Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Kenya se prépare à importer du maïs en pleine pandémie de Covid-19

22 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique, #Covid-19, #Alimentation

Le Kenya se prépare à importer du maïs en pleine pandémie de Covid-19

 

Rose Mukonyo*

 

 

 

 

Le Kenya va importer 4 millions de sacs de maïs car le pays perd ses réserves de céréales à cause de l'aflatoxine, une toxine produite par des moisissures.

 

Le secrétaire du Cabinet de l'Agriculture Peter Munya a déclaré à la Commission Sénatoriale de l'agriculture que le maïs des réserves stratégiques de céréales du pays est impropre à la consommation humaine car il a été contaminé par l'aflatoxine, connue pour provoquer le cancer et d'autres problèmes de santé.

 

Cette perte survient alors que le pays est toujours confronté à une invasion de criquets et aux effets de la nouvelle pandémie de coronavirus, deux phénomènes qui ont eu des répercussions négatives sur la chaîne alimentaire du pays, car les marchés sont fermés et la circulation reste limitée dans certains comtés.

 

« Le gouvernement essaie de s'assurer que les produits de base sont disponibles pour tous, d'où la nécessité d'importer du maïs, qui est un aliment de base dans le pays », a déclaré M. Munya. « Le maïs dans les magasins du gouvernement ne sera pas suffisant pour une période plus longue si la pandémie s'aggrave. »

 

En réponse, le Kenya prévoit d'importer 2 millions de sacs de maïs blanc pour la consommation humaine et 2 millions de sacs supplémentaires de maïs jaune pour l'alimentation animale entre fin juin et mi-juillet.

 

La pénurie imminente de maïs n'est qu'un des problèmes auxquels le Kenya est confronté dans ses efforts pour maintenir la sécurité alimentaire face à la pandémie de Covid-19. Les petits agriculteurs, les éleveurs, les pêcheurs et d'autres groupes vulnérables ont été empêchés de travailler leurs terres, de s'occuper de leur bétail et de pêcher. Ils sont également confrontés aux difficultés d'accès aux marchés pour vendre leurs produits ou acheter des intrants essentiels, tout en luttant contre la hausse des prix alimentaires et le pouvoir d'achat limité.

 

Comme l'a fait remarquer l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), les travailleurs informels ont été particulièrement touchés par les pertes d'emplois et de revenus dans les secteurs de la récolte et de la transformation, et des millions d'enfants sont déjà privés des repas scolaires sur lesquels ils comptaient.

 

M. Munya a déclaré au comité que le gouvernement doit importer du maïs car les agriculteurs du pays n'ont pas assez de céréales pour nourrir la Nation. Le gouvernement a également cessé d'acheter des produits agricoles pour les stocker et les redistribuer, car il est frappé par les prix élevés dus aux marges bénéficiaires que prennent les intermédiaires. Au lieu de cela, il donnera aux agriculteurs des bons électroniques pour acheter des intrants agricoles subventionnés.

 

« Les petits agriculteurs verront leurs revenus augmenter si nous leur donnons de telles incitations au lieu de leur acheter des produits à un prix très bas », a expliqué M. Munya.

 

Les pénuries devraient faire grimper les prix. Un sac de 90 kg de maïs se vend désormais à 29-30 dollars US, ce qui signifie qu'un paquet de farine de maïs qui se vendait moins d'un dollar coûtera désormais 1,50 dollar ou plus.

 

Les prix des denrées alimentaires ont été fortement affectés par le Covid-19 et le gouvernement n'est pas en mesure de les corriger, en raison des coûts de production élevés liés à l'invasion de criquets pèlerins, qui a fait des ravages dans de nombreuses régions céréalières du pays.

 

M. Munya a déclaré que le gouvernement a mis en place des mesures pour aider à atténuer les effets des criquets, avec neuf avions qui effectuent des prospections fréquentes et pulvérisent les zones touchées et 500 agents du Service National de la Jeunesse qui effectuent des pulvérisations au sol pour contrôler la résurgence.

 

Les registres de la FAO indiquent que plus de 23.500 hectares de terres ont déjà été touchés par les criquets au Kenya et l'agence a fait part de ses inquiétudes quant à une deuxième vague d'attaques. M. Munya a déclaré qu'une évaluation sera effectuée dans les trois ou quatre prochaines semaines afin de déterminer l'ampleur des dégâts et les sommes d'argent nécessaires pour atténuer les effets de l'invasion et s'assurer que le panier alimentaire n'a pas été gravement touché.

 

Toutefois, la pandémie et les criquets constituent toujours une menace sérieuse pour la sécurité alimentaire du pays, avec plus de 1,8 million de Kenyans confrontés à la famine, selon un rapport du Réseau du Système d'Alerte Précoce sur la Famine. Il prévoit qu'au moins 17 comtés seront en proie à un stress alimentaire entre les mois de février et mai de cette année.

 

Plusieurs dirigeants ont condamné l'idée d'importer du maïs, déclarant qu'il est triste de voir le maïs pourrir dans les magasins en raison d'une mauvaise conservation alors que les Kenyans ont faim et qu'ils attendent du gouvernement qu'il leur apporte une aide alimentaire.

 

L'année dernière, le gouvernement a détruit 124.486 sacs de 50 kilos de maïs, attribuant les pertes à la contamination par les aflatoxines, et cette année, un scénario similaire ne manquera pas de se produire. M. Munya a déclaré que le maïs touché sera vendu à des fabricants de ciment pour être utilisé comme biocarburant.

 

M. Jeremiah Munguti, membre de l'Assemblée du comté de Machakos, a exhorté le gouvernement à acheter des céréales aux agriculteurs de la partie inférieure orientale du pays, qui ont précédemment enregistré de grandes pertes de céréales à cause de l'aflatoxine.

 

« Il est inutile de demander aux agriculteurs de se rendre dans les fermes, alors que les produits de la récolte précédente pourrissent dans les greniers », a-t-il expliqué. « Nous n'avons pas de grandes installations de stockage, donc si le gouvernement n'achète pas à ces agriculteurs, tout sera gaspillé. »

 

______________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/05/kenya-prepares-to-import-maize-in-the-midst-of-covid-19-pandemic/

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article