Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Café : le monde entier dans une tasse » dans l'Opinion

23 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information

« Café : le monde entier dans une tasse » dans l'Opinion

 

 

Glané sur la toile 539

 

 

(Source)

 

 

Ben oui ! Encore un article de l'Opinion signalé sur ce blog... c'est que l'Opinion publie d'excellents articles...

 

Aujourd'hui, il s'agit de « Café : le monde entier dans une tasse » de M. Sébastien Abis, directeur du Club Déméter et chercheur associé à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), etc.

 

En chapô :

 

« Alors que nous débattons, en France, du rôle des circuits courts et des enjeux de souveraineté alimentaire, le café et les 32 milliards de dollars d’échanges qu’il génère, nous ramène à certaines réalités agricoles planétaires avec leurs excès... et leurs bienfaits. »

 

C'est passionnant et instructif.

 

Retenons ces deux paragraphes :

 

« Mais en amont, le café, ce sont surtout 25 millions de petits producteurs dans les pays où cette culture prédomine : 70 % d’entre eux disposent de parcelles inférieures à 5 hectares. Autant dire que leur poids individuel est faible dans les négociations. Si une organisation collective et professionnelle confère des moyens pour instaurer des prix minimums, améliorer leurs revenus et leurs droits, le secteur du café souffre incontestablement d’asymétries économiques et commerciales.

 

Sur une capsule, près de 90 % du prix est ainsi capté par les distributeurs et torréfacteurs. En Ethiopie, là où tout a commencé et où le café reste omniprésent sur le plan culturel — il représente en outre 30 % des exportations agricoles —, ce sont des micro-exploitations familiales qui en assurent la production nationale : 15 millions de personnes vivent et dépendent directement du café, soit un Ethiopien sur sept ! Des initiatives se sont développées pour un partage plus juste de la valeur ajoutée : l’entreprise Moyee emploie localement, torréfie, mélange et conditionne en Ethiopie avant l’export, reversant au producteur la moitié du prix de la boisson consommée à l’autre bout de la chaîne. »

 

Et, bien sûr, le caractère en partie ésotérique et hors-sol des débats et des réflexions (enfin...) en France.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Il est là, fils spirituel de Seppi 24/05/2020 20:37

Ah ben ça c'est sûr, même les locavores les plus fanatiques que je connais boivent du café (et mangent du chocolat) mais là c'est pas grave disent-ils parce que... Ben parce que comme beaucoup d'écologistes (pas tous heureusement) la mentalité n'est pas "Faisons des efforts sur tout" mais "ce que je n'aime pas toute l'Humanité y renonce, ce que j'aime on le garde".