Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le nouveau combat de l'Afrique pour la justice

26 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique, #Covid-19

Le nouveau combat de l'Afrique pour la justice

 

Motlatsi Musi*

 

 

 

 

 

 

Personne ne sait combien d'Africains mourront du coronavirus.

 

Un nouveau rapport des Nations Unies indique que le nombre de morts dépassera probablement 300.000 personnes.

 

Il appelle à des distanciations sociales, à des tests et à des dépenses de relance.

 

Nous aurons également besoin d'un approvisionnement fiable en nourriture.

 

Cela signifie que les agriculteurs comme moi devront continuer à faire leur travail – et si nous voulons le faire bien, nous aurons besoin d'accéder à des outils essentiels, y compris les produits de protection des plantes qui assurent la sécurité et la santé de nos cultures. Nous combattons déjà des essaims de criquets qui dévorent tout ce qui est en vue et la chenille légionnaire d'automne avance dans de nombreux pays, décimant les rendements des cultures.

 

Nous avons également dû faire face à des difficultés supplémentaires et nous les avons surmontées grâce à l'aide internationale.

 

Je suis un enfant et une victime de l'apartheid sud-africain. Mais en 1999, j'ai demandé un lopin de terre dans le cadre d'un programme de redistribution et en 2003, j'ai commencé ma nouvelle vie d'agriculteur. Pour la première fois, j'étais entièrement en charge de mes propres affaires et j'avais une voie claire vers un avenir meilleur. Aujourd'hui, je possède 21 hectares de terres près de Johannesburg, où je cultive du maïs, des haricots et des pommes de terre et élève des porcs et des vaches. L'agriculture m'a sorti de la pauvreté et m'a donné une vie meilleure.

 

Lorsque les Sud-Africains ont combattu l'apartheid, le changement est venu avec l'aide d'une communauté internationale critique d'un mauvais régime. À mesure que l'Afrique du Sud se développe, ces mêmes alliés doivent nous aider à moderniser et à renforcer nos industries en adoptant la technologie et l'innovation – en agriculture, cela signifie tous les outils.

 

Les agriculteurs sud-africains sont mis au défi de cultiver des plantes sur un continent appauvri qui a longtemps lutté pour se nourrir et nous risquons de prendre encore du retard pour atteindre la sécurité alimentaire.

 

Maintenant que nous affrontons le Covid-19, c'est le moment de la solidarité.

 

Pourtant, certains de nos anciens amis nous ont tourné le dos. Plutôt que de reconnaître les avantages de la technologie, ils insistent pour que nous abandonnions les outils de protection des plantes et adoptions l'agriculture biologique.

 

J'ai vu une mauvaise protection des cultures mener à des catastrophes agricoles. Les tentatives de défier les leçons de l'agriculture moderne ne fonctionnent pas. Et ce sont toujours les agriculteurs et les consommateurs qui en souffrent.

 

C’est un réel danger lorsque les agriculteurs ne disposent pas des outils modernes nécessaires pour lutter contre les maladies et les ravageurs. Au 21e siècle, nous devons adopter la technologie, pas la craindre. Pour l'Afrique, aller de l'avant signifie choisir les bonnes semences, cultiver les meilleures plantes et utiliser les meilleurs pesticides pour que nous puissions profiter de récoltes abondantes. Je redoute de penser à ce qui se passerait sans technologies comme les pesticides.

 

Avec les semences biotechnologiques et les pesticides, je cultive plus de nourriture sur moins de terres et je n'ai pas à lutter contre les mauvaises herbes en arrachant mon sol avec un labour profond. Il s'agit de produire de la nourriture de manière durable – je protège non seulement mes cultures et mes champs, mais aussi les consommateurs et l'environnement. Avec des herbicides moins efficaces, je viendrais avec mon tracteur plus souvent dans les champs, augmentant mes coûts de carburant et les prix des aliments, et augmenterais également les gaz à effet de serre que je rejette dans l'atmosphère. Aujourd'hui, je séquestre du dioxyde de carbone et je fais ma petite part pour prévenir le changement climatique.

 

Il s'agit de produire de la nourriture de manière durable – je protège non seulement mes cultures et mes champs, mais aussi les consommateurs et l'environnement.

La science sûre et la technologie appropriée sont des solutions plutôt que des menaces. Dans ma ferme, je compte sur elles et j'attends avec impatience de nouvelles innovations. Elles promettent de fournir une sécurité alimentaire aux nations affamées et aussi de lutter contre le fléau de la malnutrition, la « faim cachée » que l'on trouve en Afrique et ailleurs dans le monde.

 

Ceci est notre nouveau combat pour la justice.

 

_______________

 

Motlatsi Musi

Agriculteur, Afrique du Sud

 

M. Motlatsi Musi produit du maïs, des haricots, des pommes de terre, des porcs reproducteurs et des vaches sur 21 hectares qu'il a acquis en 2004 dans le cadre du Programme de redistribution des terres pour le développement agricole (Land Redistribution for Agricultural Development Program – LRAD) en Afrique du Sud. Le 17 octobre 2017, le prix Kleckner 2017 lui a été décerné à Des Moines, Iowa.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2020/04/africas-new-fight-for-justice/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article