle du continent pour mieux relier les organisations qui soutiennent les efforts visant à tester les candidats vaccins potentiels ».

 

La réunion a annoncé une stratégie de vaccination contre la maladie causée par le coronavirus en Afrique qui comprend la garantie d'un approvisionnement suffisant en vaccins, la suppression des obstacles au déploiement des vaccins et le renforcement de la capacité à adopter et à étendre la distribution du vaccin contre le Covid-19 une fois que l'approbation clinique d'un candidat vaccin viable aura été obtenue.

 

L'Union Africaine a également appelé à une répartition et une distribution équitables et rapides de l'approvisionnement en vaccins sur le continent africain, à la fois entre les pays et au sein de ceux-ci, en tenant compte de l'équité entre les sexes et du statut socio-économique. L'Union a en outre fait observer que l'identification et la mise à l'échelle d'un vaccin contre le Covid-19 efficace sont essentielles pour ralentir la propagation de la maladie.

 

L'Union Africaine a également appelé à la mise en place d'une structure de contrôle réglementaire efficace pour les vaccins contre le Covid-19, notamment en prévoyant une indemnisation des fabricants de vaccins, en accélérant les approbations réglementaires au niveau national et en maintenant une infrastructure solide pour le suivi de l'efficacité et de la sécurité des vaccins.

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/07/africa-launches-its-first-Covid-19-vaccine-human-trial/

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article